Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Winograd, le couperet est tombé

Winograd, le couperet est tombé

Jérémy Devray-Bénichou | Infolive.tv

lundi 30 avril 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Comme les premières fuites publiées samedi dans la presse israélienne le laissaient suggérer, la commission Winograd a porté de graves accusations contre le Premier ministre, le ministre de la Défense et l’ancien chef d’état-major dans leur gestion du conflit contre le Hezbollah cet été. Dans un exposé bref et cinglant d’une vingtaine de minutes, le panel d’experts de la commission a enchaîné les mises en accusation, dénonçant les graves défaillances d’Olmert, l’inexpérience de Peretz et l’impulsivité de Haloutz.

Principale cible des conclusions préliminaires de la commission, le Premier ministre Ehoud Olmert est dénoncé pour ses « graves défaillances » dans son appréciation de la situation et ses erreurs de jugement dans sa décision d’entrer en guerre contre le Hezbollah l’été dernier. De ce fait, la commission Winograd impute la « responsabilité suprême et entière » des défaillances du gouvernement au chef du gouvernement.

Dans son exposé résumant les principaux points d’un rapport de plus d’une centaine de pages, les experts s’en son également pris au manque « d’expérience, de connaissance et de recul » du ministre de la Défense Amir Peretz dans sa gestion du dossier. Sa prise de décision était précipitée et ses erreurs ont eu une influence majeure sur les dysfonctionnements rencontrés dans la conduite des opérations, précise le rapport préliminaire de la commission Winograd. Amir Peretz ignorait l’état exact de l’armée et des unités souligne le rapport qui conclut que « le ministre de la Défense a échoué dans l’exercice de ses fonctions » et contribué à affaiblir le gouvernement.

Dernière cible d’un rapport aux accents de dyatribe, l’ancien chef d’état major Dan Haloutz, chef des armées pendant le conflit. Le jugement est sans appel : « Dan Haloutz a échoué dans sa mission ». Ses actions ont été « impulsives ». Haloutz a lancé l’armée dans une guerre sans préparation et sans en informer le gouvernement et pour ces raisons, la commission conclut qu’il doit être tenu comme « personnellement responsable » des ratés de cet été.

Les conséquences de ce rapport sont pour le moment peu claires. Si la presse israélienne prédisait ce matin un véritable séisme politique, l’heure est pour le moment à l’immobilisme alors que les proches d’Olmert précisent que ce dernier n’a pas l’intention de démissionner dans un avenir proche.

Au sein du parti Kadima, les rumeurs d’un remplacement d’Olmert par Tsipi Livni vont bon train, même si les proches de la ministre des Affaires étrangères démentaient cet après-midi l’information.

Du côté de l’opinion publique, les critiques nées au lendemain du conflit refont surface et se font de plus en plus acerbes. De plus en plus de voix se font entendre appelant à la démission immédiate d’Ehoud Olmert et d’Amir Peretz. Ce jeudi, une manifestation anti-gouvernement est prévue dans les rues de Tel-Aviv.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette