Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le Sénateur démocrate Charles Schumer, désavouant Barak Obama, votera contre (...)

Le Sénateur démocrate Charles Schumer, désavouant Barak Obama, votera contre l’accord avec la République Islamique d’Iran

Hélène Keller-Lind

vendredi 7 août 2015
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Charles E.Schumer, Sénateur démocrate de New York, homme politique de premier plan, a fait savoir le 6 août 2015 que lors du vote au Congrès concernant l’accord conclu entre le groupe des 5 +1 le 14 juillet dernier et la République Islamique d’Iran il exprimerait son désaccord. Il s’en explique longuement, détaillant en trois parties les raisons d’une décision murement réfléchie intervenue après lecture et relecture de l’accord et de ses annexes et de nombreux entretiens avec des personnalités s’y opposant ou le soutenant, dont le Président Obama. À qui il rend hommage par ailleurs.

Si quelques élus démocrates américains se sont d’ores et déjà prononcés en faveur de l’accord conclu le 14 juillet dernier à Vienne entre le groupe des 5 + 1 et la République Islamique d’Iran l’annonce faite en ce 6 août 2015 par le Sénateur Charles E.Schumer – Chuck Schumer-, homme politique de premier plan, devrait peser sur la décision d’un certain nombre de démocrates ne s’étant pas exprimés à ce jour quant à leur votre devant le Congrès américain lors de l’examen de cet accord.

Le Sénateur Schumer explique dans un texte détaillé les raisons pour lesquelles il estime que le vote qui s’impose, qui est “juste est un vote de désaccord”. Une décision qu’il a prise, dit-il, “après avoir lu et relu” ce “Plan Global d’Action Conjoint et ses annexes ces trois dernières semaines” mais ausi “interrogé des dizaines de partisans et d’opposants, et cherché des réponses à des questions qui vont au-delà du texte de l’accord, mais auront des conséquences réelles qui doivent être prises en considération ».

Il livre ses réflexions et conclusions portant sur trois thèmes : « restrictions nucléaires sur l’Iran dans les dix premières années, les restrictions nucléaires sur l’Iran après dix ans, les composants non-nucléaires et les conséquences d’un accord. Dans chaque cas, ma question était : sommes-nous mieux lotis avec l’accord ou sans lui ? »

Concernant les dix premières années ce qui le préoccupe est le fait qu’il ne pourrait y avoir « d’inspections partout et à n’importe quel moment ». Le délai de vingt-quatre jours prévu pouvant permettre de « dissimuler des avancées de nature militaire n’émettant pas de radioactivité ». « Même si l’on trouvait de la radioactivité », dit-il, compte tenu de ce délai il serait impossible de savoir ce qui aurait été fait.

« Plus préoccupant encore » dit-il « est le fait que les États-Unis ne peuvent exiger d’inspections unilatéralement ». Cela nécessitant une majorité des huit membres de la Commission ad hoc. Or, « si la Chine, la Russie et l’Iran ne coopèrent pas le vote des trois membres européens du groupe 5 + 1 et du representant européen serait nécessaire ». Le Sénateur estime que l’on « peut raisonnablement craindre qu’une fois que les Européens seront empétrés dans des relations économiques lucratives avec l’Iran, ils seront sans doute peu disposer à faire des vagues ». Et l’on sait qu’un ministre allemand ou Laurent Fabius, notamment, se sont précipités à Téhéran à peine l’accord signé, réclamant des relations économiques renforcées...Et dans quinze ans, dit-il, l’Iran pourra obtenir l’arme nucléaire, si tel est son but.

Mais ce qui inquiète le plus Chuck Schumer sont les aspects non nucléaires. Il écrit : « pendant des années, l’Iran a utilisé la force militaire et le terrorisme pour étendre son influence au Moyen-Orient, en soutenant activement des actions militaires ou terroristes en Israël, en Syrie, au Liban, auYémen, en Irak, et à Gaza. Voilà pourquoi les États-Unis ont qualifié l’Iran comme étant l’un des trois pays au monde qui sont des « États commanditaires du terrorisme. » En vertu de cet accord, l’Iran recevrait au moins 50 milliards de dollars dans un proche avenir et utiliserait sans doute une partie de cet argent pour redoubler d’efforts pour créer encore plus de problèmes au Moyen-Orient, et peut-être au-delà ».

Il estime que « le Guide Suprême...donnera aux Gardiens de la Révolution Iranienne (GRI) et aux durs du régime des ressources pour qu’ils puissent poursuivre leur objectif numéro un : le renforcement des forces armées de l’Iran et de poursuivre des actions militaires et terroristes encore plus dangereuses ». On notera que l’on vient d’apprendre que Soleimani, considéré comme terroriste notamment par les États-Unis, chef de la Force al-Qods – Jérusalem- division des GRI vient d’effectuer une visite à Moscou, au mépris, d’ailleurs des sanctions dont il fait l’objet et qui n’ont pas encore été levées....

Quant aux missiles intercontinentaux, grâce aux fonds qu’il recevra, l’Iran, souligne-t-il, pourra en construire et en importer dans huit ans...Des restrictions auraient dû être imposées. Mieux vaut donc ne pas avoir d’accord sur ce plan.

Reste à savoir si l’Iran évoluera vers la modération. Ce dont doute le Sénateur. Qui constate : « les dirigeants iraniens tiennent l’Iran sans faillir, maitenant avec succès une dictature brutale théocratique...qui peut dire que cette dictature ne va pas durer encore dix, vingt ou trente ans ? » Et « utilisera l’accord pour poursuivre ses buts abominables ». Un risque bien réél à ses yeux.

Chuck Schumer rend hommage au passage au Président Obama et au Secrétaire d’État Kerry pour avoir convaincu les Européens, les Chinois et les Russes d’imposer des sanctions à l’Iran et de le convaincre ainsi de négocier. Il souligne que c’est le Président Obama qui a également fait accélerer le développement par l’armée de l’air américaine du projet « Massive Ordnance Penetrator » ayant produit une bombe de 13.600 kg, qu’il qualifie de « meilleure dissuasion militaire et antidote à un Iran nucléaire ».

On notera que ce même 6 août, Eliot Engel, un autre démocrate, membre du Congrès et du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants, annonçait également qu’il s’opposerait à cet accord.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

Menace iranienne
Iran Un accord sur le nucléaire en discussion - octobre 2009
L’Union Européenne dénonce propos « nuisibles et grossiers » du président iranien sur Israël - mai 2008
Ali Larijani : la nouvelle face des négociations - octobre 2007
Bush, pouss par Cheney, pourrait attaquer l’Iran... mais ce serait une catastrophe ! - août 2007
Qui va arrêter l’Iran ? - juin 2008
Iran : double victoire pour Téhéran ! - août 2008
Ahmandinejade : Haman et jihad, fin de partie ? - octobre 2005
Isral crit l’ONU pour dnoncer les atteintes aux droits de l’Homme en Iran - juin 2007
Les États-Unis pourraient bombarder des cibles en Iran, selon la BBC - février 2007
L’Iran au comit de l’antiracisme. La Rpublique islamique choisie par l’ONU pour une position dirigeante dans la prparation de la confrence de l’antiracisme (Durban II) - août 2007
Keller-Lind Hélène
Accord intérimaire possible pour Benyamin Netanyahou. Niet disent les Palestiniens - décembre 2010
Laurent Fabius entendra-t-il la voix de la raison d’Avigdor Liberman rencontré à Bruxelles ? - juillet 2012
Capital pour comprendre les « difficultés » du Proche-Orient qui n’ont strictement rien à voir avec Israël...suite - juin 2010
Avec “Save a child’s heart”, des médecins israélens continuent à sauver des enfants palestiniens alors que Fatah et rue arabe se réjouissent de l’enlèvement de trois adolescents juifs - juin 2014
Deux universités américaines se retirent de l’American Studies Association : la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf - décembre 2013
Abbas justifie les meurtres et violences palestiniennes, continuant de ce fait à continuer à y inciter - octobre 2015
Abbas en campagne contre Israël et le gouvernement de Benyamin Netanyahou - janvier 2011
Benyamin Netanyahou à la Maison Blanche le 1er juin - mai 2010
Benyamin Netanyahou : il faut donner à l’Iran une ligne rouge claire et faire preuve de détermination - septembre 2012
Mahmoud Abbas et Francois Hollande : une conférence de presse surréaliste - juin 2012
Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette