Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Derniers adieux aux soldats Eldad Réguev et Ehoud Goldwasser

Derniers adieux aux soldats Eldad Réguev et Ehoud Goldwasser

Le Flash info du Jerusalem Post édition française

jeudi 17 juillet 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Au bout de deux années d’incertitudes, Eldad Réguev et Ehoud Goldwasser ont officiellement été déclarés morts mercredi 16 juillet. Leurs dépouilles ont été rendues à Israël dans le cadre d’un échange long et en plusieurs étapes. L’opération s’est déroulée au point de passage de Roch Hanikra à la frontière israélo-libanaise.

Selon des sources de la Défense l’examen médicolégal a révélé que les réservistes avaient été tués pendant l’attaque subie par leur unité militaire. Ehoud Goldwasser aurait souffert de blessures à la poitrine suite à l’explosion d’une grenade. Quant à Réguev, il serait mort d’une balle dans la tête, peut-être en tentant de s’extraire de son Hummer en flammes.

Une fois l’échange complété, les représentants de la Défense ont déclaré qu’ils relèveraient le niveau d’alerte le long de la frontière Nord. Israël craint que le Hezbollah ne profite de la période suivant le transfert pour se venger de l’assassinat, en février dernier, du terroriste Imad Mougniyeh à Damas.

De Karnit à Ehoud

“Le 12 juillet, à 9 heures et 6 minutes, le temps s’est arrêté” a raconté Karnit Goldwasser jeudi 17 juillet à 10 heures, aux funérailles de son défunt époux Ehoud. “Un long périple s’est achevé pour toi et moi, pour nous, pour la famille et pour tout le pays. Maintenant, je dois aller de l’avant vers un autre voyage, le voyage de ma vie. Tu seras mon compagnon, tu seras cette petite voix toujours en moi, éternellement jeune, qui m’accompagnera tout au long de ma vie. Je vivrai sans toi, mais tu seras toujours là.”

“Mon amour, ils disent que le temps guérit les blessures. Est-ce bien vrai ? Deux ans ont passé depuis le moment où, d’un coup de couteau, l’artère de notre vie fut soudainement rompue” a-t-elle continué. “Ce moment, le pire de tous, s’est mué en une horrible réalité qui nous à tous plongés dans un monde sombre et compliqué.”

“Pardonne-moi je t’en prie, mon époux chéri, de ne pas citer toutes tes vertus ici, qui m’ont accompagnée tout au long du combat pour ton retour. Ce n’est pas le lieu pour le faire. Avec ta permission, je te ferai mes adieux personnels à un autre moment,” a poursuivi Karnit.

Le ministre de la Défense, Ehoud Barak, a fait l’éloge de Goldwasser. “Mort à 31 ans, né à Nahariya, combattant dans la brigade Givati, il aimait le cinéma et la photographie. Il était le sel de cette terre. Je répète à tous les combattants de Tsahal : si l’un d’entre vous devait être capturé, l’Etat d’Israël et le gouvernement, le ministre de la Défense et le chef d’état-major feront tout ce qui est en leur pouvoir pour vous ramener”, a-t-il déclaré.

Inhumation d’Eldad Réguev

“Je suis fier de faire partie de ceux qui aiment et non de ceux qui éprouvent de la haine”, a déclaré Ofer Réguev, frère du soldat tué au Liban et dont le corps a été rendu à Israël dans le cadre de l’échange de prisonniers conclu avec le Hezbollah.

Les funérailles d’Eldad Réguev se sont déroulées jeudi 17 juillet à 14 heures au cimetière militaire de Haïfa. A la vue du cercueil, le père d’Eldad, Tsvi Réguev, s’est effondré en larmes.

“Nous avons toujours pensé que nos ennemis étaient exactement comme nous (...). Nous avons désormais la preuve du contraire”, a poursuivi Ofer. “Je me tiens ici aujourd’hui triste, en larmes mais aussi très fier. Je suis fier de mon pays, qui s’est battu pour te ramener, et je suis fier de tous les citoyens israéliens qui ne t’ont jamais oublié.”

Egalement présent à la cérémonie, le ministre de la Défense, Ehoud Barak a déclaré : “Nous ne souhaitions pas t’accueillir en récitant le Kaddish”. S’adressant aux ennemis d’Israël, il a ajouté : “Nous ne souhaitons que la paix mais il ne faut pas méprendre cette volonté pour une faiblesse.”

“Israël fera toujours tout ce qui est en son pouvoir pour le retour de nos soldats, qu’ils soient en vie, blessés ou morts”, a poursuivi le ministre de la Défense. Rappelant que le soldat était à la fois “jeune et impressionnant”, Barak a évoqué tout l’investissement d’Eldad Réguev dans ses responsabilités militaires. “Nous avons tous rêvé de les revoir et les embrasser après ces deux tristes années”, a conclu le ministre.


Dekel se reconcentre sur Shalit

D’intenses négociations pour la libération de Gilad Shalit, qui devaient débuter peu de temps après le déclenchement de la trêve dans la bande de Gaza le mois dernier, ont des chances de démarrer “d’ici quelques semaines”, selon des sources égyptiennes.

“L’Egypte fera son maximum pour conclure un accord et nous espérons que ce qui s’est produit (l’échange de prisonniers avec le Hezbollah) pourra faciliter la procédure”, a ajouté l’une des sources.

Le négociateur israélien, Ofer Dekel, qui s’était plutôt concentré sur l’échange avec le Hezbollah pendant ces derniers jours, sera désormais plus disponible pour traiter l’affaire Shalit. Les sources égyptiennes ont également précisé que le point de passage de Rafah entre la bande de Gaza et le Sinaï restera fermé tant que les négociations sur Shalit n’auront pas progressé.

Selon plusieurs représentants diplomatiques, le mouvement islamiste souhaiterait démontrer que lui aussi - et pas seulement le Hezbollah - est capable d’œuvrer pour la libération de prisonniers.

Yisrael Hasson : “Nasrallah ne connaîtra pas de mort naturelle”

Mercredi 16 juillet, tous les parlementaires de la Knesset avaient les yeux rivés sur leurs écrans de télévision. Les députés opposés à l’échange de prisonniers restent convaincus que l’accord ne fera qu’affaiblir Israël.

“Cet accord aurait pu être conclu il y a deux ans, sans le déclenchement d’une guerre ayant coûté la vie à près de 160 Israéliens”, a affirmé Silvan Shalom (Likoud). “La libération du [terroriste Samir] Kuntar est une erreur qui prouve la faiblesse du gouvernement et réduit les chances de libération du [soldat enlevé] Gilad Shalit puisque le Hamas va maintenant exiger un prix plus élevé.”

Yisrael Hasson, membre d’Israël Beiteinu ayant également assisté le directeur du Shin Bet dans le passé, a déclaré sur Radio Jérusalem que le Hezbollah paierait le prix de sa cruauté. "Je doute que Nasrallah connaisse une mort naturelle. L’Etat d’Israël va régler ses comptes avec lui. Il le sait mieux que nous”, a-t-il affirmé.

Plusieurs députés, ne faisant pas partie de la coalition gouvernementale, ont toutefois exprimé leur soutien pour l’accord d’échange. Le député Dov Henin (Hadash) a d’ailleurs enjoint le gouvernement à continuer son travail et faire ce qu’il faut pour libérer Gilad Shalit, même si cela doit conduire à la libération de Marwan Barghouti.


Contre-interrogatoire de Talansky

L’homme d’affaires Morris Talansky, témoin clé dans l’affaire de corruption impliquant directement le Premier ministre Ehoud Olmert, a nié jeudi 17 juillet avoir conclu un accord avec l’Etat.

Talansky a été convoqué à un contre-interrogatoire par le tribunal de grande instance de Jérusalem, en présence de l’avocat d’Olmert, Eli Zohar. Ce dernier a notamment essayé de faire avouer à l’entrepreneur qu’un accord avait été évoqué entre Talansky, son avocat Jacques Chen, le procureur Moshé Lador et le procureur Eli Abarbanel, lors d’une rencontre le 4 mai dernier.

L’entrepreneur a toutefois nié les faits, indiquant que son unique souci durant la réunion en question était d’obtenir une attestation écrite de l’Etat confirmant qu’il n’était pas un suspect dans l’affaire. Le ministère public n’a cependant pas répondu aux demandes de Talansky.

Lors de son précédent témoignage, Morris Talansky avait avoué avoir offert 150 000 dollars en liquide à Olmert sur une période de 10 ans, permettant de l’aider à financer ses campagnes politiques. Il a également transféré au Premier ministre des dizaines de milliers de dollars provenant de dons de la communauté juive américaine. L’argent aurait également permis à Olmert de s’offrir des voyages plus luxueux lors de ses voyages d’affaires en Amérique. Enfin, l’entrepreneur a avoué qu’Olmert lui avait emprunté plus de 19 000 dollars à deux reprises, sans le rembourser.

L’élément le plus choquant reste le virement mystérieux de plus de 200 000 dollars à l’avocat du Premier ministre, Ouri Messer, en 1999, précisément un an après la victoire d’Olmert aux élections municipales à Jérusalem.

MOYEN-ORIENT

L’échange de prisonniers critiqué par la presse arabe

Mercredi 17 juillet, le Hezbollah s’est efforcé par tous les moyens de dépeindre l’échange de prisonniers avec Israël comme une victoire, en soulignant le fait que le leader Hassan Nasrallah avait tenu sa parole et réussi à faire libérer le meurtrier Samir Kuntar.

Un important journal arabe a pourtant tourné ladite « victoire » au ridicule. « L’accord de Radwan », titrait le quotidien A-Shark Alawsat jeudi. Le journal expliquait avec cynisme que l’échange avait « coûté au Hezbollah plus de 7 milliards de dollars, plus de 1 200 morts et 4 500 citoyens libanais blessés ».

Radwan était le nom de guerre d’Imad Moughniyeh, le cerveau du groupe terroriste éliminé il y a plusieurs mois. Le Hezbollah accuse Israël de l’avoir assassiné. L’Etat hébreu nie cependant toute implication.

Le journal saoudien Al Wattan indiquait pour sa part que le Hezbollah devait se désarmer et que la résolution 1701 de l’ONU, par laquelle la guerre s’était achevée, n’avait pas été appliquée. Au Liban enfin, dans le journal Al Anwar, on pouvait lire qu’il était « honteux de voir les membres du gouvernement de Beyrouth se joindre aux célébrations du Hezbollah ».

Nasrallah : chef le plus admiré du monde arabe

Vingt-six pour cent des personnes interrogées dans six pays ont affirmé que Nasrallah était le chef qu’ils appréciaient le plus. Le président syrien Bachar el-Assad a quant à lui retenu 16 % des suffrages tandis que le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad n’est admiré que par 10 % de la population interrogée. Cette enquête a été publiée par le centre Saban du Brookings Institution à Washington.

99 % des Libanais chiites interrogés ont répondu qu’Israël était un pays plus faible qu’il ne paraissait et que sa défaite n’était plus qu’une question de temps - une augmentation de 59 % par rapport à un sondage identique effectué il y a deux ans.

L’enquête de 2008 montre par ailleurs que 39 % de la population libanaise partagent cette idée, 32 % affirment que personne n’est en mesure de savoir si Israël va se renforcer ou au contraire s’affaiblir, et 20 % déclarent qu’Israël va utiliser sa puissance pour consolider sa position.

Shibley Telhami, l’auteur du sondage, affirme que la vision négative d’Israël, partagée à la quasi-unanimité par les chiites, s’explique par leur unité après les conflits intestins qui ont duré près de deux ans au Liban. L’importante présence dans les médias du Hezbollah et de son principal soutien, l’Iran, a également joué un rôle important.

L’enquête a été conduite parmi 4 000 Arabes (non palestiniens) d’Egypte, d’Arabie Saoudite, du Liban, du Maroc, de Jordanie et des Emirats Arabes Unis.


Fusillade en Jordanie

Un Palestinien a ouvert le feu mercredi soir près de l’amphithéâtre d’Amman, un des sites touristiques de la capitale jordanienne, blessant six personnes selon les autorités. Le tireur a ensuite retourné son arme contre lui-même, se blessant grièvement d’une balle dans la tête.

Le tireur palestinien a tenté de se suicider alors que les policiers le poursuivaient, a affirmé le ministre de l’Information, Nasser Judeh. Les six victimes - quatre Libanais, une Arabe israélienne et leur chauffeur jordanien - ont été légèrement blessées.

Selon un agent de police qui a souhaité conserver l’anonymat, le tireur habitait à Bakaa, le plus grand camp de réfugiés palestiniens de Jordanie.

Le ministre a qualifié la fusillade d’incident criminel. L’homme ne semble pas être lié à des activités terroristes. Selon l’agent de police, il était déjà connu de la justice pour tentative de meurtre et vol.

Kuntar restera fidèle à Moughnieh

Les terroristes libanais libérés dans le cadre d’un échange de prisonniers avec Israël, dont Samir Kuntar, ont prié jeudi devant la tombe d’un commandant du Hezbollah, Imad Moughniyeh. Ils ont juré d’être fidèles à son action et de continuer à combattre Israël.

En treillis militaires, les terroristes ont foulé un tapis rouge déroulé pour l’occasion à l’extérieur de la tombe d’Imad Moughniyeh au sud de Beyrouth.

Ce dernier est accusé par Israël et les pays occidentaux d’être le cerveau de la vague d’attentats terroristes dans les années 1980-1990. Il a été tué lors de l’explosion de sa voiture à la frontière syrienne en février dernier. Les partisans du Hezbollah l’ont élevé au rang de héros.

« Nous jurons devant Dieu de suivre ta voie jusqu’à s’élever au même rang que toi », a déclaré Samir Kuntar, le prisonnier retenu le plus longtemps en Israël, en se référant au « martyr » Moughniyeh. « C’est notre plus grand souhait. Nous t’admirons et nous y parviendrons, avec la volonté de Dieu. »

ECONOMIE

Teva veut acheter Barr pharmaceutiques

Le géant pharmaceutique israélien Teva négocie l’achat de l’entreprise américaine Barr pharmaceutiques pour une somme d’environ 7,5 milliards de dollars. La transaction, si elle a lieu, se traduirait probablement par une combinaison de paiements en argent liquide et d’échanges d’actions. Il s’agira de la plus grosse affaire réalisée en Israël.

Barr se distingue à la Bourse de New York par une valeur de 5,2 milliards de dollars. Selon plusieurs évaluations, Teva payera une prime de 35 à 45 % sur le prix de l’action. Comme Teva, Barr est spécialisé dans les médicaments génériques et a également développé ses 30 propres médicaments. A la fin de l’année 2007, la société américaine avait cumulé un bénéfice de 128 millions de dollars. Son revenu total cette même année s’élevait à 2,5 milliards de dollars.

Ce rachat, s’il est réalisé, renforcerait la position mondiale du fabricant de médicaments génériques. La valeur de Teva a légèrement augmenté à la fermeture de Wall Street mercredi 17 juillet, avec 42,41 de dollars l’action, soit une hausse de 0,33 %. L’entreprise a toutefois refusé de s’exprimer sur le sujet.

SPORT

JO 2008 : Michael Kolganov

Michael Kolganov,champion de 33 ans, aura la digne charge de porter le drapeau israélien à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques de Pékin. Une récompense amplement méritée au vu de sa carrière.

Deux fois champion du monde de kayak sur 1 200 m en 1998 et 1999, il a aussi remporté une médaille d’argent sur 500 m la première année. Lors des jeux Olympiques de Sydney en 2000, il a arraché l’unique médaille israélienne en arrivant troisième sur 1 500 m.

Originaire de Tashkent en Ouzbekistan, a fait son aliya en 1995. Il s’est qualifié de justesse pour la course de 1500 m aux JO de Pékin, il y a juste deux semaines.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette