Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Israël entérine l’accord avec le Hezbollah

Israël entérine l’accord avec le Hezbollah

Le Flash info du Jerusalem Post édition française

mardi 15 juillet 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le gouvernement israélien a donné mardi son feu vert à l’échange de prisonniers avec le mouvement chiite libanais Hezbollah, qui devrait avoir lieu ce mercredi à la frontière israélo-libanaise. Le cabinet a approuvé à la grande majorité l’accord conclu via une médiation allemande mandatée par les Nations unies et qui doit être appliqué à partir de mercredi à la frontière israélo-libanaise.

Seuls trois des ving-cinq ministres ont voté contre cet accord : les ministres Roni Bar On (Finances), Daniel Friedman (Justice) et Zeev Boïm (Logement).

Le ministre de la Défense, Ehoud Barak a remercié l’Allemagne et les Nations unies pour leur contribution à la réalisation de cet accord. mais a précisé qu’Israël poursuivrait ses efforts pour déterminer le sort de Ron Arad, dont le rapport transmis sur son sort par le Hezbollah a été jugé insuffisant par le gouvernement.

L’accord stipule que les Israéliens, via le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), remettront au Hezbollah cinq détenus libanais, en échange des deux soldats israéliens enlevés le 12 juillet 2006 par la milice chiite, Ehoud Goldwasser et Eldad Réguev.


Détails sur la capture d’Ehoud Goldwasser et Eldad Réguev

L’un des deux soldats israéliens a été tué pendant l’opération du 12 juillet 2006, selon le quotidien libanais Al-Akhbar, proche du Hezbollah.

Le journal qui cite des sources « très bien informées » affirme qu’au moins l’un des deux soldats enlevés par la milice chiite il y a deux ans a été tué durant l’opération.

Le journal relate en détails le film des événements en se basant sur le récit de ces sources qui font état de l’existence d’une vidéo de l’enlèvement.

Lors du rapt, le Hezbollah a lancé trois roquettes RPG en direction du véhicule Hummer transportant les soldats et qui ont explosé du côté où étaient assis Goldwasser et Réguev, les blessant.

Les terroristes du Hezbollah auraient ensuite transporté les deux prisonniers vers « une zone sécurisée » après avoir effacé sur le terrain toute trace qui aurait permis à Israël de comprendre ce qui s’était passé.

Tsahal prépare les funérailles des deux soldats enlevés par le Hezbollah

Alors que les familles des deux soldats réservistes israéliens s’accrochent au faible espoir de les revoir en vie, l’armée prépare de son côté leurs funérailles prévues jeudi prochain, soit un jour après l’échange de prisonniers avec le Hezbollah. Pour Tsahal, il ne fait pas de doute que les deux hommes, capturés à la frontière par le mouvement chiite libanais il y a 2 ans, seront rendus dans des cercueils lors de l’échange prévu demain à 9 h. L’enterrement devrait avoir lieu dans les deux villes d’origine des deux soldats, Kiryat Motzkin et Nahariya.

Contrastant avec le pessimisme de l’armée israélienne, la Croix-Rouge internationale a annoncé au Jerusalem Post l’envoi de médecins à la frontière durant l’échange pour soigner les deux soldats si besoin. « Nous n’avons aucune indication sur leur état de santé. Donc nous nous préparons à toute éventualité », a déclaré Segev Eitan la directrice de l’ONG. « Un médecin attendra du côté libanais de la frontière, un autre du côté israélien. »

Aucune information sur l’état de santé des deux réservistes n’a été transmise à leurs familles et amis. Les parents de Goldwasser continuent de soutenir que leur fils est toujours en vie, même après qu’Ehoud Olmert ait indiqué au gouvernement il y a deux semaines qu’il pensait que les deux soldats étaient morts.

Dans la foulée de son retour du sommet de Paris, le Premier ministre israélien a prévu mardi en fin de matinée de demander un nouveau vote au gouvernement concernant l’échange de prisonniers approuvé une première fois fin juin par 22 votes contre 3.


Peres : c’est sans joie que je signerai la libération de Kuntar

C’est sans joie que je signerai les formulaires de libération de Samir Kuntar, a déclaré Shimon Peres aux journalistes, mardi dernier.

« Nous ne voulons pas libérer des meurtriers », a-t-il affirmé, « mais nous avons l’obligation morale de ramener à la maison des soldats que nous avons envoyés pour défendre le pays. »

Aussi douloureux que ce soit pour Nina Keren, la mère de Danny Haran et grand-mère de Einat Haran qui furent tués par Kuntar en 1982, le président a dû prendre en considération les familles des soldats, qui attendent depuis 2 ans le retour des jeunes garçons.

Shimon Peres a rencontré Nina Keren, mardi, à la demande de cette dernière. « Ce fut un moment très difficile », a-t-il avoué, « mais je lui devais au moins ça, en tant que président. »

Peres a declaré qu’il signerait les formulaires de libération de façon conditionnelle. La libération de Kuntar ne se fera que si l’autre partie remplit également ses engagements dans le cadre de l’échange de prisonniers. Dans le cas inverse, Kuntar ne sera pas autorisé à quitter Israël.

Crise au sein de la coalition

Les ministres travaillistes ont voté lundi à la Knesset en faveur de la motion de censure contre le gouvernement.

Le Premier ministre Ehoud Olmert n’a pas exigé la démission des ministres travaillistes malgré leur vote de défiance.

S’il les avait renvoyés, il se serait retrouvé avec une coalition minoritaire qui serait probablement tombée la semaine prochaine. Mais finalement, Olmert s’est entretenu avec Ehoud Barak et ils se sont mis d’accord pour continuer à travailler ensemble.

Le vote de la motion de censure déposée par le Likoud s’est déroulé au moment de la nomination de deux nouveaux ministres. Le député Eli Aflalo (Kadima) a été nommé à la tête du ministère de l’Intégration et la ministre sans portefeuille Rouhama Avraham-Balila est devenue ministre du Tourisme.

Poursuite de la construction en Samarie

La mairie d’Ariel a annoncé lundi avoir reçu l’autorisation du ministère de la défense d’agrandir la construction de sa zone industrielle.

Gelé depuis des mois, le projet de construction de plus de 25 bâtiments dans la zone industrielle d’Ariel en Samarie a reçu la semaine dernière les autorisations pour se poursuivre.

Cette zone industrielle située à cinq kilomètres de la ville d’Ariel devrait à terme accueillir 35 usines, soit plus du double qu’actuellement. La ville d’Ariel (17 000 habitants) fait partie des blocs d’implantation qu’Israël souhaite conserver dans le cadre d’un accord avec les Palestiniens.

Le secrétaire général du mouvement d’extrême gauche La Paix Maintenant, Yariv Oppenheimer a dénoncé de son côté « la poursuite de la colonisation » et a déploré « que les colons arrivent à faire pression sur l’armée pour obtenir des autorisations de construire ce qui ne peut que faire reculer les chances d’arriver à un accord de paix viable avec les Palestiniens ».

Lancement de l’Autorité d’immigration nationale

L’Autorité d’immigration nationale nouvellement créée - avec 16 administrations publiques traitant de l’immigration - débutera officiellement mardi 16 juillet, mettant fin à plus de dix ans de débats gouvernementaux en matière d’immigrés légaux et clandestins, d’après le ministre de l’Intérieur Meir Chetrit.

Le directeur de l’enregistrement de la population Yaakov Ganot sera à sa tête. « Je crois que le contrôle du gouvernement sur ses frontières s’en trouvera grandement amélioré », a confié Chetrit au Jerusalem Post.

« Jusqu’à présent il y avait beaucoup d’organismes responsables des frontières du pays. Si on refusait l’entrée de quelqu’un à la frontière du pont Allenby, par exemple, il pouvait prendre un avion et arriver via le contrôle des passeports de l’aéroport Ben-Gourion. Il n’y avait aucune information partagée entre les deux », a-t-il précisé.

AUTORITE PALESTINIENNE

Ramallah s’apprête à recevoir Barack Obama

Les membres du gouvernement de Mahmoud Abbas se sont félicités de la visite de Barack Obama prévue la semaine prochaine. Un voyage nécessaire pour lui expliquer la situation des territoires occupés et l’état des négociations de paix avec Israël.

Néanmoins, pour les membres de l’AP, cette rencontre prévue le 23 juillet prochain ne signifie pas que leur gouvernement soutient plus Obama que son concurrent républicain, John McCaine. « Les Palestiniens ne veulent pas prendre partie dans les affaires internes des Etats-Unis. La visite [du candidat démocrate] à Ramallah ne veut pas dire que nous le soutenons », a déclaré un fonctionnaire palestinien au Jerusalem Post.

L’équipe de Mahmoud Abbas a exprimé l’espoir que la prochaine administration américaine place le conflit israélo-arabe au centre de son agenda politique. « Sans l’intervention américaine, le processus de paix ne peut avancer. », a-t-elle souligné avant d’ajouter : « Le prochain gouvernement doit faire pression sur Israël pour qu’il mette fin aux constructions d’implantations. Il doit également convaincre l’Etat juif de retirer les restrictions qui pèsent sur les Palestiniens."

Blair ne va plus à Gaza

Le représentant du Quartette pour le Proche-Orient, Tony Blair, a annulé mardi, à la dernière minute, une visite à Gaza en raison de menaces spécifiques sur sa sécurité.

Le convoi de l’ancien Premier ministre britannique a fait demi-tour avant d’atteindre le point de passage d’Erez, entre le nord de la bande de Gaza et Israël.

Tony Blair devait se rendre dans le nord de la bande de Gaza pour visiter un projet destiné à améliorer le traitement des eaux usées dans le territoire palestinien et rencontrer la Commissaire générale de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), Karen Abou Zayd, pour discuter de questions humanitaires.


Raid de Tsahal à Naplouse

Des Palestiniens ont déclaré mardi que les troupes de Tsahal avaient arrêté trois membres du Hamas lors d’un raid dans la ville de Naplouse.

Ces dernières années, Israël a déjà arrêté le maire de Naplouse, lui-même affilié au Hamas, ainsi que six des membres du conseil municipal contrôlé par l’organisation terroriste.

Tsahal n’a pas donné de détails concernant le raid qui a eu lieu à l’aube mardi. Des témoins ainsi que des habitants affirment que 12 membres du Hamas ont été arrêtés en tout, y compris des membres de la municipalité.

Le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas a déclaré que le raid israélien sur Naplouse portait atteinte à sa propre crédibilité vis-à-vis de l’opinion publique palestinienne.

PROCHE-ORIENT

Les forces libanaises surveillées par Tsahal

Israël suit de près les mouvements des Forces armées libanaises, qui a récemment pavé une route et commencé à installer plusieurs postes militaires dans les fermes de Cheba situées dans la région du mont Dov.

Les explications de ce comportement sans précédent de la part des Libanais diffèrent au sein de l’armée israélienne. Certains officiers hauts placés ont exprimé leur inquiétude que ces postes en construction deviennent des positions à la frontière qui pourraient aider le Hezbollah lors de futures attaques contre l’Etat hébreu.

“Si une guerre survient avec Israël, les emplacements de l’armée libanaise pourront être utilisés par le Hezbollah, puisque la plupart sont situés dans les anciens avant-postes de l’organisation terroriste”, a expliqué un ancien responsable.

Une autre explication est avancée par les officiers de l’unité de liaison étrangère de Tsahal. Elle consiste à voir dans le geste des forces libanaises une déclaration de propriété sur cette région, répondant ainsi à la demande israélienne de reprendre le contrôle du sud de ce pays.

INTERNATIONAL

Pas de tango à Paris pour Olmert et Assad

Le ‘rendez-vous’ du Premier ministre israélien et du président syrien à Paris s’est terminé alors que les deux dirigeants se frôlaient presque. Pourtant, ils ne se seront ni touchés, ni parlé.

Au terme du défilé annuel du 14 juillet, Olmert et Assad se sont retrouvés à un mètre l’un de l’autre sur l’immense tribune installée sur les Champs-Elysées, saluant les responsables politiques présents tout en restant bien conscients de la présence de l’un et de l’autre.

Alors qu’Assad faisait un mouvement vers la gauche, Olmert en faisait de même. Et pendant tout ce temps, le président syrien feignait d’ignorer la présence de son homologue israélien.

Pendant qu’Olmert saluait le président Egyptien Hosni Moubarak, Assad est passé derrière le dirigeant israélien, et les photographes, réalisant qu’une telle scène pourrait donner une photo historique, se sont tous exclamés en cœur : “Oh là là”.

Mais Olmert ne s’est pas retourné, Assad ne lui a pas tapoté gentiment l’épaule et le sommet de l’Union pour la Mediterranée s’est clot sans la poignée de main tant attendue.


iWeb démonte des sites terroristes

Le fournisseur d’accès Internet canadien iWeb a récemment retiré trois sites du Hamas et du Hezbollah de son réseau après avoir reçu des plaintes.

D’après la loi canadienne, le Hamas et le Hezbollah sont des organisations terroristes. Leurs activités sont interdites, conformément à la loi. Pourtant, ces organisations terroristes ont été hébergées en ligne par une entreprise basée à Montréal.

Le premier URL illicite a été découvert par Jonathan Halevi, en contrôlant Internet sous les auspices d’Orient Research Group, dont il est le cofondateur. Halevi est un chercheur sur le Moyen-Orient et l’Islam radical au Centre de Jérusalem pour les affaires publiques.

« Internet est un outil important pour les organisations terroristes. Il sert à recruter, instruire, exploiter des cellules et construire ce qu’ils appellent ‘la Nation islamique’ pour lancer ‘le djihad contre les infidèles’ », a expliqué Halevi au Jerusalem Post.

En découvrant qu’un serveur canadien hébergeait un site officiel du Hamas, HaLevi a immédiatement exigé de iWeb qu’il le retire. L’entreprise a d’abord répondu que le site de Hamas était purement informatif. Mais après une enquête plus approfondie, iWeb a accepté d’enlever le site du Hamas de leur serveur.

D’après Haevi, les serveurs américains hébergent 95 % des activités en ligne des organisations terroristes, y compris al-Qaïda et le Hamas.

Il est difficile d’établir une liaison directe entre l’auteur du site et le prestataire de services, ce qui empêche les autorités de déposer des plaintes. « Personne n’est poursuivi en justice pour soutenir des organisations terroristes sur le Web. Il faut monter une police Internet internationale d’urgence », a conclu HaLevi.

SPORT

Anya Gostomelsky : seule nageuse israélienne aux JO de Pékin

Une seule nageuse israélienne sera présente en Chine. Il s’agit d’Anya Gostomelsky qui participe à ses seconds jeux Olympiques d’affilée.

Elle concourra dans les disciplines, 100m et 50m nage libre, 100 m dos et papillon.

La championne de 27 ans tentera de faire oublier ses décevantes performances aux jeux Olympiques d’Athènes ou elle avait terminé 26e en 100m dos et 25e en 50m nage libre.

Originaire d’Ukraine, Anya Gostomelsky a fait son aliyah à l’âge de 10 ans. La plus grande récompense de sa carrière est une médaille de bronze arrachée en 50m nage libre lors des championnats européens de natation. en 2006.

Elle s’est qualifiée pour les JO de Pékin en terminant 10e du 100m dos dans les championnats d’Europe de mars dernier. Elle va tenter en Chine d’atteindre au moins les demi-finales dans la même catégorie.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette