Bandeau
DESINFOS.COM
Slogan du site

Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit
pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël

Les filles que j’ai rencontrées dans les tunnels.
By Agam Goldstein-Almog
Article mis en ligne le 20 janvier 2024

Par Agam Goldstein-Almog, dix-sept ans, qui a vu le #Hamas assassiner son père et sa sœur sous ses yeux, puis a été emmenée à #Gaza.
J’étais dans un tunnel sombre et humide au plus profond des sous-sol lorsque, à voix basse, j’ai entendu les histoires des jeunes femmes. Pas tant des histoires que des fragments de cauchemars vivants.
J’étais avec ma mère, ma protectrice, qui a fait tout ce qu’elle pouvait pour me garder en vie pendant que nous étions en captivité du Hamas. Avec mes deux jeunes frères, âgés de neuf et onze ans, nous avions tous les quatre été emmenés de notre maison du kibboutz Kfar Aza le matin du 7 octobre, mais pas avant que des terroristes n’abattent sur mon père, Nadav, à bout portant, et ne s’en prennent ensuite à ma sœur aînée, Yam, la balle lui transperçant le visage.

Leur sang giclait partout. Nous avons enjambé le corps mourant de mon père tandis que les terroristes nous criaient dessus, nous ont fait sortir de notre maison et nous ont conduits à Gaza.

Je n’ai jamais pu dire au revoir. Tous nos espoirs qu’ils étaient encore en vie ont été anéantis lorsque nous avons entendu à la radio qu’ils avaient été assassinés à un moment donné pendant notre captivité.

Nous avons été souvent déplacés pendant notre captivité, transférés à travers une série de maisons, d’appartements, de tunnels et même une mosquée à Gaza. Nos ravisseurs étaient cruels. Pendant notre captivité, ils nous ont dit qu’ils « reviendraient » dans notre kibboutz. La peur était paralysante.
Cela m’a dépassé. Je me souviens avoir dit à ma mère lorsque nous sommes entrés dans la ville : « Ils vont me torturer. Ils vont me violer. »

C’est dans les tunnels que j’ai rencontré d’autres jeunes femmes. La plupart d’entre elles n’avaient qu’un an de plus que moi, du haut de mes 17 ans. Certaines saignaient encore de leurs blessures par balle qui n’avaient été soignées qu’avec des bandages de fortune. L’une d’entre eux avait eu un membre démembré.

J’ai entendu d’elles des récits d’abus sexuels terrifiants et grotesques, souvent sous la menace d’une arme. Elles m’ont raconté que lorsqu’elles étaient tristes et pleuraient, leurs ravisseurs profitaient encore plus de leur impuissance, les frôlant et les caressant, puis les bousculant et saisissant les parties intimes de leur corps.

Elles étaient traités comme des jouets.

Ma mère, Chen, les a serrées dans ses bras. Elles nous ont dit qu’elles n’avaient pas entendu le mot Ima (maman) depuis très longtemps. Elles souffraient de de ne pas voir leur mère. Ma mère m’a dit plus tard qu’elle avait l’impression qu’elles étaient toutes ses filles, puisqu’elle venait elle-même de perdre une de ses filles.

Ces jeunes femmes avaient peur et craignaient pour leur vie. Elles nous ont suppliées de rencontrer leurs familles si nous étions libérés. Dis-leur que tu nous as vu, disaient-elles, mais ne leur dis pas tout. Epargnez leur les détails horribles, ont-elles déclaré, certaines d’entre elles proches du point de rupture. Elles nous ont supplié de continuer à lutter pour elles. Pour être sûr qu’elles rentrent à la maison. Ne laissez pas le monde nous oublier, murmuraient-elles.

Elles m’ont dit ça il y a plus de 50 jours.

Les femmes que j’ai rencontrées en captivité sont fortes. Elles sont résilientes. Et malgré tout ce qu’elles ont vécu – un mal dont aucun être humain ne devrait jamais être témoin – elles ont quand même gardé espoir. Mais quand je les ai quittées, cet espoir avait commencé à diminuer.

Vivre en captivité est insupportable. Vous vivez la mort. Les jours et les nuits se confondent, avec des pensées de mort qui secouent votre esprit. Vais-je mourir rapidement, comme ma sœur ? Ou s’agira-t-il d’un souffrance longue et exaspérante ? Des pensées interminables et tortueuses traversaient mon cerveau.

Je ne sais pas si les femmes que j’ai laissées dans les tunnels sont toujours ensemble. Au moment où j’écris ces mots, je revois encore leurs regards. Qu’ont-elles enduré de plus ? Sont-elles toujours maltraitées ? Sont-elles encore en vie ?

Le 26 novembre, j’ai été libérée avec ma mère et mes frères après 51 jours de captivité à Gaza.

Mais je suis changée à jamais. Le 7 octobre, j’ai vu le mal dans son énormité. J’ai vu un mal dont je n’aurais jamais cru l’existence. Les méchants des films d’horreur les plus effrayants ne sont rien comparés à la cruauté et à la brutalité de ces terroristes.

Ma famille a été détruite par ce mal. Un père assassiné, une sœur assassinée, 51 jours aux mains de terroristes, ce ne sont pas des choses auxquelles on sait faire face à 17 ans. Ce que je sais, c’est que je ne peux pas recommencer à vivre ma vie tant que nous n’aurons pas ramené à la maison nos sœurs et nos frères, nos mères et nos pères, nos fils et nos filles.

Je ne peux pas respirer librement sachant qu’ils sont toujours là-bas.
Je ne suis qu’une adolescente.
Mais je supplie le monde d’écouter mon cri : Sauvez-les. Ramenez-les à la maison maintenant.



Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.87
Hébergeur : OVH