Le HCR accusé d’antisémitisme passif ?

par Shraga Blum | Arouts 7

mercredi 30 janvier 2008

L’organisation UN Watch, qui supervise les activités de l’ONU et de ses diverses organisations affiliées, s’est adressée lundi à la Haute Commissaire aux Réfugiés, Louise Arbour, afin d’obtenir des clarifications concernant l’aval récent par le HCR de la « Charte Arabe des Droits de l’Homme », qui contient des thèmes classiques de l’antisémitisme.


Dans le Préambule de ce document antinomique et singulier, qui date de 1994, on y voit notamment l’article suivants : « Les Gouvernements des Etats membres de la Ligue Arabe refusent toute forme de racisme et de sionisme, qui constituent deux formes d’atteinte aux droits de l’Homme et qui menacent la paix et la sécurité mondiales. »

Plus loin, à l’article 1b on peut lire : « Le racisme, le sionisme, l’occupation et la domination étrangère sont des pratiques qui défient la dignité humaine et constituent un obstacle majeur à la jouissance des droits fondamentaux par les peuples ; il faut condamner ces pratiques, et faire en sorte qu’elles soient supprimées est un devoir. »

Jusqu’à ce jour, seuls sept Etats arabes ont signé ce document : la Jordanie, le Bahreïn, l’Algérie, la Syrie, la Libye, l’Autorité Palestinienne, et depuis un mois, les Emirats Arabes Unis. Mais c’est le nombre nécessaire et suffisant pour qu’il soit ratifié et prenne force de loi.

Le 24 janvier, Louise Arbour faisait une déclaration dans laquelle “elle saluait cette ratification, qui donnait tout son effet à cette charte » rajoutant « qu’il s’agissait d’un grand pas en avant dans le renforcement des Droits de l’Homme dans le Monde arabe »

Dans sa question adressée à Louise Arbour, Hiller Neuer, Directeur Exécutif d’UN Watch à Genève, indique que « le sionisme est un mouvement juif d’autodétermination, et revendique le droit internationalement reconnu d’exister à Israël.

Un texte qui compare le Sionisme au racisme, qui le décrit comme une menace pour la paix mondiale, comme un ennemi de du genre humain, et qui se doit d’être éliminé, est tout simplement de nature antisémite. » A UN Watch on précise que « même si ce document contient par ailleurs des propositions et des articles positifs, rien ne justifie que le HCR avalise un texte qui contient un tel langage de haine. », et on veut bien croire en la « bonne foi de Mme Arbour, qui n’était sûrement pas au courant des détails de cette Charte, contrairement au personnel responsable du HCR.

Droits de l’Homme et antisémitisme vont souvent paradoxalement de pair, comme on l’a vu à Durban ou lors de chaque session de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU.

Pour résoudre cette antinomie, comme l’ont fait les rédacteurs de la Charte Arabe des Droits de l’Homme, il suffit de décrire les « Sionistes » comme « ennemis du genre humain », ou « un phénomène à éliminer », sur le même modèle qu’utilisèrent il y a 70 ans les nazis, qui voulant « purifier l’Humanité », en ont exclu les Juifs avant de les exterminer.


Les textes

Mots-clés

Accueil