La fin de la commedia dell’aerte en Israël

Par Jacques BENILLOUCHE © Temps et Contretemps

mardi 14 avril 2020, par Desinfos

Voir en ligne : https://benillouche.blogspot.com/20...

C’est ainsi qu’on peut qualifier la situation qui dure depuis le 9 avril 2019, après les élections qui se sont soldées par un fiasco général. Les scrutins des 17 septembre 2019 et 2 mars 2020, ont été à l’avenant. Aucun clan n’est arrivé à dégager une majorité de 61 sièges. Alors la population est lasse d’une coquetterie stérile qui dure et qui pénalise le pays. La crise sanitaire, doublée d’une crise économique, nécessite le regroupement des énergies et l’abandon des clivages. Netanyahou exigeait l’immunité face aux juges ; il l’aura. De toute façon, la prison pour les grands serviteurs de l’État est inutile. Le président Moshé Katsav, le premier ministre Ehud Olmert et le rav Arie Derhy ont connu les affres de l’enfermement mais l’un est entré dans l’oubli, l’autre cherche à se replacer dans le circuit politique et le dernier officie toujours dans son ministère. La prison ne les a pas changés.



Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil