« Nuit » d’Edgar Hilsenrath, ou quand la mort d’une illusion ressuscite les morts

Jonathan Aleksandrowicz | JewPop

vendredi 4 janvier 2019, par Desinfos

Voir en ligne : http://jewpop.com/nuit-edgar-hilsenrath/

Les récits se multiplièrent. Puis le temps passa et l’Histoire retint la gémellité bourreaux-victimes : les nazis avaient commis un génocide durant lequel six millions d’être humains avaient péri. Ce symbole fit l’objet de créations artistiques donnant lieu à des morceaux de bravoure, de sensiblerie, ou d’humanité malgré l’horreur l’ambiante. Le violon d’Itzhak Perlman de La Liste de Schindler est ainsi entré dans l’inconscient collectif comme la bande-originale de la Shoah. Sans doute l’archet élégant jouant dans notre imagination déraperait-il en une série de fausses notes à la lecture du roman « Nuit » d’Edgar Hilsenrath.



Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil