En favorisant les votes niant les liens d’Israël avec Jérusalem ou Hébron, l’ONU attise une guerre de religion qui repousse tout règlement politique

Alain Rajchman, en exclusivité pour DESINFOS

mercredi 26 juillet 2017, par Desinfos

En 2000, alors que l’éclatement d’une nouvelle intifada exigeait de corriger la désinformation systématique de la presse occidentale à l’encontre d’Israël, la naissance du site DESINFOS.com a été une courageuse initiative. 17 ans plus tard, les récentes affirmations du représentant français à l’ONU et des médias sur la crise des mosquées montrent combien ce combat est malheureusement loin d’être terminé !
La spécificité de DESINFOS est de prendre un peu de recul face aux évènements. Bien sûr, des articles dénoncent à vif les déclarations, les comportements lâches, qui sont quotidiennement des condamnations d’Israël.


Prenons donc ce recul pour regarder au fond qui contribue à attiser une guerre de religion au détriment d’un règlement politique ? Quelle place occupent les résolutions ignobles de l’UNESCO dans l’entretien de la haine des juifs sur leur terre ? Comment les pays, dont la France, qui soutiennent ces résolutions tendent à être complices des forces islamistes qui derrière la négation d’Israël, nient tout autant le monde occidental ?

Cette incitation à encourager la contestation d’Israël sera un jour regarder comme l’une des plus grandes supercheries de l’histoire. La complicité de nombreux pays occidentaux permet depuis un siècle aux leaders arabes d’user de la même grosse ficelle : la menace des mosquées pour radicaliser leurs populations contre les juifs !
Voyant son projet politique s’essouffler, le « modéré » Mahmoud Abbas recourt à cette bonne vieille recette en déclarant que la mosquée « El Aqsa » est en danger et que les juifs veulent en prendre le contrôle. Cette rhétorique masque un message – entretenu par les votes favorables des pays de l’UNESCO – qui montre au monde que le conflit n’est en rien lié aux questions de frontières ou d’implantations, mais relève d’une guerre de religion. La seule visée de cette guerre religieuse est de repousser toute présence juive sur une terre islamique.

Cette duperie doit cesser ! La France, comme d’autres pays occidentaux, se doivent d’ouvrir les yeux !

Le prétexte des portiques de sécurité (même une fois retirés) en est l’occasion rêvée. Si Abbas souhaitait vraiment un règlement politique, alors pourquoi contribue-t-il à exciter la haine religieuse pour entretenir l’illusion d’une Palestine sans les juifs…qui n’y ont aucuns droits !

La violence des masses musulmanes et l’encouragement des initiatives solitaires (rémunération des terroristes, félicitations du parlement jordanien) telles que le massacre d’une famille juive lors de son diner du shabatt, ont pour objectif de pousser des pays comme la France à faire des contresens graves au Conseil de Sécurité de l’ONU en faisant reposer la « faute » sur Israël et sa politique de colonisation : « L’absence de règlement du conflit israélo-palestinien fait peser des risques pour l’ensemble de la région. Ce conflit dure depuis près de 70 ans et l’occupation des Territoires palestiniens dure depuis bientôt 50 ans », a déclaré le diplomate français à l’ONU.

Une cécité inquiétante sur le réel désir de règlement politique des palestiniens et qui rendent - de fait – ces pays complices de la duperie palestinienne.

Aussi longtemps que cette duperie ne sera pas dénoncée, les palestiniens et leurs soutiens pourront continuer de croire à l’illusion d’une terre de Palestine « sans juifs ». La crise actuelle des mosquées en est une nouvelle étape. Dans tout ceci, ce n’est pas « El Aqsa » qui est en danger, mais bel et bien l’espoir d’un règlement politique de la question palestinienne.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil