Tout et n’importe quoi aura été utilisé contre Donald Trump dans une campagne présidentielle qui s’achève

Hélène Keller-Lind

dimanche 6 novembre 2016, par Desinfos

À deux jours des élections américaines une nouvelle accusation est lancée contre le candidat républicain, Donald Trump. Cette fois un de ses clips de campagne serait antisémite. Nombre de relais, juifs y compris, reprennent l’accusation. Qui pourtant ne tient pas. Et alors que des alliances ou autres, pourtant fort douteuses à cet égard, sont le plus souvent passées sous silence. Regard sur quelques manœuvres de diversion alors que les deux candidats sont au coude à coude.


Fin de campagne serrée et divergences de vues

Campagne présidentielle serrée à deux jours d’élections américaines dont le résultat sera d’une importance cruciale puisque deux visions du monde s’opposent - l’une d’elles plus ou moins dans la continuité de l’ère Obama, l’autre résolument opposée - et que l’une sera mise en œuvre par le candidat qui l’emportera. Avec des conséquences de taille pour le reste du monde puisqu’il s’agit, en dépit d’une certaine érosion, de ce qui reste la première puissance mondiale.

À titre d’exemple, il y a divergence énorme sur le thème de l’immigration entre Démocrates et Républicains. Le Président Obama annonçant clairement que les immigrants illégaux peuvent prendre part au vote, sans craindre d’être inquiétés, les y encourageant et encourageant donc l’immigration illégale qui n’a pas été combattue sous son mandat,, autant de voix pour Hillary Clinton, alors que le candidat républicain estime que l’immigration doit être maîtrisée et en décrit précisément les contours dans son programme – loin des rodomontades passées de ses premières déclarations de novice en politique –. Il veut que soit suspendus les visas pour les originaires de pays problématiques si les candidats ne peuvent être soumis à des contrôles fiables. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Pour preuve, par exemple, ple couple terroriste qui a perpétré un massacre à San Bernardino. L’épouse, venue du Pakistan, Tashfeen Malik, avait obtenu un visa bien que mentant dans sa demande, entre autres.
Quant à Hillary Clinton, ses opinions sur la question ont varié au fil du temps mais elle s’inscrit aujourd’hui dans la ligne Obama. Ou la ligne Soros, mais on y reviendra. Elle prévoit d’ailleurs une augmentation de 550% du nombre de réfugiés syriens accueillis aux Etats-Unis.

Attaques contre Donald Trump, la dernière en date l’accusant d’antisémitisme...

On sait que le camp Clinton a lancé quantité d’attaques contre le candidat républicain, dûment relayées par une presse largement favorable aux Démocrates. Ainsi, une dizaine de femmes silencieuses jusque là ont soudain porté des accusations de harcèlement sexuel remontant à trente, vingt ou dix ans contre Donald Trump. Aucune n’allant bien loin et le tout sans preuves. La dernière en date a affirmé avoir été violée à l’âge de treize ans par un homme qu’elle aurait reconnu comme étant Donald Trump des années plus tard. La conférence de presse prévue a été annulée et l’accusatrice est revenue sur ses accusations...Mais on sait ce qu’en disait Goebbels sur le sujet... « Mentez, mentez... »

Une campagne d’un autre genre vient d’être lancée, cette fois contre le dernier clip en date de la campagne Trump, un plaidoyer pour l’Amérique. Ce clip dénonce un establishment corrompu qui a échoué à plusieurs niveaux, ne se préoccupant pas de la majorité des Américains. Ce qui a été démontré de mille et une manières récemment avec tout ce qu’ont révélé WikiLeaks, des infos qui n’ont pas été révélées par la Russie, contrairement à la rumeur, DNCLeaks, les John Podesta e-mails, l’enquête du FBI concernant Hillary Clinton, enquête qui vient d’être rouverte après que 600.000 e-mails ont été découverts sur l’ordinateur dumari de son assistante favorite, ce qui a été découvert par le très sérieux Judicial Watch, l’état de la dette américaine, le taux de criminalité dans les villes américaines gérées par des Démocrates, etc. Il dénonce une immigration incontrôlée, une délocalisation des usines et leurs conséquences, une politique étrangère désastreuse, des contrats internationaux préjudiciables, etc.

Ce clip est dénoncé par l’Antidefamation League, par exemple. Ou Times of Israel, dans sa version anglaise et française. Mais pas seulement.
Parmi les personnes désignées comme portant tort aux États-Unis on trouve trois juifs, en effet. Aperçus brièvement et parmi d’autres personnages, comme Bill et Hillary Clinton ou Obama. Avec surtout des Américains anonymes, vus individuellement ou dans les foules assistant aux rallies de Donald Trump, sur lesquels la caméra s’attarde bien plus. On peut douter que l’électeur moyen américain sache qu’ils sont juifs et, mis à part Soros, c’est leur fonction qui est dénoncée. Antisémitisme entend-on pourtant en chœur. On lui reproche même le soutien d’un des anciens dirigeants du Ku Klux Klan. Un soutien qu’il n’a pas recherché et qu’il a clairement rejeté, même si la rumeur persiste. Et on entendra bien moins souvent parler du soutien de dirigeants du KKK à Hillary Clinton ni du fait qu’un de ses mentors et amis, Robert Byrd, ait été un membre éminent du Klan et un de ses recruteurs....

Quant aux trois personnages juifs vus dans ce clip de campagne, il y a en premier lieu George Soros. Celui-ci finance à coup de millions Hillary Clinton qui partage sa vision d’un monde sans frontières – révélée dans un discours secret-* avec une immigration musulmane accrue en occident.... Par ailleurs, NGO Monitor, observatoire des ONG très connu, a dénoncé l’aide apportée par la Fondation du milliardaire à des ONG militant clairement contre Israël....
Janet Yellen figure dans ce clip en tant que présidente de la Réserve Fédérale américaine. Or on sait que l’état financier des États-Unis est préoccupant avec une dette énorme. Fallait-il le taire ? Dans ce clip on voit aussi Lloyd Blankfein, PDG de Goldman Sachs, qui n’est pas identifié. Dont on sait qu’il perçoit un salaire astronomique mais qui l’aura reconnu dans ce clip où ce sont les grandes banques qui sont dénoncées ? Ce PDG soutient Hillary Clinton qui a été payée des sommes énormes pour donner des discours dans plusieurs banques dont la sienne, tout en tenant un double discours et en fustigeant ces mêmes banques publiquement.

Cette accusation ou même ce soupçon d’antisémitisme visant Donald Trump sont aussi faux qu’ignobles...

Inexactitudes et silence sur une proche d’Hillary Clinton aux liens plus que troublants

On notera des inexactitudes chez les détracteurs de Donald Trump lui attribuant trois petits-enfants juifs alors que tous ses petits-enfants le sont.... Ou on notera que l’impasse est souvent faite sur la personnalité d’Huma Abedin, la conseillère la plus proche d’Hillary Clinton qui voit en elle ’une fille’ et qui a pourtant des liens troublants avec les Frères musulmans. Huma Abedin qui, en 2009, avait recommandé que Bill Clinton refuse l’invitation lancée par AIPAC, le lobby pro-israélien américain. Écrivant avec mépris : « vous voulez vraiment l’envoyer chez ces gens-là ? ».... Ce que l’on ne sait que grâce à WikiLeaks...On ne la voit plus depuis peu aux côtés d’Hillary Clinton où elle était constamment, depuis que le FBI a trouvé ces 600.000 e-mails sur l’ordinateur de son mari, Anthony Weiner -ils sont en cours de divorce-. Elle sait ou se doute du contenu de ces mails qui pourraient être très dommageables pour la candidate démocrate...Mais sur cela les médias sont fort discrets...

On notera enfin que la plupart des médias font l’impasse sur quantité de manquements graves d’Hillary Clinton...


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil