L’archéologie contournée. Fouilles toi de là

Marc Nacht

vendredi 4 novembre 2016, par Desinfos

Il fallait le faire. Le Figaro du 28 octobre sous le titre « A Jérusalem , l’archéologie détournée à des fins politiques », remettait le couvert crasseux des derniers votes de l’Unesco déniant les évidences historiques juives du Mont du Temple et du caveau des Patriarches. Pour ce faire Cyrille Louis ne trouvait pas mieux que de citer les critiques de vieux opposants aux recherches archéologiques israéliennes, l’ONG Emek Shaveh et le journaliste Nir Hasson, gauchiste avéré de la "Paix maintenant


Pour ces derniers, qui ne semblent voir dans l’archéologie qu’une instrumentation anti palestinienne, les fouilles au pied du Kotel (Mur des lamentations) et du proche village de Silwan où furent découvertes les ruines de la cité du roi David se seraient effectuées "dans le mépris le plus total d'une histoire qui n'a rien à voir avec celle de la présence juive à Jérusalem
« , rien à voir parce que ces fouilles auraient été effectuées »sans prendre l’avis des populations qui résident au dessus« . Les recherches et les travaux entrepris depuis des années par les archéologues israéliens, se résumeraient donc à une colonisation des sous-sols et à l’exhumation des ruines historiques au détriment des Palestiniens »afin d’imposer un récit centré sur l’histoire juive de la ville au détriment des autres périodes — sans doute dans le but d’en exclure l’identité palestinienne , mais aussi de rendre impossible tout partage de la ville en cas d’accord de paix« (Hasson). Évidemment, il faudrait tamiser beaucoup pour découvrir sous le sol de Jérusalem »l’identité palestinienne« , pure parmi toutes les autres, sans doute, notamment chrétiennes. Quant au »partage de la ville« , on voit mal en quoi »La cité de David", située sur la parcelle, acquise en 1882 au sud-est du quartier Silwan pour y loger les Juifs yéménites— l’empêcherait.

On attend un article stigmatisant les fouilles entreprises (1965-1972) sous le parvis de Notre Dame de Paris révélant le passé gallo-romain de Lutèce pour l’intérêt d’un grand nombre de visiteurs. Les fins politiques de cette exposition sont évidentes : en effet les Italiens pourraient s’en autoriser pour revendiquer la propriété de la cathédrale au titre des constructions élevées par l’Empereur Auguste en l’an 27 av. JC.
L’Unesco est attendue de pied ferme sur cette question.

Dans la même foulée , on pouvait relever le titre tendancieux du même journal dont on pourrait espérer plus d’objectivité : « Israël : ils incitaient au meurtre de Palestiniens » (26/10), alors que L’AFP titrait plus justement sa dépêche (une fois n’est pas coutume) « Israël : 13 extrémistes juifs inculpés pour apologie du meurtre de Palestiniens ». Inculpés par la justice israélienne , bien sûr.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil