La Conférence pour la paix de Paris

Dr Zvi Tenney - Ambassador of Israel (ret)

vendredi 3 juin 2016, par Desinfos

Il faut signaler avec regret que la Conférence internationale pour traiter du conflit palestino-israélien que la France a réuni ce trois Mai à Paris a passé completement sous silence la véritable position palestinienne, à savoir, le refus de l’existence d’un Etat juif au moyen orient.
Pourtant nombreuses sont les publications sérieuses qui ont fait et qui font sans cesse état de cette situation qui constitue l’obstacle majeur de toute solution du conflit.
Voici la dernière en date d’un journaliste arabe reconnu pour sa connaissance sérieuse et objective des problèmes de la région :


Les Palestiniens : « Jamais Nous ne reconnaîtrons Israël comme un Etat Juif »
Par Khaled Abu Toameh*
23 avril 2016
http://fr.gatestoneinstitute.org/79...

Israël en tant qu’Etat juif a valeur d’anathème pour toute la communauté des Palestiniens. Cette posture adoptée par l’Autorité Palestinienne, (PA) et son président Mahmoud Abbas est constamment communiquée et renouvelée.
Reconnaître Israël comme un Etat juif donnerait aux Palestiniens le sentiment de brader le « droit au retour » de millions de « réfugiés » en Israël. Il va de pair avec leur refus imperturbable de reconnaître un quelconque lien historique entre les juifs et ce territoire.
Ces dernières semaines, le président de l’Autorité Palestinienne a réitéré son opposition à une reconnaissance d’Israël en tant qu’Etat juif.
Ce refus représente l’un des principaux obstacles à la paix entre Israël et les Palestiniens.
Les lamentations sur les implantations juives sont en réalité un rideau de fumée organisé par l’Autorité Palestinienne.

Le projet de l’Autorité Palestinienne d’exiger du Conseil de sécurité des Nations Unies une résolution condamnant les constructions d’Israël dans les implantations suscite en ce moment une grande agitation. Il n’est pas sur encore que le président de l’Autorité Palestinienne mette sa menace à exécution. Il est clair en revanche est que focaliser l’attention sur les implantations à l’avantage d’éviter d’aborder un sujet autrement plus important comme la reconnaissance d’Israël comme Etat juif par les Palestiniens. Nombre de Palestiniens continuent de considérer Israël comme une grande et unique colonie qui doit être délogée du Proche Orient.
Pourquoi les Palestiniens refusent-ils d’accepter Israël en tant qu’Etat juif ?
Abbas a toujours systématiquement refusé de lister les raisons de son refus. En janvier 2014, le président de l’AP a déclaré :
« Les Palestiniens ne reconnaîtront pas le caractère juif de l’Etat d’Israël et ne l’acceptent pas. Les Israéliens affirment que la non reconnaissance d’Israël en tant qu’Etat juif fait du conflit une impasse. Et nous disons que nous ne reconnaissons pas ni n’acceptons Israël en tant qu’Etat juif. Et nous avons de bonnes raisons pour cela ».
En une autre occasion, Abbas a affirmé : « personne ne peut nous obliger à reconnaître Israël en tant qu’Etat juif. S’ils (Israël) veulent cette appellation, ils n’ont qu’à aller aux Nations Unies et demander à changer de nom pour un autre qui leur convient mieux, et pourquoi pas Etat Juif Sioniste si ça leur chante ». Mais là encore, Abbas a refusé de fonder le refus véhément des Palestiniens.

Négociateur en chef de l’Autorité Palestinienne, Saeb Erekat, a éclairé quelque peu le débat. « Nous avons déjà reconnu l’existence d’Israël sur les frontières de 1948 de la Palestine occupée » a-t-il dit. Il a ajouté qu’il avait clairement expliqué à Tzipi Livni, à l’époque où elle était ministre des affaires étrangères, à l’occasion d’une réunion qui se tenait à Munich que les Palestiniens « ne changeront pas leur culture, leur histoire et leur religion en reconnaissant Israël en tant qu’Etat juif ».
Bien que les leaders palestiniens se montrent avares d’explications, d’autres font preuve de plus de générosité.
Saniyeh Al-Husseini, professeure de sciences politiques, a récemment publié un article intitulé « Pourquoi les Palestiniens refusent de reconnaître le caractère juif de l’Etat d’Israël ». L’article a été repris intégralement par l’agence de presse WAFA, organe official de communication de l’Autorité Palestinienne, ce qui représente un signe très sûr d’assentiment officiel.

Le texte d’Al-Husseini met l’accent sur le soutien que les Etats Unis apportent à une position israélienne qu’elle décrit comme une « exigence paralysante ».
« Accepter la judéité d’Israël reviendrait pour les Palestiniens à renoncer à tous leurs droits sur les terres palestiniennes, y compris celles qui ont été occupées en 1967 » écrit Al-Husseini. L’auteure ajoute que les Palestiniens ont deux objections fondamentales. La première concerne le « droit au retour » des réfugiés palestiniens dans leurs anciennes maisons et villages sur le territoire d’Israël. La seconde touche au statut des citoyens arabes d’Israël.
Concernant la première objection, Al-Husseini écrit :
« Valider le narratif israélien signifie que les Palestiniens renoncent à tous leurs droits sur la terre de Palestine et justifie les guerres qu’Israël a mené contre les Palestiniens. Reconnaître le caractère juif de l’Etat d’Israël reviendrait à reconnaître le narratif israélien sur le droit des juifs à la terre de Palestine et exempterait Israël de toute responsabilité sur les conséquences morales et légales de tous les crimes commis contre les Palestiniens ».
Selon Al-Husseini donc, reconnaître le caractère juif de l’Etat d’Israël reviendrait donc à légitimer « le droit des juifs sur la terre de Palestine » et porterait irrémédiablement atteinte au « droit au retour » de plusieurs millions de réfugiés palestiniens.

Essayons un instant de clarifier cette position : l’Autorité Palestinienne réclame un Etat palestinien à côté de l’Etat d’Israël, mais revendique simultanément le droit d’inonder Israël de plusieurs millions de réfugiés. Soit une demande que n’importe quel gouvernement israélien jugera inacceptable. Plus crucial encore est le refus palestinien de reconnaître à Israël la moindre légitimité territoriale. Un refus qui est au cœur du narratif palestinien. Même les partisans palestiniens d’une solution à deux Etat ne sont pas prêts à reconnaître que les juifs ont un lien ou une histoire avec cette terre.......

  • Khaled Abu Toameh, journaliste arabe titulaire de nombreuses récompenses, est basé à Jérusalem

www.zvitenney.info


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil