Le parti pris anti-israélien du candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Bernie Sanders et un rappel capital d’Hillary Clinton

Hélène Keller-Lind

vendredi 15 avril 2016, par Desinfos

Bernie Sanders, l’un des deux candidats démocrates à la nomination pour la course à la présidence des États-Unis avait récemment fait une énorme bourde concernant Israël qu’il accusait d’avoir tué dix mille Gazaouis « innocents » lors de la guerre de Gaza de 2014. Soit un chiffre plus de six fois plus élevé que celui donné par le Hamas. Lors du débat organisé par la chaîne CNN le 14 avril 2016, il rectifiait ce chiffre mais enfonçait le clou. Autre élément notable : Hillary Clinton soulignait que ce sont les Palestiniens qui ont refusé la paix proposée voici quinze ans par le Premier ministre Ehud Barak, sous l’égide du Président Bill Clinton.


Bernie Sanders : une vision gauchiste d’Israël

Décidément, le Sénateur du Vermont Bernie Sanders, l’un des deux candidats démocrates à la nomination pour les prochaines élections présidentielles américaines, ne peut cacher sa désapprobation profonde du gouvernement d’Israël, une démocratie pourtant alliée des États-Unis, qui maintient le cap dans une région déchirée par guerres civiles et terrorisme. Dans une interview avec le New York Daily News du 1er avril 2016 s’il admettait que Hamas et Hezbollah sont des organisations terroristes et condamnait le terrorisme, il estimait qu’Israël doit se retirer des implantations, décrites comme « illégales » - analyse qui est également faite par le Quai d’Orsay... – mais commettait une énorme bourde. Il accusait Israël d’avoir frappé la bande de Gaza pendant la guerre de 2014 « de manière indiscriminée et disporportionnée » , « rasant des immeubles d’habitation », « bombardant des hôpitaux » et faisant « dix mille morts innocents »...Il reprenait ainsi un discours anti-israélien connu, ne reposant sur aucun fait, et augmentait même de plus de six fois les chiffres du Hamas.... Il soulignait aussi que la justice concerne à la fois Israéliens et Palestiniens, ce qui n’est pas contestable. Mais ne disait rien, par exemple, des morts israéliens, desviolences palestiniennes de ces six derniers mois ni de l’incitation à la violence de l’Autorité palestinienne, ni de sa corruption...Il exprimait toutefois son désaccord avec les Palestiniens accusant Israël de crimes de guerre et ayant porté l’affaire devant la cour internationale de justice sans pouvoir justifier son opinion....

Ce qui n’a rien d’étonnant lorsque l’on sait quels milieux il fréquente et apprécie. Ainsi nommait-il il y a quelques jours au poste de « coordinateur des affaires juives » de sa campagne Simone Zimmerman, une Américaine farouchement anti-israélienne, qui a été présidente d’une section estudiantine de J Street, qui milite activement contre « l’occupation » et soutient le mouvement BDS.... On ne peut imaginer qu’il ne connaisse pas ses prises de positions, parfois relayées par le quotidien de gauche israélien Haaretz, et qu’il ne les approuve pas...

Pourtant, compte tenu des excès verbaux de sa nouvelle coordinatrice il vient de la suspendre peu après cette nomination et ses abus verbaux, outranciers et grossiers passés concernant le Premier ministre israélien ou de Tsahal seront examinés par l’organisation qui milite pour Bernie Sanders avant de prendre une décision sur son sort. Il faut dire qu’à l’annonce de sa nomination Ronald S. Lauder, président du Congrès Juif Mondial, ainsi que l’ancien président de l’Anti-Defamation League, Abe Foxman, avaient demandé qu’elle soit renvoyée.

Le débat du 14 avril 2016 avec Hillary Clinton, organisé par CNN

Lors du débat organisé le 14 avril 2016 par la chaîne de télévision CNN avec Hillary Clinton, ancien Secrétaire d’État de l’administration Obama, juste avant un vote important pour obtenir des délégués è New York, Bernie Sanders donnait des chiffres révisés concernant les morts palestiniens de la guerre de Gaza, passant de dix mille à mille cinq cents, chiffres du Hamas, d’ailleurs, nombre des « civils » tués ayant été en réalité des membres du Hamas ne portant pas d’uniformes. Mais il persistait et signait sur d’autres points comme le fait que, selon lui, Israël n’aurait pas pris toutes les précautions nécessaires dans des frappes « disproportionnées ».

Le Sénateur se disant néanmoins totalement « pro-israélien » et rappelant qu’il avait passé des mois en Israël lorsqu’il était enfant et y a de la famille...tout en ne disant mot des morts israéliens, moins nombreux certes dans cette guerre, mais uniquement grâce au système d’alerte mis en place par Israël, aux nombreux abris construits en raison des attaques terroristes répétées depuis la bande de Gaza et surtout grâce au Dôme de fer. Alors que le Hamas, qui lance roquettes et missiles de manière indiscriminée, lui, consacre un énorme budget à son armement ou à la construction de tunnels offensifs et ne fait rien pour protéger sa population civile qu’au contraire il utilise comme bouclier humain à des fins de propagande. Une propagande qui marche comme on le voit dans les propos de Bernie Sanders et des adversaires d’Israël comme Simone Zimmerman...

Un témoignage capital d’Hillary Clinton

Les réponses d’Hillary Clinton interrogée, elle aussi, à propos d’Israël et des Palestiniens ont été quelque peu différentes. Sans que, toutefois, on puisse se faire trop d’illusions en la matière, si elle était élue à la Présidence, car, s’exprimant depuis Brooklyn, elle était là en campagne pour remporter des délégués à New York qui a une forte population juive..

Son témoignage était pourtant capital. « J’ai négocié le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas en Novembre 2012. Je l’ai fait de concert avec ...le Président Abbas de l’Autorité palestinienne basée à Ramallah, je l’ai fait à l’époque avec le Président Morsi, des Frères musulmans, basé au Caire, en étroite collaboration avec le Premier ministre Netanyahu et le cabinet israélien. Je peux vous dire maintenant, alors que je suis les responsables israéliens depuis plus de 25 ans, qu’ils ne cherchent pas ce genre d’attaques. Ils n’invitent pas les roquettes à pleuvoir sur leurs villes et villages.
Ils croient qu’il ne devrait pas y avoir une incitation constante à la violence contre Israël de la part du Hamas aidé et encouragé par l’Iran. Et, alors, quand est venu un moment où, après avoir subi des tirs de roquettes venues – de Gaza-, subi des assauts et des embuscades contre leurs soldats et ils m’ont appelée et m’ont dit - j’étais au Cambodge-, qu’ils se préparaient à devoir envahir Gaza à nouveau parce qu’ils ne pouvaient pas trouver quelqu’un à qui parler pour leur dire d’arrêter, j’ai voyagé par avion toute la nuit, je suis arrivée, j’ai négocié cela.
Donc, je ne sais pas comment vous gérez un pays lorsque vous êtes sous la menace constante, des actes terroristes, de roquettes tirées sur vous. Vous avez le droit de vous défendre.

Cela ne signifie pas - cela ne signifie pas que vous ne prenez pas les précautions appropriées. Et, je comprends qu’il y a toujours des remises en question chaque fois qu’il y a une guerre. Cela ne signifie pas que nous ne devrions pas continuer à faire tout notre possible pour essayer de parvenir à une solution à deux États, ce qui donnerait aux Palestiniens les droits et ... »
Le journaliste Wolf Blitzer l’interrompt brièvement : « Merci ». Hillary Clinton poursuit : « ... laissez-moi finir. Les droits et l’autonomie qu’ils méritent. Et, permettez-moi de dire ceci, si Yasser Arafat avait accepté avec mon mari – Bill Clinton alors Président des États-Unis - à Camp David dans la fin des années 1990 l’offre, que celui qui était alors le Premier ministre israélien Ehud- Barak avait mis sur la table, nous aurions eu un État palestinien depuis 15 ans. ». ( ndlr les caractères gras sont les nôtres )

La vidéo complète du débat

https://www.youtube.com/watch?v=PmhCxepugg4.

Ceci pour la partie démocrate. Nous évoquerons la partie républicaine à une autre occasion.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil