Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Ce qui se conçoit clairement, s’énonce aisément

par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

Seulement, là où le bât blesse, c’est lorsque la chronologie est, une fois encore, inversée.

En effet, en premier lieu, « il condamne la mort de civils parmi la population palestinienne, dont des enfants, au cours des opérations militaires israéliennes, et appelle Israël à respecter ses obligations en vertu du droit international humanitaire et des droits de l’homme ».

C’est ensuite, seulement, mais quand même, qu’il « a aussi réitéré sa condamnation des tirs de roquettes dirigés sur des cibles civiles israéliennes ».

Et de terminer par le sempiternel appel à « toutes les parties à la retenue ».

On insistera, en premier lieu, une fois de plus, sur le fait que le respect « du droit international humanitaire et des droits de l’homme » devrait valoir également pour l’autre partie, même si elle ne constitue pas une entité juridique reconnue sur le plan du droit international.

A la limite, le respect des civils israéliens relève autant de la morale que du droit international.

En second lieu, mettre les deux parties sur le même plan de la retenue paraît indécent.

Les terroristes palestiniens, quelle que soit leur affiliation (Hamas, Djihad islamique, Fatah...) ne font preuve d’aucune retenue, puisqu’ils tirent, purement et simplement en direction du territoire israélien, voire s’en prennent directement à des civils, comme ce fut le cas, la semaine dernière à Nahal Oz.

Quant aux forces armées israéliennes, compte tenu de leur puissance de frappe, elles font manifestement preuve de retenue, car, sinon, ce ne serait pas une vingtaine de victimes, que l’on dénombrerait mais des centaines, ce qui permettrait, pourtant, d’éliminer effectivement beaucoup plus de terroristes.

A ce sujet, on notera que, décidément, il y a des mots, qui « écorchent » la bouche des journalistes ou qui bloquent les touches de leurs claviers, car ils s’obstinent à parler de « militants » ou au mieux d’ « activistes ».

On ne renoncera pas à rappeler qu’en « vertu du droit international humanitaire et des droits de l’homme », il y a lieu de dissocier les cibles civiles des cibles militaires, ce que persistent à ignorer les terroristes palestiniens.

Or, c’est cette violation d’une règle fondamentale qui rend inévitable les « dégâts collatéraux », qui surviennent, dans le cadre des actions de légitime défense entreprises par les forces armées israéliennes.

De sorte que si nous avions été chargé de rédiger le message du Secrétaire général des Nations Unies, nous aurions écrit qu’ « il réitère sa condamnation des tirs de roquettes dirigés sur des cibles civiles israéliennes » et, de façon impartiale « qu’il regrette, également, la mort de civils parmi la population palestinienne, dont des enfants, au cours des opérations militaires israéliennes ».

Et nous n’aurions pas manqué de rappeler que les « obligations en vertu du droit international humanitaire et des droits de l’homme » pèsent sur toutes les parties à un conflit, s’agissant notamment, de la distinction entre cibles civiles et cibles militaires.

Seulement voilà, nous ne sommes pas le porte parole du Secrétaire général des Nations Unies.



Retourner à l'article Ce qui se conçoit clairement, s’énonce aisément

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.