Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Annapolis : Les Palestiniens dictent leurs conditions de participation

Par Hanna Mesguishe pour Guysen International News

Lors de la réunion hebdomadaire du cabinet de l’Autorité palestinienne, qui s’est tenue lundi 19 novembre à Ramallah, le président de l’AP a marqué sa déception devant l’absence de progrès dans les négociations avec les Israéliens, pour parvenir avec eux, à une déclaration commune de principes.

En effet, alors qu’il a rencontré Ehoud Olmert pour une dernière entrevue avant le jour J à Annapolis, Mahmoud Abbas a fait savoir que « les objectifs que nous nous étions fixés n’ont pas été atteints ». Autrement dit, aucun texte ne sera présenté la semaine prochaine lors de cette conférence internationale pour la paix.

Le chef palestinien a alors annoncé qu’il souhaitait désormais dresser les conditions que devrait remplir Israël pour que les membres de l’AP s’assoient à la table des négociations.
« Puisqu’aucun texte n’a été élaboré, il est important que les Palestiniens sachent quelles sont les concessions que l’Etat hébreu est prêt à faire avant d’aller à Annapolis » a précisé Mahmoud Abbas.

Riad Malki, le ministre de l’Information de l’AP a déclaré à l’issue de la réunion du cabinet, qu’Israël devait s’engager en premier lieu à ne pas établir d’avant-postes en Judée-Samarie, à démanteler toutes les installations illégales depuis 2001, et à enrayer la croissance naturelle de ces points de peuplement.
« Je ne me vois pas aller à Annapolis alors qu’Israël continue à construire des avant-postes en Judée-Samarie » a déclaré Mahmoud Abbas.

Une déclaration pour le moins surprenante puisque le Premier ministre israélien, avait déjà annoncé lundi, qu’il s’engageait à geler les constructions en Judée-Samarie, afin de prouver la bonne volonté d’Israël à l’approche du sommet du Maryland.
« Nous devons respecter nos engagements » a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le président de l’Autorité palestinienne a également réclamé la suppression des postes de contrôle de Tsahal, a demandé que des prisonniers palestiniens soient à nouveau libérés, et a imposé que toutes les institutions privées de l’OLP à Jérusalem-est soient rouvertes, et notamment l’Orient House, fermée par les services de sécurité israéliens en 1999 en raison des activités terroristes qu’elle hébergeait.

Enfin, il a exigé qu’un Etat palestinien soit créé dans un délai de 6 mois après Annapolis, du moins avant la fin du mandat présidentiel de George W. Bush, qui doit s’achever dans 15 mois.
« Si Israël s’engage à satisfaire toutes ces conditions, l’Autorité palestinienne et les pays arabes ne verront alors aucuns inconvénients à participer à la conférence » a précisé Riad Malki.

Il a ajouté que pour ce qui était des questions fondamentales, à savoir le statut de Jérusalem, le sort des réfugiés ou les frontières de l’Etat palestinien, les deux parties n’avaient jamais été aussi proches d’un accord.

Mahmoud Abbas doit assister cette semaine, à une réunion des ministres des Affaires Etrangères de la Ligue arabe au Caire, afin de solliciter l’appui de ses partenaires pour que ses requêtes soient validées.

À l’issue de la réunion du cabinet, deux hauts émissaires de l’AP, Yasser Abed Rabbo et Akram Haniyeh, se sont envolés pour Washington, afin de relayer les nouvelles exigences palestiniennes aux fonctionnaires américains.
Par ailleurs, le négociateur en chef Saeb Erekat, a envoyé aux représentants du Quartet une lettre où il mentionne les conditions évoquées par les Palestiniens, leur demandant de faire pression sur Israël pour que ces dernières soient satisfaites.

Il a joint à cette missive des cartes et des documents qui détaillent « les constructions en cours en Judée-Samarie, la destruction illégale des maisons à Jérusalem, et la poursuite de la construction de la barrière de sécurité en Judée-Samarie », invitant les membres du Quartet à agir pour que le processus de paix soit considéré comme crédible.

Le porte-parole du Fatah a quant à lui averti qu’un échec lors de ce sommet conduirait à une véritable catastrophe et à des affrontements dans la région. « L’intransigence d’Israël risque de saboter la conférence. L’Etat hébreu sera alors le seul responsable, d’avoir gâché une occasion de parvenir à la paix et à la sécurité » a-t-il conclu.

L’assurance affichée des Palestiniens intervient alors qu’Ehoud Olmert vient de rappeler « qu’Israël ne devait pas être entraîné dans un processus de paix, mais devait le mener ». On se demande comment...



Retourner à l'article Annapolis : Les Palestiniens dictent leurs conditions de participation

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.