Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

L’Universit d’Oxford oppose au boycott acadmique contre Isral

Par Nathalie Harel. Source : Israelvalley et The Marker

Lire : Lettre en réponse à un professeur d’université anglais,

par Yaïr Lapid sur le site de l’UPJF

Toujours aussi limpide, efficace et faisant mouche à tout coup, par la seule force de sa vérité et de sa sincérité, voici un nouveau texte percutant de Yaïr Lapid, auteur de l’inoubliable « Être Israélien ». C’est l’un des meilleurs plaidoyers que je connaisse en faveur de la justesse de la cause d’Israël. C’est aussi une dénonciation douce-amère et ironique de la mauvaise foi des ennemis irréductibles d’Israël, et de la lâcheté de ceux qui se taisent, alors qu’ils savent qu’on calomnie ce peuple pour ne pas être obligé de s’opposer aux puissants qui veulent sa mort. (Menahem Macina).


Les syndicats de l’enseignement universitaire Britannique décident de boycotter les universités israéliennes

Rebbeca Serfaty, Aroutz7

Les représentants des syndicats des universités et des instituts universitaires anglaises (UCU) ont décidé mercredi soir 30 mai de boycotter les universités et instituts universitaires israéliennes à cause de “la politique dans les territoires occupés et face au peuple palestinien ». Cette décision a été votée au cours de la conférence annuelle des syndicats.

Les deux décisions qui ont été votées avec une majorité de 158 voix pour, 99 contre et 8 abstentions, appellent l’Europe à geler les financements des universités israéliennes et condamne « la coopération de l’académie israélienne avec l’occupation ». Les décisions soulignent que les 120 000 membres de l’UCU discuteront au cours de l’année à venir du boycott des institutions israéliennes et encourage à « tenir compte des conséquences morales de relations avec des institutions académiques israéliennes ».

La ministre de l’Education Youli Tamir a vertement critiqué la décision des universités anglaises et a affirmé qu’elle parlera au ministre de l’Education anglais et aux présidents des universités afin qu’ils prennent position contre le boycott. Selon Tamir, « Il est cynique qu’au moment où les étudiants et élèves de Sdérot sont agressés quotidiennement par des Kassam, les enseignants anglais choisissent de condamner Israël et non de le soutenir ».

Youli Tamir a estimé que la décision aura une influence réduite. « D’après l’expérience qu’on en a, l’influence est minime. Je pense que cette fois encore les universités les plus importantes comme Oxford, Cambridge ou la London School of Economy ne coopéreront pas avec le boycott. Les grandes universités anglaises n’ont jamais considéré l’excommunication comme un acte légitime ».

Le dirigeant de la commission de la science à la Knesset, le député Zevouloun Orlev (PNR) a annoncé qu’il exigera que la Knesset s’entretienne à ce sujet au plus vite. Selon Orlev, le boycott académique découle d’opinions « antisémites et racistes » répandues dans le monde. « Les pays doivent lutter contre toute tentative d’excommunier les institutions israéliennes, ce boycott est opposé à la morale académique ».

Le dirigeant du comité des présidents d’université, le professeur Moche Kave, a appelé les Anglais à continuer à coopérer avec les scientifiques israéliens et à « garder l’académie en dehors de la politique ». Selon Kave, un boycott académique est une « grave transgression » du principe de la liberté académique. Il a raconté que suite à la décision du boycott, Sir professeur Michael Peper, physicien anglais réputé, l’avait appelé pour lui dire que ce boycott est une honte.

Le dirigeant du parti Meretz et député Yossi Beilin a envoyé ce soir une lettre au Premier ministre anglais Tony Blair, il lui demande de condamner le boycott.




Des textes sur le Boycott sur http://www.shalomarchav.be/

  • "Une tierce partie au Moyen-Orient"
    (6 février 2007) - Une reflexion citoyenne de Lukas Pairon sur le Proche-Orient. Depuis 2002, Lukas Pairon mène des projets dans les territoires palestiniens et en Israël avec le Music Fund et l'ensemble musical Ictus. Véritable acteur de paix, il explique pourquoi la diabolisation et le boycott d'Israël le dérangent et pourquoi ces attitudes sont contreproductives à la paix entre israéliens et palestiniens.

  • Yossi Sarid refuse la nationalité norvégienne !
    (27 août 2006) - Pour court-circuiter un boycott contre un journaliste israélien estimé qui devait participer à une conférence sur les moyens de "combler les fossés qui séparent les religions, les cultures et les peuples", les Norvégiens avaient trouvé un truc : étrange et pas très honorable, pour une "question de principe"...

  • Les « Protocoles » à la mode du XXIe siècle
    (6 juin 2006) - Un professeur d'une université israélienne a passé deux ans à Oxford et a été très surpris de la virulence et de l'injustice des discours anti-israéliens, qui franchissent souvent les limites entre l'antisionisme et l'antisémistisme... Le boycott universitaire voté en Angleterre contre Israël en est la dernière preuve d'une longue liste. Coup de gueule.

  • Sari Nusseibeh contre le boycott des universités israéliennes
    (23 mai 2005) - Le professeur Sari Nusseibeh, président de l'Université Al-Qods de Jérusalem, s'est joint au professeur Menahem Magidor, président de l'Université hébraïque de Jérusalem, pour dénoncer le boycott des universités israéliennes lancé par l'association britannique des professeurs d'universités. Ils ont également signé un accord de coopération : « Nous croyons que c'est au travers d'une coopération fondée sur le respect mutuel, plus que par les boycotts et la discrimination, que nos objectifs communs pourront être atteints. » Sari Nusseibeh a déclaré que « le boycott n'était pas le meilleur moyen ». « Je crois que la paix doit être construite sur un pont entre deux sociétés civiles », a-t-il ajouté.

  • "Malveillante, cette attaque académique contre Israël"
    (8 mai 2005) - Dans cette tribune écrite par un professeur israélien de l'Université de Haïfa à la suite de la décision de l'Association of University Teachers (AUT) de boycotter deux université israéliennes, Bar-Ilan et Haïfa, l'auteur fustige la paresse académique des tenants du boycott. Il est plus facile de tirer à boulets rouges, mû par la haine, sur ceux qui demandent des bourses de recherches ou qui cherchent à se faire publier dans des revues internationales plutôt que rechercher le dialogue. Par ailleurs, les tenants du boycott ne font que se tirer une balle dans le pied : après les universités israéliennes, il est temps de s'occuper des universités arabes, dont les scores en matière de Droits de l'Homme restent faibles, sans parler des universités anglaises dont leur gouvernement a envoyé des soldats en Irak et en Afghanistan.

  • "Malveillante, cette attaque académique contre Israël"
    (8 mai 2005) - Dans cette tribune écrite par un professeur israélien de l'Université de Haïfa à la suite de la décision de l'Association of University Teachers (AUT) de boycotter deux université israéliennes, Bar-Ilan et Haïfa, l'auteur fustige la paresse académique des tenants du boycott. Il est plus facile de tirer à boulets rouges, mû par la haine, sur ceux qui demandent des bourses de recherches ou qui cherchent à se faire publier dans des revues internationales plutôt que rechercher le dialogue. Par ailleurs, les tenants du boycott ne font que se tirer une balle dans le pied : après les universités israéliennes, il est temps de s'occuper des universités arabes, dont les scores en matière de Droits de l'Homme restent faibles, sans parler des universités anglaises dont leur gouvernement a envoyé des soldats en Irak et en Afghanistan.

  • Communiqué de Shalom Archav Israël : Le boycott des universités israéliennes, une arme contre la paix !
    (21 mars 2003) - Shalom Archav est un mouvement sioniste qui rejette la diabolisation et la délégitimation d'Israël et de ses citoyens. Ainsi, Shalom Archav s'est prononcé unanimement contre le boycott des institutions scientifiques et universitaires israéliennes. Le boycott est contre-productif et moralement inacceptable : il aboutit à sanctionner des milieux dans lesquels les militants pour la paix sont nombreux.

  • Le boycott des universités israéliennes, une arme contre la paix
    (23 janvier 2003) - Nos amis de Shalom Archav Israël qui luttent "contre la délégitimation de la Palestine du fait des attentats terroristes" sont pleinement crédibles lorsqu'ils s'élèvent contre la délégitimation de l'Etat d'Israel que constitue le boycott des universités israéliennes.

  • J'ai honte !
    (9 janvier 2003) - Au nombre des protestations soulevées par l'initiative de l'Université de Paris VI de demander le non-renouvellement de la coopération avec les universités israéliennes, nous avons retenu pour sa concision et sa justesse celle du professeur Claude Cohen-Tanoudji, Prix Nobel de Physique et membre de Shalom Archav France.

  • Daniel Sibony : Faut-il boycotter les chercheurs israéliens ?
    (9 janvier 2003) - Le psychanalyste Daniel Sibony démontre l'inanité des arguments avancés par des scientifiques occidentaux - en France mais aussi en Grande-Bretagne, aux USA - qui réclament le boycott des chercheurs israéliens.

  • Contre le boycott scientifique d'Israël
    (18 avril 2002) - Une pétition circule actuellement parmi les scientifiques européens en vue de suspendre la coopération scientifique avec Israel. Nos amis français de la Paix Maintenant ont été alertés par Claude Cohen Tanoudji, Prix Nobel, qui leur demande de répercuter cette réaction d&Mac185;un savant israélien. Nous le faisons volontiers



Retourner à l'article L’Universit d’Oxford oppose au boycott acadmique contre Isral

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.