Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Nouvelles offres de paix au Moyen-Orient - un guide de poche

Bradley Burston,Correspondant d’Haaretz

ENTENTE DE GENÈVE

Un modèle officieux pour un futur accord permanent de paix, la soi-disante étape finale du plan pour la paix de la feuille de route. des Russes, de l’ONU, de l’Union Européenne et des Américains

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : les Palestiniens devraient efficacement sinon explicitement renoncer au droit de retour des réfugiés sur le territoire israélien et Israël concéderait la souveraineté sur le Mont du Temple ou Sanctuaire Noble,

CONTEXTE : Sous le plan, dévoilé en octobre après plus de deux ans de discussion entre des officiel palestiniens et des leaders de l’opposition israéliens, une Palestine indépendante surgirait sur presque toute le la Rive occidentale et la Bande de Gaza.
En échange de la pleine reconnaissance israélienne, la Palestine reconnaîtrait explicitement Israël comme état Juif et finira toute violence et son incitation
Le territoire souverain de la Palestine engloberait presque toutes les implantations existantes, y compris Ariel, Efrat, Kiryat Arba, Ofra, Elon Moreh, Bet El, Eli et Har Homa et toutes les enclaves de la Bande de Gaza.

Les exceptions incluraient Maaleh Adumim, le bloc Etzion excluant Efrat, un certain nombre de quartiers Juifs au nord de Jérusalem et une bande près de Latrun, destiné à la défense de l’Aéroport International Ben-Gurion. Un petit secteur équivalent de Negev occidental israélien serait ajouté à la Bande de Gaza palestinienne.
Selon le plan, « la Palestine sera un état non-militarisé, avec une force de sécurité forte » pour l’application de la loi. Une force internationale serait déployée pour la surveillance de la mise en œuvre.
Jérusalem serait physiquement divisé, avec les quartiers arabes de Jérusalem Est et la Vieille Ville pour devenir la capitale de la Palestine et les quartiers Juifs occidentaux et du nord de la ville, aussi bien que le Quartier Juif de la Vieille Ville seront la capitale d’Israël.
Le Mont du Temple ou Sanctuaire Noble seraient sous la souveraineté palestinienne, le Mur Occidental sous la souveraineté Israélienne.
Bien qu’il se réfère à la Résolution d’e lONU controversée 194 et à l’initiative Saoudienne de paix comme la partie de base d’une solution du problème des réfugiés palestiniens, les partisans israéliens et les adversaires palestiniens disent que le plan de Genève terminera efficacement les demandes arabes d’un droit de retour des réfugiés palestiniens en Israël proprement dit, en accordant à Israël l’autorité de décider de combien pourraient revenir.
Basé sur le Plan de Clinton - la série de propositions d’une grande portée négociées à ce moment-là - par le président Bill Clinton après l’écroulement du sommet de paix de Camp David en juillet 2000 - l’entente, qui a reçu le financement clef et le patronage du ministère des Affaires Etrangères suisse, a été formellement lancée le 30 novembre dans une cérémonie de gala à Genève.

AUTEURS PRINCIPAUX : l’ex-ministre palestinien de l’information Yasser Abed Rabbo et l’ancien ministre de la justice israélienne Yossi Beilin.

APPUIS : le Premier Ministre britannique Tony Blair, le Président égyptien Hosni Moubarak, le Roi Mohammed du Maroc, l’ancien président américain Bill Clinton, les lauréats du Nobel de la paix Nelson Mandela de l’Afrique du Sud, Lech Walesa de la Pologne et le ’ex-Président américain Jimmy Carter et le Chef de la politique étrangère de l’Union Européenne Javier Solana

CRITIQUES : le Premier Ministre Ariel Sharon et son prédécesseur Travailliste Ehud Barak ; presque toute la droite israélienne et une partie assez considérable des partis de gauche, le centre de Travail ; le mouvement Palestinien Hamas ; et les Brigades de Martyrs Al-Aqsa, l’aile de la milice armée du mouvement Fatah de Yasser Arafat.

STATUT ACTUEL : Tôt après son lancement formel, le plan a été stimulé quand le Secrétaire d’Etat américain Colin Powell et le Secrétaire général de l’ONU KofiI Annan ont invité Beilin et Abed Rabbo pour des pourparlers séparées vendredi dernier.

Après sa réunion, Powell a dit que tandis que « Nous accueillons d’autres idées, » l’administration est restée seulement engagée par la feuille de route. La réponse d’Annan était semblable.
Les officiels américains ont dit que l’accord de Genève ne changerait pas le texte de la feuille de route, qui est plus une phase qu’un plan officieux et dont les étapes intérimaires exigent des mesures telles que l’action forte de l’Autorité Palestinienne contre le terrorisme et des freins israéliens substantifs sur la construction d’implantation.

Israël reste fortement opposé à l’accord de Genève, le qualifiant de subversif et dangereux. Un sondage de Haaretz des Israéliens publié ce mois a trouvé que 31.2 pour cent d’Israéliens approuvent l’entente, tandis que 37.7 pour cent y sont opposés. Un sondage séparé fait en octobre a montré que seulement 25 pour cent d’Israéliens avaient encouragé l’entente, tandis que 54 pour cent y ont été opposés. Un grand nombre des personnes interrogées dans le sondage récent a dit qu’ils n’avaient pas encore d’avis, ou qu’ils devaient en apprendre encore un peu sur l’accord.

Yasser Arafat, qu’on croyait être derrière beaucoup des dispositions de l’accord, a donné un appui ambivalent, mais a court-circuité les protecteurs du plan en insistant sur la Résolution 194, que beaucoup de Palestiniens citent comme le fondement pour un droit de retour, un concept qui fait horreur au Israéliens.

L’INITIATIVE OLMERT

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : En l’absence d’un processus significatif de paix, Israël sortirait unilatéralement de la plupart des territoires et de parties de Jérusalem Est, laissant la plus grande partie de la Rive occidentale et de la Bande de Gaza à un état palestinien indépendant.
Le Vice-Premier ministre Ehud Olmert doit encore détailler son plan, mais selon Nahum Barnea du Yedioth Ahronoth, qui a interviewé Olmert la semaine dernière, Israël mettrait ses nouvelles frontières selon des données démographiques, tel que 80 pour cent de ses résidants seraient des Juifs et 20 pour cent des Musulmans, un pourcentage semblable à ceux d’Israël proprement dit.
En pratique, cela amènerait probablement les frontières près de la Ligne Verte et les blocs d’implantation principaux comme Ariel, Maaleh Adumim et le Gush Etzion, serait annexé à Israël.
Israël céderait aussi aux Arabes « les faubourgs périphérique » de Jérusalem Est.

APPUIS : Ehud Barak, le ministre Likoud Tzipi Livni et un petit nombre de députés Likoud et membres du Comité Central.

CRITIQUES : les ministres Likoud Tzachi Hanegbi et Uzi Landau, qui ont qualifié l’initiative « plus dangereuse qu’Oslo et Genève, » le Chef de Parti Religieux National Effi Eitam, les leaders de l’extrême droite le parti d’Union Nationale ; le conseil d’habitants des implantations Yesha ; et le fondateur du Hamas le Scheik Ahmed Yassin.
Aussi opposés sont des officiels américains, qui craignent que des mouvements unilatéraux compromettent ou sapent le plan pour la paix de la feuille de route et des officiels palestiniens, inquiets que les mesures les laisseront avec moins de territoire qu’ils auraient reçu sous un accord de paix et avec un support international moindre que celui d’aujourd’hui.

SUR LA DEFENSIVE : Sharon, qui peut tranquillement préconiser es parties du plan ; le ministre de la Défense Nationale Shaul Mofaz, qui probable s’y oppose, mais est resté silencieux ; et le Ministre des Affaires Etrangères Silvan Shalom, que l’on voit comme le vote du pivot centriste des responsables seniors du cabinet. D’autres voix clefs encore sont encore à entendre définitivement sont celles du Ministre de la Justice centriste Yosef Lapid et du Ministre des Finances Benjamin Netanyahu.

PROJET SHARON

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : Pourraient mettre la pression forte sur les Palestiniens en prenant des mesures unilatéralesen l’absence de progrès dans les pourparlers de paix.

La PHASE I - Dans une étape unilatérale préparatoire, un certain nombre d’implantations de la Bande de Gaza existantes « seraient déplacées, » ou évacuées de leurs habitants. Dans quelques cas, les soldats peuvent prendre leurs places et les enclaves seront restructurées comme des bases de l’armée, le quotidien Maariv et d’autres médias israéliens l’ont annoncé. Un petit nombre d’implantations de la Rive occidentale isolées pourraient aussi être enlevé à cette étape.
En même temps, Israël peut efficacement annexer des secteurs d’implantation comme Maaleh Adumim et Gush Etzion, considérant qu’une partie intégrale de n’importe quelle carte future à laquelle pense Sharon demanderait une approbation.

La PHASE II - En partie comme un geste au Président Bush dans la période de sa campagne de réélection, Israël reprendrait les pourparlers avec le Premier ministre de l’Autorité Palestinienne Ahmed Qureia et le gouvernement, basé sur la feuille de route, avec l’objectif de Sharon de l’établissement d’un état palestinien avec des frontières intérimaires vers le milieu de 2004.

La PHASE III [Conditionnel] - si la phase 2 aboutit à une impasse ou un écroulement, Israël déclarerait qu’il n’y avait aucune possibilité d’atteindre à une entente à présent et définirait ses propres frontières.
La spéculation est que Sharon mettent les frontières selon l’itinéraire de la clôture de séparation, y compris une bande orientale qui placerait la vallée du Jourdain en Israël.
Cela laisserait approximativement 43 pour cent de la Rive occidentale dans des mains israéliennes, y compris la plus grande partie des habitants des implantations et les implantations. Le plan exigerait toujours que des dizaines d’implantations soient démontées, mais laisserait seulement 57 pour cent du territoire aux Palestiniens, beaucoup moins qu’ils pourraient s’attendre à recevoir dans des négociations.

STATUT ACTUEL : on s’attend à ce que Sharon dévoile le plan à la Conférence de Herzliya la semaine prochaine. Le Premier ministre a révélé peu de détails jusqu’à présent, mais a dit au cabinet que même si on cède la plupart de la ville de Rive occidentale aux Palestiniens, Israël conserverait à Hebron le contrôle de la Caverne des Patriarches, l’implantation adjacente de Kiryat Arba et une bande d’implantation Juive dans Hébron à la jonction des deux.

mettant un peu plus de mystère autour du plan, Sharon a dit au « Boston Globe » dans un interview publié lundi « Nous devons rendre plus facile le déploiement de forces plus petites, en créant » le besoin de faire quelques changements au déploiement de forces militaires et aussi au déploiement de certaines des communautés Juives [des implantations] dans le secteur. "

THE PEOPLES’ VOICE Ayalon - Nusseibeh

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : « Jérusalem sera une ville ouverte, » la capitale des états respectifs d’Israël et de Palestine, avec aucun côté détenant la souveraineté formelle sur les lieux saintes.

CONTEXTE : Semblable dans beaucoup de principes à l’accord de Genève, qu’il précède de plus de un an, la « Peoples’ Voice » est une déclaration moins détaillée, qui aspire à une base de support pour les Israéliens et les Palestinien par une campagne de pétition massive.

AUTEURS : Ami Ayalon, ancien chef de la marine israélienne et du service de sécurité du Shin Bet et le Palestinien Sari Nusseibeh le Recteur de l’université d’ Al-Quds.

APPUIS : Dans un mouvement de surprise, le vice-Ministre de la Défense Nationale américain Paul Wolfowitz a rencontré Ayalon et Nusseibeh en octobre, louant leur initiative.
Rejoignant Ayalon le mois dernier dans un interview de presse fortement critique de politique du gouvernement envers les Palestiniens, trois autres anciens chefs du Shin Bet, Yaakov Peri, Avraham Shalom et Carmi Gillon, a signé la pétition d’appui pour l’initiative.

STATUT ACTUEL : Éclipsé par le lancement de gala de l’accord de Genève, la campagne de pétition a continué. Des chiffres récents montrent qu’au moins 126.000 Israéliens et 65.000 Palestiniens ont signé les pétitions d’appui.

ONE VOICE

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : Buts de tenir un vaste référendum d’Israéliens et de Palestiniens sur un grand choix de questions fondamentales, pour déterminer les secteurs de point commun entre les peuples.

L’organisation a attiré une liste de célébrité protectrices, beaucoup qui espère arriver en Israël dans les mois à venir.

Il a aussi a mobilisé un certain nombre de figures locales, avec un grand rayon d’action de perspectives du conflit du Moyen-Orient.

APPUIS : ancien champion de boxe Muhammad Ali, les acteurs Brad Pitt, Jennifer Aniston, Edward Norton, Jason Alexander, Danny DeVito et Rhea Perlman,, l’homme d’affaires et leader Juif Edgar Bronfman, l’ancien assistant senior de la Maison Blanche et secrétaire adjoint du cabinet Stuart Eizenstat.
Localement, le Ministre Likoud de la Sécurité Publique (adjoint) Michel Ratzon,le député Travailliste et ancien général Matan Vilnai, le député centriste laïc Shinui Etti Livni, le Rabbin et ancien ministre Michel Melchior, le docteur Fathi Arafat, frère du président de l’Autorité Palestinienne, Yasser Mahmoud Abbas, le fils de l’ancien Premier ministre de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, le journaliste palestinien et représentant Hanna Siniora et l’activiste de la résolution de conflit arabo-israélien Mohammad Darawshe.

LA FEUILLE DE ROUTE JUIVE

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : Appelle à la pleine souveraineté israélienne sur toute le Rive occidentale et la Bande de Gaza, déclarant que « les régions dont le terrorisme est originaire seront destiné à l’implantation Juive... Aussitôt que les Arabes se rendront compte que les Juifs vont rester dans le pays pour toujours - et qu’ils seront expulsés pour les attaques sur des Juifs - le terrorisme disparaîtra pendant la nuit. »

Quant à la pression américaine et internationale, « le Congrès Américain actuel a beaucoup plus de sionistes que la Knesset à Jérusalem et les discours de Tom Delay (le Leader de la Majorité Républicain) font honte au Mafdal (NRP) et à Ichud Ha’Leumi (l’Union Nationale). »
Les Palestiniens des territoires "qui démontreront leur fidélité à l’hospitalité de l’État Juif et accepteront la souveraineté des Juifs sur la terre des Juifs se verront accorder une résidence légale et auront la carte d’identité d’un résidant légal.
« On leur permettra de continuer à conduire leurs affaires privées sans nuiret à leurs droits de l’homme : ils seront capables d’avoir une bonne vie, construiront leurs maisons, monteront et instruiront leurs enfants comme ils le souhaitent dans leur domicile actuel, etc. Cependant, ils n’auront aucun droit politique de voter pour la Knesset, ou n’importe quels droits nationaux. »Des droits nationaux peuvent être obtenus et exercés dans n’importe lequel des 22 pays arabes de leur choix.« Tandis que dans les phases initiales, les Arabes seront encouragés à volontairement émigrer, »le transfert est une juste solution et il est probable qu’un jour ou l’autre dans l’avenir il nous sera imposé si nous l’e voulons ou non."

AUTEUR : Moshe Feiglin, activiste d’extrême droite et chef de la faction de Direction Juive dure petite mais bruyante du Likoud.

ROUTE JUSTE À PAIX

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : Appels de reconnaissance de la Jordanie comme « le seul représentant légitime des Palestiniens, » et annexion israélienne de la Rive occidentale et la Bande de Gaza.
Ne fait aucune référence directe au transfert, mais déclare que « la relocalisation et la réadaptation des réfugiés palestiniens dans des pays arabes achèveront le processus d’échange de population commencé dans les années 1940. »

AUTEUR : Ministre de Tourisme d’Union National Benny Elon.

HUDNA II
Une offre encore échouée de forger un nouveau hudna, en arabe - trêve provisoire.
Par contraste avec le premier hudna avorté, déclaré unilatéralement par des groupes palestiniens l’été dernier, les contacts intra-palestiniens sur « Hudna II » se sont concentrés sur une proposition Égyptienne-Fatah, sous laquelle des groupes palestiniens armés suspendraient les attaques de terrorisme pour une durée d’au moins par an, en échange des assurances par Israël qu’il gèlerait la construction d’implantations et la clôture de séparation, retirerait Tsahal du territoire de l’Autorité Palestinienne re-occupé pendant l’intifada et interrompra les assassinats d’activistes palestiniens.
La proposition visait à amener les deux côtés en conformité aux recommandations de la feuille de route.
APPUIS - Moubarak et Qureia.

CRITIQUES : le cabinet de Sharon, les palestiniens intransigeants.

STATUT ACTUEL : les pourparlers ont été détruits, après que Hamas a exigé que la trêve couvre seulement Israël proprement dit, avec les attaques continuant contre les habitants des implantations et les soldats dans la Rive occidentale et la Bande de Gaza.
Sharon en a rejeté les termes, disant qu’Israël ne serait jamais d’accord avec un tel accord.

LE PLAN DU CONSEIL DES IMPLANTATIONS YESHA

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : une offre pour un seul état Juif sur tout Israël, la Rive occidentale et la Bande de Gaza. L’Autorité Palestinienne serait entièrement démontée et les territoires seraient divisées en des zones redécoupées ou « cantons », avec la représentation répartie pour que les Juifs conservent en général le contrôle indépendamment de la distribution démographique. La loi le stipulerait que le mandat du Premier ministre d’Israël sera d’être un Juif, indépendamment de la démographie.

STATUT ACTUEL : Attaqué de tous les côtés. Les habitants des implantations doivent encore être capables de convenir d’un projet simple du texte. La mesure a même engendré l’opposition amère même dans les cercles d’habitant des implantations. La direction des rabbins de droite a rejeté le plan, disant qu’ils se battront avec toute tentative de formellement diviser la Terre d’Israël, même si le contrôle Juif est le but exposé de la proposition.

LA VISION DU SCHEIK YASSIN

PARTICULARITÉS FRAPPANTES : une solution à un état sous laquelle « tous les Palestiniens peut vivre dans leur patrie, avec toutes les religions ensemble : Musulmans, Chrétiens et Juifs. »
Dans un signe d’approbation apparent - ou d’un coup à toute volée - dans la direction d’Olmert, le chef du Hamas a rejeté la notion d’un état Juif, même dans les frontières de 1967 . « Cela ne marchera pas, » a-t-il dit. « Les Israéliens revendiquent 80 pour cent du territoire et nous donneront seulement 20 pour cent. Ce serait seulement une solution intérimaire. »
Dans un interview au journal Allemand « Der Spiegel », on a demandé à Yassin s’il ne voyait aucune place pour un état Juif., il a dit « Ils pourraient fonder un état en Europe ».



Retourner à l'article Nouvelles offres de paix au Moyen-Orient - un guide de poche

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.