Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

La gauche américaine en chute libre

Hélène Keller-Lind

Une caricature publiée dans la version internationale papier du New York Times, digne de la propagande nazie des années 40

Certes le New York Times a présenté des excuses, qui n’en sont pas vraiment, et retiré cette caricature. Devant le tollé provoqué. Trop tard. Il ne fallait pas publier. Caricature infâme, montrant un Président américain aveugle mené par un chien représentant le Premier ministre israélien et portant au cou une étoile de David est à la fois anti-américain – présentant Donald J. Trump en aveugle mené par le bout du nez, un Président qui, en dépit d’une presse très largement hostile accumulant les fakes pour le discréditer, a aujourd’hui un score de plus de 50% d’opinions favorables chez les électeurs américains, grâce à un bilan remarquable-, antisioniste – présentant un Premier ministre israélien en personnage haïssable manipulateur, tout-puissant - et antisémite – l’étoile de David représentant les Juifs-. Mais peut-on s’étonner que ce quotidien de gauche, pourtant si influent et qui a collectionné les Prix Pullitzer – de journalisme- tombe aussi bas ? Sans doute pas. Car si on y trouve parfois des articles sérieux, on y trouve aussi surtout des distorsions aberrantes, que cela concerne Donald J. Trump ou Israël. Ainsi, il y a quelques mois le quotidien ouvrait largement ses colonnes à Marwan Barghouti – chef terroriste qui a du sang sur les mains et purge une peine de prison en Israël-. L’assassin et chef terroriste était simplement présenté comme « membre du Parlement palestinien », un parlement fantoche, rarement réuni et qui n’a aucun pouvoir. Plus récemment le New York Times qualifiait Jésus de « Palestinien ». Un démenti discret était publié ultérieurement…Qu’attendre donc d’un tel média ?

Un écho des déclarations antisionistes, antisémites, antiaméricaines de la Représentante Ilhan Omar

Cette caricature dans l’air du temps de la gauche américaine, vient en écho aux diverses déclarations scandaleuses d’un membre du Congrès fraîchement élu, Ilhan Omar, réfugiée somalienne musulmane aux États-Unis, devenue citoyenne américaine, élue Représentante démocrate au Congrès du Minnesota d’une circonscription regroupant nombre d’électeurs de la même origine, avant d’être élue à la chambre des Représentants du Congrès américain. Ainsi, en 2002, twittait-elle : « Israël a hypnotisé le monde. Qu’Allah réveille les gens et les aide à voir le mal fait par Israël. ». Après avoir dit ne pas être en faveur de la campagne BDS avant son élection, cette candidate démocrate se déclara en sa faveur une fois élue, ayant trompé les électeurs juifs de sa circonscription, majoritairement fidèles du parti Démocrate... Accusée d’antisémitisme après ce revirement, elle avait rétorqué que ce n’est pas être antisémite que de critiquer « ce régime d’apartheid ». Multipliant les déclarations dans ce sens. Pourtant, lors de la récente Conférence de l’AIPAC elle sortit des clichés antisémites classiques, accusant ceux qui soutiennent Israël de « double loyauté » et d’être achetés – une question de gros billets, twitta-t-elle alors-. Nancy Pelosi, chef de file démocrate de la chambre des Républicains, qui l’a pourtant nommée au Comité des Affaires étrangères, où elle a accès à des informations sensibles, fit mine de désapprouver mais fit voter une résolution édulcorée condamnant tout racisme et ne citant pas Ilhan Omar et lui trouva des excuses en disant qu’élevée dans une autre culture, elle ne comprenant pas la portée de ses déclarations…

Quant à la haine de cette nouvelle Représentante envers Donald J.Trump, on la voit s’exprimer, par exemple, dans le fait qu’elle vient de cosigner une résolution de la Chambre des Représentants demandant la destitution du Président américain, qui vient pourtant d’être exonéré de toute collusion avec la Russie, et donc de trahison, ce dont il était accusé par Démocrates et la plupart des grands médias, depuis avant même son élection.

Concernant les États-Unis, elle a provoqué plusieurs tollés. Le premier fut lorsqu’elle fut invitée à prendre la parole à une soirée organisée par l’association CAIR, - Conseil des relations Amérique-islam - connue pour ses liens avec les frères musulmans et le Hamas-. Se trompant lourdement sur la date de la création de l’association, et les circonstances l’entourant, elle l’attribuait à tort à ce qui aurait été une réaction à l’islamophobie qui aurait suivi l’attaque terroriste sanglante du 11 septembre qui fit près de 3.000 morts. Dans le même temps, elle minimisait et banalisait celle-ci, en déclarant : « des gens ont fait des choses et nous avons commencé à perdre nos droits civiques ». Énorme indignation… « des choses » ne pouvant décrire ces 3.000 vies fauchées et les innombrables victimes. Il y eut une couverture choc du New York Post et un tweet du Président Trump juxtaposant ces propos scandaleux et des images de l’attentat avec ce commentaire « Nous n’oublierons jamais ». En guise de défense
la Représentante se plaignit vigoureusement d’avoir reçu des menaces de mort…suivie dans ces plaintes par son entourage et maint média.

Silence radio de ses défenseurs pourtant tout dernièrement lorsque la teneur de l’un de ses tweets concernant une opération des forces américaines en Somalie fut révélée. Opération humanitaire menée pour combattre un chef terroriste, trafiquant de drogue qui affamait les populations locales, y compris la tribu dont est issue Ilhan Omar – qui avait alors quitté la Somalie avec sa famille-. Des soldats avaient été tués, leurs corps traînés dans les rues et malmenés, des pilotes d’hélicoptères faits prisonniers avaient été sévèrement battus. Or, dans ce tweet, la Représentante vilipendait ces soldats, donnant de surcroît des chiffres faux et très exagérés sur les pertes somaliennes. Des soldats ayant participé et survécu à cette opération ont répliqué et témoigné, rétablissant la vérité. Les soutiens habituels d’Ilhan Omar n’ont pas réagi car comment contrer ces faits, ces témoignages, comment excuser son soutien à des terroristes somaliens et ses accusations iniques portées contre des soldats en mission humanitaire ? La Marche des Femmes, dont l’une des fondatrices a demandé en vain la démission de la brochette d’antisémites à sa tête, dont Linda Sarsour, activiste pro-sharia, pro-BDS, pro-Hamas, ont mis sur pied une campagne de soutien à Ilhan Omar traitée en héroïne et modèle. Sans dire un mot de ce scandale et de ces positions anti-américaines particulièrement odieuses, pour tenter de les escamoter…

Un trio de nouvelles Représentantes démocrates très à gauche, moteur de ces dérives

Aux dernières élections au Congrès de janvier dernier, avec Ilhan Omar, deux autres Représentantes du même acabit ont fait leur apparition. Rashida Tlaib, qui partage avec Ilhan Omar la particularité d’être l’une des deux premières musulmanes entrant au Congrès. se proclame palestinienne, se drape volontiers dans le drapeau palestinien ou la robe brodée de cette région, friande de youyous et de termes vulgaires, elle milite pour la campagne BDS, attaque Israël dès qu’elle en a l’occasion, et, vilipendant le Président Trump, déclarait en exultant, lors d’une fête ayant suivi son entrée au Congrès : « on va le destituer ce fils de p***e » . Interrogé sur cette sortie, Donald Trump se bornait à dire que l’intéressée avait déshonoré sa famille en s’exprimant ainsi devant sa famille et son fils…

Le troisième personnage partage les mêmes opinions pro-BDS ou anti-israéliennes, bien que, étant d’origine portoricaine, elle revendique un héritage sépharade – de Juifs ayant fui l’Inquisition en Espagne-. Paradoxalement c’est au sein de l’Administration Trump qu’elle voit de manière absurde de l’antisémitisme…. Elle est cosignataire, comme ses deux compères, du projet de résolution pour destituer le Président. Ses chevaux de bataille sont la lutte contre le changement climatique ou une imposition record sur les « riches », la médecine gratuite et autre utopies démocrates socialistes. Mais Alexandra Ocasio-Cortez – AOC- est connue pour ses bourdes et son ignorance des dossiers. Ainsi préconise-t-elle l’arrêt de l’utilisation des avions pour sauver la planète ou la gratuité pour santé et études, sans pouvoir dire où l’argent nécessaire serait trouvé…

Ces trois femmes, très actives, très suivies par les médias, compte tenu de leur jeunesse et de leurs positions, mais aussi du fait que deux d’entre elles, Ilhan Omar et AOC sont photogéniques, forment un trio de choc qui fait pencher le parti démocrate très à gauche et le fait tomber dans un antisionisme qui n’était pas habituel chez lui. Rashida Tlaib est tout aussi militante mais plus discrète. Si leurs outrances sont parfois dénoncées par des Démocrates plus traditionnels, elles le sont insuffisamment. Ce trio contribue à instaurer un climat délétère.

Le monde universitaire de gauche

Un autre élément concourt à cette ambiance antisioniste, antisémite et antiaméricaine. Il s’agit des campus universitaires le plus souvent marqués très à gauche et où ces dérives s’expriment librement grâce au Premier amendement qui garantit la liberté d’expression. Le travail réalisé par l’organisation Canary Mission est incontournable à cet égard https://canarymission.org/ . Elle dénonce l’antisémitisme, l’antiaméricanisme, la haine d’Israël, sur les campus venant d’étudiants, d’anciens étudiants, d’organisations et même de professeurs. Chacune de ses accusations est étayée de manière irréfutable. Une haine vertigineuse est montrée. On peut suivre Canary Mission également sur Twitter : @canarymission ou Facebook : https://www.facebook.com/CanaryMission/ .

Ces divers éléments participent d’un climat préoccupant. Avec les enjeux des élections présidentielles de 2020 qui se précisent et des candidats, tels Bernie Sanders, ancien admirateur de l’USSR, et se disant Démocrate socialiste, dont sont poches AOC ou Linda Sarsour, y est déjà allé de son couplet vilipendant le Premier ministre israélien...Le Président Trump, qui va se représenter, a un bilan très positif dans maint domaine et face aux réalités les accusations d’antisémitisme lancées contre lui en début de mandat ont fait long feu, les accusations de racisme aussi, même si les mensonges perdurent et sont relayés avec ardeur par les médias, dont, bien entendu le New York Times. Il espère voir les Républicains reprendre la Chambre des Représentants et garder le Sénat lors des prochaines élections. Avec une nouveau mandat présidentiel il pourrait alors assainir la politique aux États-Unis.



Retourner à l'article La gauche américaine en chute libre

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.