Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

L’heure de l’hallali

par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

Pourquoi avoir attendu, une semaine, et faire cette déclaration, le jour même où l’Etat d’Israël était, légitimement, dans l’embarras à la suite de la tragédie ayant frappé une famille palestinienne à Beit Hanoun ?

De fait, le ministre français en a trop dit ou pas assez.

Quelle a été l’explication donnée par Israël ?

Comment la crise a-t-elle pu être évitée ?

Cela n’avait sans doute aucune importance. L’essentiel pour une responsable politique française, proche du Président Chirac, était, sans doute, d’affaiblir encore plus le gouvernement israélien, « empêtré » au sud par la poursuite des lancements de roquettes Qassam et qui doit également, seul, faire face aux violations de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU (v. notre point de vue du 24 octobre 2006).

Ce sont les autorités libanaises elles-mêmes qui reconnaissaient il y a quelques jours que la Syrie continuait à acheminer des armes au Hezbollah et ce ne sont pas les dénégations récentes du gouvernement syrien qui constitueront un démenti crédible.

Et ce même jour (édition du 9 novembre 2006) Le Monde , publiait sur une page entière un reportage de son envoyé spécial (où cela ?...), Michel Bôle-Richard qui, au péril de sa vie (c’est nous qui le précisons), a donné la parole à des « combattants palestiniens jusqu’à la mort ».

Le seul élément « équilibré », si l’on peut dire, de cet article figure dans le sous-titre : « Témoignages de ces terroristes pour les uns, résistants pour les autres ».

Mais on est effaré par cette vitrine complaisante pour l’antisémitisme. Un encadré est tout à fait révélateur : c’est une citation d’un interviewé : « Mon rêve est de tuer le plus grand nombre de juifs ».

Si Michel Bôle-Richard avait été journaliste à l’époque du prédécesseur du Monde , durant l’entre deux guerres, le journal Le Temps , on l’imagine très bien interviewant un membre des SA ou plus tard, durant la seconde guerre mondiale, donnant la parole à un oustachi croate, assoiffés également de sang juif.

Eux aussi pouvaient se présenter comme des « combattants militaires d’une branche armée ».

Seul élément d’information intéressant dans cet immonde article, dans lequel, le « journaliste » se borne à enregistrer les déclarations de tueurs avides de sang juif (« Il faut que leurs enfants souffrent comme souffrent les nôtres » affirme l’un d’eux), c’est la justification des réticences des autorités israéliennes d’avoir à libérer d’anciens et futurs terroristes.

En effet, on apprend que l’un d’entre eux a été emprisonné pendant quelques années dans des prisons israéliennes et qu’il a « repris la lutte dès sa sortie ».

Bien évidemment, l’envoyé spécial du grand quotidien du soir se fait un plaisir de véhiculer l’affirmation selon laquelle « Ce n’est pas à nous (Palestiniens) de payer pour l’Holocauste ».

Alors que faire ?

On peut s’attendre à une réunion publique du Conseil de sécurité dans la journée du 9 novembre (après une réunion à huis clos la veille) qui débouchera certainement sur une condamnation d’Israël (sans doute, pas trop « musclée » pour ne pas risquer un veto des Etats-Unis) et une nième invitation à la reprise de négociations.

Mais peut-on raisonnablement demander aux Israéliens de discuter avec ceux qui veulent - au mieux - leur mort à terme ?

Il est vrai que si la raison était la qualité dominante des dirigeants de ce monde, cela se saurait.



Retourner à l'article L’heure de l’hallali

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.