Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Facebook, la promotion du terrorisme par le Fatah de Mahmoud Abbas : revirement et complicité

Hélène Keller-Lind

On s’était réjoui trop tôt de la fermeture par Facebook de la page scandaleuse du Fatah qui publie par tous les moyens possibles tels que discours, vidéos, caricatures, une honteuse incitation au meurtre, présentée comme un devoir religieux et nationaliste. Une fermeture pour laquelle le parti de Mahmoud Abbas, qui reste au pouvoir faute de la tenue d’élections, avait invoqué un prétexte fallacieux – une vielle photo de Yasser Arafat tenant une arme, en compagnie d’un personnage aujourd’hui membre du comité directeur du parti-. Des photos ou dessins d’armes étant des représentations courantes et constantes, avec toute uen panoplie d’armes diverses, sur une page suivie par plus de soixante-dix mille personnes.

Le scandale était que cette page puisse continuer à fonctionner et puisse le faire grâce aux fonds qui lui sont versés par des pays occidentaux. La France, notamment, ce pays se targuant d’être le plus gros donateur de l’Autorité palestinienne. Le Congrès américain et nombre de Sénateurs prenant, en revanche, leurs distances avec ces versements sans conditions et le fait que l’argent des contribuables serve en partie à alimenter l’incitation à la haine et au terrorisme, par le biais de cette page, entre autres, ou le versement de « salaires » aux terroristes ou à leur famille. « Salaires » du terrorisme que dénonçait, notamment, le média américain Bloomberg

Le 1er mars 2017 un projet de loi était présenté devant la Chambre des représentants américains par neuf Sénateurs et deux Représentants, tous républicains – on ne peut que déplorer qu’aucun élu démocrate ne se soit joint à eux...- , pour que le versement de fonds à l’Autorité palestinienne soit suspendu si le paiement de tels « salaires » ne cesse pas. Ce projet portant le nom de Taylor Force - un jeune Américain de vingt-huit ans, ancien officier diplômé de West Point, qui avait servi en Afghanistan et en Irak et avait repris des études -, poignardé à mort lors d’une visite organisée par son université en Israël. Cet attentat avait fait une douzaine de blessés. Le Fatah avait alors qualifié le terroriste de « martyre héroïque » et l’Autorité palestinienne – ils ont tous deux Mahmoud Abbas à leur tête – n’avait pas condamné cet attentat. Ces élus expliquant qu’il est inacceptable que les contribuables américains financent un terrorisme qui tue Israéliens ou Américains. L’Administration Trump a fait savoir que si ce projet est adopté la Maison Blanche le signera pour en faire une loi.

Palestinian Media Watch – PMW- qui avait annoncé la fermeture de cette page, en donnant pour raison les plus de 120 posts d’incitation violente au terrorisme en 2016, annonce sa réouverture trois jours plus tard et accuse Facebook de « permettre ainsi la promotion du terrorisme » par le Fatah. Une scandaleuse complicité.

PMW donne l’exemple de plusieurs posts violents qu’il est inadmissible de voir sur Facebook...

Le Fatah donnant un caractère religieux à cette incitation

Incitant au meurtre de tout Juif

Glorifiant les terroristes

Et, bien sûr, revendiquant la totalité d’Israël à reconquérir par le sang...



Retourner à l'article Facebook, la promotion du terrorisme par le Fatah de Mahmoud Abbas : revirement et complicité

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.