Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Guerre de Gaza 2014 : Israël n’a pas commis de crimes de guerre

Hélène Keller-Lind

En été 2014 le Hamas, gouvernement de facto de la Bande de Gaza et d’autres groupes terroristes agissant depuis ce territoire entièrement sous contrôle palestinien initiaient une guerre qui dura cinquante jours en juillet et août derniers. Le 12 juin 2014 deux terroristes membres du Hamas, se faisant passer pour des Juifs religieux se déplaçant en voiture en Judée-Samarie, enlevaient Eyal, Guil-ad, Naftali, trois adolescents scolarisés qui faisaient du stop pour rentrer chez eux. L’ Opération « Gardien de mon frère » était lancée le 15 juin pour tenter de les retrouver. On se souvient de la dignité dont firent alors preuve leurs parents. Qui continuent à prôner l’unité aujourd’hui.

Le 30 juin ce sont leurs cadavres, dissimulés sous des pierre dans un champ, qui furent découverts. Ils avaient été assassinés de sang froid peu après leur kidnapping. Pour tenter de les retrouver dans un premier temps, puis pour retrouver les coupables et leurs complices les autorités israéliennes procédèrent à de nombreuses arrestations. Le Hamas qui avait nié toute responsabilité finit par admettre les kidnappings et les meurtres. Qui furent salués par nombre de Palestiniens, y compris l’Autorité palestinienne, au-delà de condamnations pour la forme. Les caricaturistes palestiniens, y compris officiels, s’en donnèrent à cœur joie donnant dans l’ignoble

Des centaines, puis des milliers de roquettes

Des centaines, puis des milliers de roquettes et autres missiles furent lancés à l’aveuglette sur les populations civiles israéliennes depuis la Bande de Gaza. Populations protégées avec une grande efficacité par le Dôme de Fer. Des terroristes palestiniens utilisèrent des tunnels construits à grand frais par le Hamas pour tenter de pénétrer sur le territoire israélien et tenta de le faire aussi par la mer. Israël répliqua par des tirs ciblés et une courte opération terrestre dans le cadre de l’Opération « Bordure Protectrice » qui dura du 7 juillet 2014 au 26 août 2014, avec quelques cessez-le-feu que, la plupart du temps, ne respectèrent pas les terroristes. On assista alors à une énorme campagne de diabolisation de l’État hébreu accusé de tous les maux. On en vit des exemples frappants en France, avec des manifestations violentes, se tenant parfois en dépit d’interdictions motivées par la crainte de dérapages et montrant leurs vraies couleurs aux cris de « mort aux Juifs ». Ce qui fut dénoncé par le Premier ministre . Tout comme furent dénoncées fermement les attaques de synagogues par le ministre de la Justice parlant néanmoins des « enfants de Gaza ». Le maire de Sarcelles, où fut prise pour cible une synagogue, parlait de « haine du Juif à visage découvert »

Une volonté de délégitimer l’État hébreu

Cette volonté concertée de déligitimer l’État hébreu était évoquée par le Premier ministre Netanyahou le 14 juin 2015 lors de la présentation du rapport sur la Guerre de Gaza commandité par le gouvernement israélien lors de la première rèunion du Cabinet ministériel de la semaine par son Secrétaire, Avichai Mandelblit. D’où l’importance de ce rapport, élaboré depuis la fin du conflit par diverses instances gouvernementales, notamment le ministère de la Justice, le ministère des Affaires étrangères, l’Avocat général de Tsahal et des membres de l’armée et du Conseil National de Sécurité. Un rapport qui présente tous les faits relatifs à cette guerre et en examine tous les aspects juridiques au regard des lois internationales.

Un rapport israélien aux conclusions confortées par un rapport international de haut niveau

« Ce rapport prouve incontestablement que Tsahal et les forces de sécurité se sont comportés en accord avec les lois internationales pendant cette opération. Actions menées pour défendre les citoyens de l’État contre une organisation terroriste meurtrière qui a commis un double crime de guerre. Elle a tiré délibérément contre des civils tout en se cachant à dessein derrière des civils. Le Hamas a utilsé à des fins militaires des écoles, des hôpitaux, des mosquées, des installations de l’ONU et des quartiers civils très peuplés. C’est de là qu’il a délibérément lancé des roquettes et ouvert des tunnels ; c’est là qu’il a délibérément caché des arsenaux et de là qu’il a opéré des centres de commandement. Ces tirs constituaient un crime de guerre. Se cacher délibérément dans des installations civiles était un crime de guerre ». Ce rapport en contient de nombreux exemples, ajoutait-il.

Par ailleurs, le rapport officiel israélien arrive à des « conclusions similaires à celles de généraux de haut niveau américains et européens », précisait le Premier ministre, soulignant que ces derniers ont « déterminé qu’au cours de cette opération Israël a agi selon toutes le normes internationales pour éviter de toucher des innocents. Ils connaissent ces normes et connaissent leurs propres armées. Ils disent qu’ Israël est allé au-delà des normes internationales ».

Ces généraux et anciens responsables de haut niveau parlant « d’une guerre légitime de la part d’Israël », ont conclu qu’Israël avait été « poussé à une guerre non voulue de sa part, faisant preuve pendant des mois d’une grande retenue pour éviter le conflit alors que ses citoyens étaient soumis à des tirs de roquettes sporadiques depuis Gaza ». Et qu’une fois les hostilités engagées « Israël a fait des efforts renouvelés pour que cessent les combats ». Ils évoquent les tunnels offensifs pénétrant en territoire israélien près de communautés civiles, « construits avec des matériaux détournés de fournitures d’aide humanitaire ». Ils font état de propes aveux du Hamas concernant l’utilisation de boucliers humains, de documents divers consultés. Leur rapport détaillé a été adressé au Comité des Droits de l’Homme de l’ONU.

Benyamin Netanyahou précisant que « nos obligations ne viennent pas de ce rapport ou de celui-là ou de ce comité de l’ONU ou de celui-là. Elles viennent du fait qu’ Israël est une démocratie et un pays moral avec des valeurs et qui agit dans le cadre des lois internationales ».

D’avance Benyamin Netanyahou ignore un rapport onusien à venir émanant d’un organisme discrédité

Quant au Comité des Droits de l’Homme de l’ONU qui doit publier et débattre de son propre rapport le 29 juin 2015, le Premier ministre l’évoque en ces termes : « si un organisme s’est jamais disqualifié, c’est bien celui-ci. Car il a déjà prouvé son hostilité envers Israël et son manque d’objectivité concernant Israël et pas Israël uniquement. Cet organisme a voté plus de résolutions contre Israël que contre la Syrie, l’Iran et la Corée du Nord pris ensemble ».

Bien entendu Benyamin Netanyahou ne manque pas de rappeler à cet égard que l’UNHRC avait mis à sa tête dans un premier temps un personnage connu pour son hostilité à l’État hébreu et qui a fini par devoir démissionner quand il est apparu que, par le passé, il avait perçu des fonds d’organisations palestiniennes...

Pour conclure que ceux qui condamnent Israël automatiquement et sans le moindre fondement le fassent sans se donner la peine de lire le rapport que publiera ce Comité. Il enjoint ceux qui sont soucieux de vérité de lire les deux rapports dont il est question ici.



Retourner à l'article Guerre de Gaza 2014 : Israël n’a pas commis de crimes de guerre

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.