Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Chronique de Michaël Bar-Zvi Yod | Tet Kislev 5775 - 11 décembre 2014

Désastre à plusieurs niveaux, et dont ne saurait dire à ce jour lequel est le pire. Politique d’abord parce qu’elle perd chaque jour son sens noble et provoque le rejet parmi les jeunes, les élites intellectuelles et les hommes libres.

Institutionnel, car ces élections sont la preuve de la faillite d’un système démocratique dont nous étions fiers lorsque des Ben-Gourion, Golda Meïr, ou Begin nous gouvernaient, mais qui paralyse aujourd’hui le pouvoir législatif et exécutif, empêche sa propre réforme et nomme dans son assemblée des députés inconnus, inexpérimentés, avides de pouvoir et de privilèges.

Désastre moral lorsque la vie politique ressemble à un « mercato », digne du monde du football, dans lequel chaque jour un nouveau degré de cynisme est franchi ; tel le record, sans doute mondial, de l’ex-ministre Tzippi Livni qui, en moins de dix ans, aura appartenu à quatre partis différents.

Désastre culturel aussi, par l’absence totale de culture politique, c’est-à-dire la disparition du débat d’idées et d’un discours parlant à notre intelligence. Le désintérêt pour la politique est en train de se transformer en dégoût, et il faut s’attendre à un taux d’abstention sans précédent.

Désastre social car au-delà des deux milliards de shekels que vont coûter les prochaines élections, aucune des réformes nécessaires à la société israélienne ne sera entreprise dans les six mois à venir.

Désastre diplomatique parce que le gouvernement en place n’a plus aucune légitimité pour négocier un processus de paix à un moment où Israël est de plus en plus isolé sur la scène internationale et que la stratégie d’Obama est de plus en plus floue, notamment après les accords secrets avec l’Iran sur la lutte contre l’Etat islamique. Toute intervention militaire en Iran serait immédiatement récupérée par la campagne électorale, aussi bien à droite qu’à gauche.

Mais le pire c’est qu’au lendemain du scrutin, le problème de la gouvernance, qui en est la raison essentielle, sera encore plus grave qu’hier. Quel que soit le Premier Ministre désigné, il devra composer une coalition bien plus ingérable que celle du dernier mandat : soit mettre ensemble des partis orthodoxes avec des partis du centre, soit mettre les partis de gauche avec des partis de droite, voire d’extrême droite. L’administration américaine, qui suit ses élections, a effectué des sondages, et est arrivé à la conclusion que si Netanyahou perdait les élections, son successeur serait sans doute dans l’impossibilité de former un gouvernement sans le parti d’Avigdor Lieberman. Et si c’était Netanyahou, ce serait du pareil au même. Tout ça pour ça ! Israël ton roi est nu !



Retourner à l'article Chronique de Michaël Bar-Zvi Yod | Tet Kislev 5775 - 11 décembre 2014

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.