Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Gaza : vigoureuse guerre anti-israélienne en images, ne pas se laisser prendre par la désinformation

Hélène Keller-Lind

Roquettes et autres engins de mort, tunnels terroristes, crimes de guerre

Point fait sur les roquettes et autres engins de mort lancés depuis la Bande de Gaza avant ceux qui, s’ajoutant au kidnapping et meurtre de trois adolescents israéliens par le Hamas, ont mené à l’Opération Bordure de Protection. « Depuis 2001, plus de 14800 roquettes et obus de mortier ont été tirés depuis Gaza sur Israël et plus de 9000 depuis le retrait israélien de la bande de Gaza en 2005. Ce sont donc 3 roquettes par jour en moyenne qui ont été tirés ces 12 dernières années, mettant ainsi en danger la vie de 3,5 millions de civils israéliens au sud du pays ».

Puis « du début de l’année 2014 jusqu’au début de l’Opération Bordure Protectrice, les terroristes palestiniens dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas ont tiré 450 roquettes sur Israël. Des millions d’Israéliens vivaient sous le feu des roquettes ». Lors du cessez-le-feu conclu le 26 août 2014, mettant fin pour l’heure au conflit initié par le Hamas, un total de 4.562 roquettes avaient été tirées depuis la Bande de Gaza.. Autant de crimes de guerre, ce qu’ont souligné diverses personnalités. Par exemple l’Ambassadeur d’Israël auprès du Conseil des Droits de l’Homme évoquant le 26 juillet 2014 les 2000 roquettes tirées alors.

Parallèlement le réseau de tunnels creusés par le Hamas pour mener des attaques terroristes en Israël même a été démantelé au cours de l’opération terrestre de Tsahal dont c’était la mission. Tunnels construits avec des matériaux de construction entrés depuis Israël qui avait subi des pressions dites ’humanitaires’ pour en laisser entrer de grandes quantités dans la bande de Gaza dans le but affiché de construire des logements, écoles ou hôpitaux. Tonnes de matériaux détournés à des fins terroristes. Au cours de cette Opération de l’été 2014 certains de ces tunnels ont d’ailleurs été utilisés par des terroristes palestiniens pour pénétrer en Israël.

Nombre falsifié de victimes palestiniennes et boucliers humains du Hamas

Le nombre de victimes palestiniennes du conflit communiqué quasiment en temps réel dans les médias ou les organismes internationaux n’avait pour source que des chiffres émanant de Gaza, soit du ministère de la Santé, soit par des ONG connues pour ne pas être impartiales, le tout sous contrôle du Hamas. D’où un constat falsifié aberrant donnant un nombre élevé de femmes et d’enfants tués, un nombre inférieur d’hommes, ces hommes étant très largement répertoriés comme « civils ». Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, The Independant, quotidien britannique de gauche annonce-t-il dans son bilan de la guerre : « Plus de 2.200 morts, principalement des civils ». Or, même si un certain nombre de terroristes du Hamas, notamment les dirigeants, se trouvaient dans des tunnels ou bunkers souterrains pendant le conflit, prétendre qu’aucun n’a été touché est absurde. Quant aux Nations Unies, elles estiment que 7 morts sur 10 sont des civils. Ce que conteste bien évidemment Israël. Même si le Hamas a utilisé les civils de Gaza comme boucliers humains, ce que reconnaissait un de ses porte-paroles, à des fins justement de propagande, ou leur a intimé l’ordre de ne pas partir de chez eux lorsque Tsahal leur enjoignait de s’éloigner de toute cible militaire, comme cela a été fait systématiquement. Nombre de missions militaires ont été avortées d’ailleurs quand un pilote repérait des civils près de sa cible militaire.

On trouvera des exemples détaillés de ces victimes faussement présentées comme étant des civils, alors qu’il s’agissait de membres du Hamas sur le blog d’Elder of Zyion. Ici quatre personnes sur les six membres d’une famille

Images manipulées, vision partielle et partiale

Il y a enfin le front de l’image qui est loin d’être refermé. Pour ne prendre qu’un exemple particulièrement significatif il faut examiner une vidéo palestinienne interactive très habilement conçue montrant en vingt tableaux des champs de ruines dans la Bande de Gaza, mosquées, hôpitaux, aire de jeux, habitations civiles détruits, des femmes et enfants sans abri, eau polluée, ruines dangereuses. L’enterrement d’un enfant. Pour paraître impartial le réalisateur note dans son commentaire du dernier tableau qu’Israël affirme que le Hamas tirait des missiles depuis l’Hôpital Al Wafa, aujourd’hui en ruines. Démenti par le personnel de l’hôpital nous dit-on.

Parole contre parole donc et, on peut supposer que celle d’un personnel médical semble plus digne de foi...une seule autre fois des « militants » sont évoqués lorsque est présentée l’entrée d’un bunker, où, nous dit-on, trois d’entre eux ont été tués par des troupes israéliennes les ayant attaqués. Glissement subtil : ces désormais « martyrs », même si le terme n’est pas utilisé ici, sont morts au combat sur leur terre qu’ils défendaient contre l’envahisseur. On est partout ici dans l’émotion..

Autre vidéo, de Tsahal, cette fois, Elle montre l’étendue du réseau d’installations militaires diverses du Hamas et leur implantation exacte. Autant de cibles dans le cadre d’une opération destinée à faire cesser les tirs de roquettes et autres menées terroristes depuis la Bande de Gaza.
Pourtant il n’y a bien entendu pas la même charge émotionnelle dans ce constat. D’où le danger de se laisser prendre aux images, notamment pour un public non averti. Évidemment la vidéo palestinienne est pain-béni pour les anti-Israéliens de tout poil.



Retourner à l'article Gaza : vigoureuse guerre anti-israélienne en images, ne pas se laisser prendre par la désinformation

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.