Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

« L’accord de Genève » exaspère la Droite

Par Mazal Mualem, Correspondant de Haaretz

Des sources palestiniennes ont dit que le Président de l’Autorité Palestinienne Yasser Arafat a été mis au courant des pourparlers et est informé de tous les détails de l’accord. Du côté israélien, cependant, tous les négociateurs étaient des membres de l’opposition, agissant sans approbation du gouvernement ; ainsi le projet n’a aucun statut officiel.

Des sources associées à l’ancien ministre Yossi Beilin, qui a dirigé l’équipe de négociation israélienne, ont dit que la Présidence était continuellement tenue au courant sur les événements des négociations, a annoncé Galei Tsahal lundi. Les sources de la Présidence ont démenti ces affirmations.

Le projet, connu comme « L’accord de Genève » , doit être signé en Suisse dans les semaines à venir - probablement le 4 novembre, anniversaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin. Le Ministère des Affaires Etrangères suisse a financé et a servi d’intermédiaire dans les négociations, qui ont pris deux ans et demi. Dans les semaines allant jusqu’à la signature, les deux côtés ont l’intention de s’engager dans une campagne active pour promouvoir l’accord envers leurs publics respectifs.

La cérémonie de dimanche en Jordanie a marqué l’achèvement du document a été suivie sur le côté israélien par Beilin, qui a dirigé l’équipe de négociation d’Israéliens ; les députés Haim Oron (Meretz), Amram Mitzna (Travailliste) et Avraham Burg (Travailliste) ; l’ancien député Nehama Ronen ; le général de réserve Giora Inbar et l’écrivain Amos Oz.

D’autres Israéliens sont dans l’initiative incluant l’ancien chef d’état-major Amnon Lipkin-Shahak, le député Yuli Tamir (Travailliste) et plusieurs députés Meretz . Les représentants palestiniens à la prestation, qui ont aussi mené les pourparlers pour leur côté, étaient d’anciens ministres Yasser Abed Rabbo, Nabil Kassis et Hisham Abdel Razeq et deux dirigeants des Tanzim affilié au Fatah, Kadoura Fares et Mohammed Khourani.

Yasser Abed Rabbo, qui a défini le projet comme « le début d’une nouvelle ère, » a dit qu’il avait reçu des félicitations, à propos de l’accord, d’Arafat, du Premier ministre palestinien Ahmed Qureia et du prédécesseur de Qureia, Mahmoud Abbas.

Khourani, qui a noté que quatre de ses frères sont dans les prisons israéliennes, a dit : « nous avons compris qu’Israël ne peut pas nous défaire par des moyens militaires, mais nous avons aussi compris que nous ne pouvons pas défaire Israël et la solution doit être politique. »

Mitzna a déclaré : « le camp de paix a maintenant un ordre du jour. Nous avons fini la partie facile ; maintenant nous en sommes venus à la partie difficile - retourner en Israël et frapper à chaque porte et convaincre le public. »

Oz a noté que « ceux qui nous attaquent demanderont sans aucun doute : ’ qu’avez-vous fait ? Vous leur avez tout donné en échange de quelques embrassements... Mais ce que nous avons fait aujourd’hui déterminera l’avenir. »

Beilin, répondant aux critiques de la Droite - qui a accusé l’architecte des Accords d’Oslo de répéter maintenant son erreur désastreuse - a dit : « je sais ce qu’ils diront que c’est un mauvais accord, que nous conclu et que nous avons tout donné. Mais une chose qu’ils ne seront pas capable de dire : qu’il n’y ait aucun partenaire [pour un accord]. »

Les représentants gouvernementaux ont mené l’attaque sur Beilin et ses collègues. « Il y a un gouvernement d’Israël et c’est celui qui traite de telles questions, » a dit le Ministre des Affaires Etrangères Silvan Shalom. « Tout le reste est virtuel. Je n’attendais pas beaucoup plus de ceux qui nous ont apporté les Accors d’Oslo, pour lesquels nous payons toujours le prix de la sottise, aujourd’hui donc, nous devons tenir cela à une juste proportion. »

Le Premier Ministre Ariel Sharon, qui le premier a commencé à attaquer l’initiative Beilin-Abed Rabbo la semaine dernière, a dit dimanche qu’elle fait échouer toute les chances d’avancer dans des négociations sérieuses sur un accord de paix.

Le président de Parti Travailliste Shimon Peres a refusé de faire des remarques sur le document, disant il ne pouvait pas le faire avant d’en avoir pris connaissance.

Les points principaux du projet sont les suivants :

  • Les Palestiniens céderont sur le droit de retour. Quelques réfugiés resteront dans les pays où ils vivent maintenant, d’autres seront absorbés par l’Autorité Palestinienne , certains seront absorbés par d’autres pays et certains recevront une compensation financière. On permettra à un nombre limité de s’implanter en Israël, mais ce ne sera pas défini comme la réalisation du droit de retour.
  • Les Palestiniens reconnaîtront Israël comme l’état du peuple Juif.
  • Israël se retirera aux frontières 1967, à part certains échanges territoriaux, comme decrit ci-dessous.
  • Jérusalem sera divisé, avec les quartiers arabes de Jérusalem Est devenant une partie de l’état palestinien. Les quartiers juifs de Jérusalem Est, aussi bien que les faubourgs de la Rive occidentale de Givat Ze’ev, Ma’aleh Adumim et la partie historique du Gush Etzion - mais pas Efrat - feront partie d’Israël.
  • Le Mont du Temple sera Palestinien, mais une force internationale assurera la liberté d’accès pour les visiteurs de toutes les confessions. Cependant, on ne permettra pas la prière Juive sur le Mont du Temple, ni de recherches archéologiques. Le Mur Occidental restera sous la souveraineté Juive et le « Holy Basin » seront sous surveillance internationale.
  • Les implantations d’Ariel, Efrat et Har Homa feront partie de l’état palestinien. De plus, Israël transférera des parties du Negev adjacent à la Bande de Gaza, mais n’incluant pas Halutza, aux Palestiniens en échange des parties de la Rive occidentale qu’il recevra.
  • Les Palestiniens promettront d’empêcher le terrorisme et l’incitation à la violence et désarmeront toutes les milices. Leur état sera démilitarisé et les frontières seront surveillées par une force internationale, mais pas Israélienne.
  • L’accord remplacera toutes les résolutions de l’ONU et les accords précédents


Retourner à l'article « L’accord de Genève » exaspère la Droite

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.