Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Après Nathalie Kosciusko-Morizet la Fondation France-Israël reçoit Anne Hidalgo, candidate de gauche à la Mairie de Paris

Hélène Keller-Lind

Dix ans de première adjointe en phase avec un Maire de Paris devenu « citoyen palestinien »

Le 14 novembre dernier la Fondation France-Israël recevait Nathalie Kosciusko-Morizet, ancien Ministre et ancienne Secrétaire d’Etat, candidate UMP à la Mairie de Paris qui devait évoquer notamment ses voyages d’étude, dont l’un en août dernier en Israël, où elle s’était rendue souvent et d’où elle était revenue enthousiasmée par la Silicon Wadi, destinés à l’aider à formuler des projets/progrès pour booster la capitale.

Le 12 décembre, toujours dans le cadre de ses Entretiens, la Fondation France-Israël, présidée par l’ancien ministre Nicole Guedj, recevra Anne Hidalgo, l’autre candidate à la Mairie de Paris,, Conseillère régionale P.S. d’Ile de France, première adjointe depuis dix ans de Bertrand Delanoë, ce maire de Paris qui reçut avec une émotion non feinte un – vrai-faux- passeport palestinien des mains de Mahmoud Abbas. Lui apportant en cadeau l’adoption la veille, lors d’un Conseil municipal, d’un vœu qu’il présentait préconisant un étiquetage spécial des produits israéliens venant « des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem Est » Sans que, à notre connaissance, la première adjointe s’y soit opposée...

Pas plus que la première adjointe ne semble s’être opposée au fait que soit reçu par le Maire de Paris Salah Hamouri, membre du Front Populaire de Libération de la Palestine, admirateur du terroriste Samir Kuntar, condamné en Israël pour avoir planifié l’assassinat d’Ovadia Yossef, libéré dans le cadre de l’échange de mille condamnés palestiniens contre l’otage franco-israélien Guilad Shalit enfermé au secret par le Hamas près de cinq ans.

On se souviendra, d’ailleurs, que la Mairie de Paris avait choisi de ne pas afficher la photo de cet otage sur le fronton de la Mairie, à la différence de ce qui avait été fait pour l’otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, à la différence aussi de la Mairie du XVIème et de son Maire, Claude Goasguen.

Stéphane Hessel

Par ailleurs la première adjointe avait été la cheville ouvrière de la mise en œuvre de la décision de la Mairie de Paris de donner le nom de Stéphane Hessel à un square parisien très peu de temps après sa mort, sans attendre les cinq années réglementaires en la matière. Ce que dénonçait, entre autres, le conseiller de Paris Jérôme Dubus, cité par Europe-Israël. Stéphane Hessel avait pourtant non seulement beaucoup menti sur son passé mais avait consacré temps et énergie à vilipender Israël, allant jusqu’à rencontrer et soutenir le Hamas dans la Bande de Gaza....

Anne Hidalgo avait encensé ce personnage lors de son décès le décrivant comme un : "homme généreux et profondément optimiste, qui savait nous communiquer son énergie à toute épreuve, sa grande humanité en toutes circonstances...Stéphane Hessel portait la cause de la dignité humaine avec humilité et humour".

Ian Brossard, Avraham Marcus Klingberg, Salah Hamouri

Autre élément qui sera peut-être évoqué lors de ces Entretiens de la Fondation France-Israël : l’accord conclu entre Anne Hidalgo, PS, et Ian Brossard, PCF., Conseiller de Paris, chef des file des communistes parisiens. Il se trouve qu’Ian Brossard a pour le terroriste Salah Hamouri la même empathie que Bertrand Delanoë au point d’être allé lui rendre visite en prison en Israël... Et en décembre 2011 il se réjouissait de sa libération, concluant : "Quand je suis allé lui rendre visite, Salah m’a promis qu’une fois libre, il viendrait à Paris remercier tous ceux qui l’ont soutenu. J’ai hâte qu’il soit là, avec nous, libre"..

L’attitude du porte-parole adjoint d’Anne Hidalgo vis-à-vis d’Israël s’explique sans doute en partie par le parcours du grand-père de celui-ci. En effet, « le Professeur Avraham Marcus Klingberg a été l’espion soviétique le plus important jamais arrêté en Israël », rappelait Haaretz dans un article datant de 2008 lors de la sortie de nouveaux éléments le concernant. Né à Varsovie en 1918 il avait fui le nazisme et terminé ses études de médecine en URSS, combattu dans l’Armée Rouge avant de faire son alyah en 1948. En Israël il avait été notamment directeur-adjoint d’un Institut de Recherche en Biologie secret. Soupçonné d’espionnage dès 1963 il n’avait été arrêté qu’en 1983 et condamné à vingt ans de prison. Relâché en 2003, toujours selon Haaretz, il est alors venu vivre chez sa fille Sylvia Klingberg en France. Et aurait donc également vécu avec son petit-fils, Ian Brossard.

Voyage de campagne en Israël et en « Palestine »

La candidate PS à la Mairie de Paris se trouve actuellement en Israël, d’où elle a choisi de dire « l’attachement de Paris à la communauté juive", rapporte Le Parisien sa volonté de combattre l’antisémitisme. Elle doit se rendre ensuite dans les Territoires palestiniens qu’elle désigne comme étant la »Palestine", que ce soit sur son compte Twitter ou la page Facebook dédiée à ce voyage.



Retourner à l'article Après Nathalie Kosciusko-Morizet la Fondation France-Israël reçoit Anne Hidalgo, candidate de gauche à la Mairie de Paris

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.