Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Arrestation en Israël d’Ali Mansouri, alias Alex Mans, accusé d’espionnage au profit d’un Iran se faisant passer pour une colombe

Hélène Keller-Lind

C’est la presse israélienne qui a révélé l’affaire. Venu en Israël en juillet 2012, janvier 2013, puis le 3 septembre 2013, cet homme d’affaires belge, Alex Mans, voulait y vendre des équipements anodins, des fenêtres ou des toitures, et avait contacté des entreprises locales pour ce faire, tentant d’y établir un réseau commercial lui servant de façade. Pas de quoi inquiéter pourtant jusque là si ce n’est que le vériable nom de ce natif de Téhéran, ayant vécu en Iran jusqu’en 1980, puis en Turquie jusqu’en 1997 avant de s’établir en Belgique et de devenir citoyen de ce royaume en 2006 en épousant une Belge était Ali Mansouri. Belge dont il divorça plus tard pour épouser une Iranienne. Retourné en Iran dès 2007, il conduisait en effet ses affaires entre l’Iran, la Belgique et la Turquie.

En 2012 en Iran, il avait accepté de travailler pour une unité des Gardiens de la Révolution iranienne, la Force Qods – Jérusalem - spécialisée dans la planifictation et la réalisation d’attentats de par le monde pour la somme d’un million de dollars, nous apprend le Shint Bet à qui il a avoué toute l’affaire après son arrestation à l’aéroport Ben Gourion le 11 septembre dernier. Il avait dans ses bagages des photos de cibles potentielles d’attentats comme l’ambassade des Etats-Unis à Tel Aviv.

Selon le Jerusalem Post au cours de ses interrogatoires, Ali Mansouri a décrit ses rencontres avec « Haji Mustafa, un membre important de la Force Qods – Jérusalem – des Gardiens de la Révolution, et les rapports qu’il lui faisait après ses visites en Israël, Hajai Hamid Na’amti, un agent de liaison et Mahdi Hanababai, qui le guida au cours de ces visites ».

Assité de deux avocats, Ali Mansouri doit passer devant les tribunaux pour être inculpé.

Une affaire confortant l’analyse faite par Israël de l’offensive de charme de façade du Président iranien alors que le programme nucléaire militaire iranien se poursuit

Cette affaire montre, si besoin était, que l’offensive de charme d’un Rohani tout sourire, à qui, étonnament, l’on sait parfois gré de reconnaître une évidence, la Shoah, - qu’avait niée son prédecesseur - n’est que façade, comme l’affirme notamment le Premier ministre israélien qui estime que l’Iran continue à jouer la montre dans sa recherche de l’arme atomique. Ce qui est fait depuis les débuts du programme nucléaire iranien, l’Iran trouvant un prétexte après l’autre pour gagner du temps afin de pouvoir poursuivre ce programme à la fois civil et militaire, enrichissant notamment de plus en plus d’uranium avec de plus en plus de turbines de plus en plus sophistiquées, refusant l’accès à des sites militaires sensibles aux inspecteurs de l’ONU, y menant d’importants travaux de camouflage, bafouant au passage toutes les résolutions onusiennes et les travaux de l’Agence Internationale à l’Energie Atomique, qui démontrent sa mauvaise foi en la matière....

Le 30 juillet dernier l’Institut pour la Science et la Sécurité Internationale (ISIS) – Institut qui suit les travaux de l’AIEA, entre autres, et donne un aperçu documenté de ce qui se trame en Iran en matière de nucléaire militaire, mais pas uniquement - démontrait dans un rapport détaillé que d’ici la mi-juillet 2014 l’Iran produirait assez d’uranium militaire pour atteindre une « capacité critique » Le 13 septembre les auteurs de ce rapport dénonçaient lanature trompeuse des affirmations faites par l’Iran prétendant avoir réduit ses stocks d’uranium enrichi à 20 % -* qualité militaire –..

En dépit de ces évidences l’offensive de charme d’Hassan Rohani a pourtant convaincu suffisamment le Président américain pour que celui-ci lui propose une rencontre dans les coulisses des Nations unies, lors de la prestation de ce dernier devant l’Assemblée générale, offre refusée par le Président iranien qui proposa à la place un entretien téléphonique accepté par Barak Obama. Un gage d’espoir selon le Président américain, aucun dialogue direct à ce niveau n’ayant été possible depuis 1979, déclarait-il après cette conversation....

Le 28 septembre Benyamin Netanyahou déclarait, pour sa part, depuis l’aéroport Ben Gourion, justement, avant de partir pour Washington, pour y rencontrer le Président Obama, puis New York pour s’y adresser à l’Assemblée générale des Nations unies, qu’il « dirait la vérité face aux belles paroles et à l’avalanche de sourires » [ ndlr. du Président iranien]. Il ajoutait « on doit parler de faits et parler vrai. Dire la vérité aujourd’hui est vital pour la sécurité et la paix dans le monde et bien sûr cela est vital pour la sécurité de l’État d’Israël ».



Retourner à l'article Arrestation en Israël d’Ali Mansouri, alias Alex Mans, accusé d’espionnage au profit d’un Iran se faisant passer pour une colombe

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.