Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Chronique de Michaël Bar-Zvi | Tet Vav be Yaar 5773 25 avril 2013

« Le programme de développement nucléaire iranien se poursuit et personne ne l’arrête » a déclaré Amos Yadlin en rappelant qu’Israël avait repoussé sa date limite pour une intervention militaire, afin de permettre aux Américains de négocier avec Téhéran. Les Etats-Unis souhaitent continuer leur action par les voies diplomatiques, mais ils risquent de devoir rapidement changer cette stratégie s’ils veulent respecter la parole de Barack Obama de ne pas accepter la présence d’une bombe atomique en Iran.

Il ne reste que quelques semaines à la Maison Blanche pour obtenir un retrait du programme de développement, même si selon les experts israéliens, le point de non-retour est déjà dépassé. La dernière chance se trouve, semble-t-il, dans le résultat des élections qui vont se dérouler en Iran au mois de juin.

Le nouveau gouvernement qui émergera de ce scrutin devra prendre une décision majeure, c’est-à-dire celle de transformer l’uranium en arme atomique ou pas. Il ne reste que deux mois à la diplomatie occidentale pour obtenir un retournement peu probable de la politique iranienne en la matière.

Il est bien difficile de connaitre les tendances de l’opinion iranienne, d’autant que le choix ne doit se faire qu’entre des ayatollahs et des ayatollahs.

Les rumeurs évoquent une forte baisse de popularité d’Ahmadinedjad, considéré comme le principal responsable de la situation économique et sociale difficile que vivent les habitants de ce pays, où se trouvent des richesses naturelles importantes.

Le pouvoir en place a isolé l’Iran, entrainant de graves séquelles pour la population. Les Américains et l’Europe espèrent avoir un partenaire plus conciliant après le vote du mois de juin.

Selon le général Yadlin, à cette date, l’Iran sera en mesure de produire une ogive nucléaire en deux mois maximum. C’est dans cette courte période qu’Israël devra décider d’une opération, malgré deux obstacles de taille : le premier est le manque de légitimité d’une telle action sur le plan international et le second la complexité d’une attaque sur un réseau à la fois très étendu et muni d’importants moyens de défense.

Si l’on en croit le chef d’état-major israélien, Benny Gantz, Israël est en mesure de mener une attaque, mais il est évident qu’elle ne peut se réaliser sans un soutien logistique des Etats-Unis, voire d’autres pays de la région. Mais comme le prétend ce vieux proverbe persan : « mieux vaut avoir des douleurs que des remords ».



Retourner à l'article Chronique de Michaël Bar-Zvi | Tet Vav be Yaar 5773 25 avril 2013

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.