Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Chronique de Michael Bar-Zvi | Dalet Tichri 5773 - 20 septembre 2012

Né en 1925, à Sosnowiec en Pologne, Haïm Hefer est monté en Israël en 1936 au kibboutz Dafna en Galilée et s’est engagé dans le Palmah à l’âge de 17 ans. Au début, il prit une part active à l’Alya Beth, l’immigration illégale avant de servir sous les ordres d’Yigal Allon.

Dès son incorporation, Haim Hefer commença à écrire des poèmes et des paroles de chansons mises en musique par les compositeurs de l’époque Sacha Argov ou Moshe Vilensky. Les chansons de Haim Hefer font partie de ce que l’on peut appeler les canons de la musique israélienne moderne, mais leurs messages et les valeurs qu’elles véhiculent vont bien au-delà de la variété ou du simple divertissement. Ces rengaines ont été le socle d’une culture sioniste, qui reposait sur l’amour de la terre, sur la fraternité des armes dans le combat pour la liberté, et sur une vision de l’honneur, mais aussi sur l’humour et la joie de vivre.

Dans la phase de reconstruction de sa souveraineté nationale, le peuple juif avait besoin de héros et de mythes, et ce sont souvent les personnages des chansons de Haim Hefer qui donnèrent un contenu à cette aspiration. Certains héros de la guerre d’indépendance, comme Doudou de la chanson éponyme ou certaines scènes de veillées comme celles évoqués dans le texte sur le Finjan ont contribué à tisser une mémoire collective au cours des premières années de l’Etat d’Israël. Fondateur de la troupe Tchizbatron, issu de ce terme utilisé par les combattants du Palmah pour désigner leurs prouesses fictives, Haim Hefer a écrit des centaines de chansons, mais a été aussi l’auteur de nombreuses pièces de théâtre, de comédies musicales, comme Kazablan ou Salah Shabati, en collaboration avec Ephraïm Kishon.

Il a traduit de nombreuses œuvres en hébreu comme Tartuffe, le Revizor de Gogol ou Irma la Douce. Il a écrit pour tous les grands artistes israéliens de Chochana Damari à Yaffa Yarkoni en passant par Arik Lavi ou Yehoram Gaon, mais aussi et surtout pour les troupes musicales de l’armée.

Pendant des années, j’attendais avec impatience la livraison du vendredi du quotidien Yediot Aharonot pour y lire le billet de Haim Hefer sur l’actualité toujours rédigé en vers rimés.

Comme de nombreux artistes, Haïm Hefer ne « mâchait » pas ses mots et n’avait pas que des amis, mais est-ce une raison pour expliquer l’absence d’un représentant du gouvernement aux obsèques ? Où étaient les ministres de l’éducation, de la culture ? Pourquoi Shimon Peres n’est pas venu lui rendre un dernier hommage ? Pourquoi Netanyahou s’est-il contenté d’un communiqué d’une affection plutôt laconique ? J’ignore les véritables raisons, mais ce dont je suis sûr c’est qu’en ces temps difficiles l’humour, la satire, le droit à la polémique, à la critique même corrosive sont des valeurs essentielles que Haim Hefer nous a enseignées et que nos hommes politiques devraient méditer et préserver au-dessus de tout.



Retourner à l'article Chronique de Michael Bar-Zvi | Dalet Tichri 5773 - 20 septembre 2012

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.