Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Droit de réponse d’Emmanuel Navon

« Réponse d’Emmanuel Navon à l’article de Victor Perez ‘Un État binational ? Une fausse bonne idée !’ »

Dans son blog « Un État binational ? Une fausse bonne idée ! » Victor Perez fait référence à mon article « La religion de deux États » publié sur le site du CRIF le 16 août dernier.

Victor Perez ouvre son blog avec les mots suivants : « Le Professeur Emmanuel Navon, dans un article intitulé « La religion des deux états » (1), assure, démonstration à l’appui, que la démographie, dans un état binational, ne sera plus un problème. » Or mon article ne dit nulle part que la démographie ne sera plus un problème dans un État binational puisque j’affirme au contraire que la « menace binationale » est infondée. Première erreur.

La seconde erreur apparaît dès le second paragraphe : « Cela serait un plan de paix idéal sauf… que quelques questions gênantes ont été oubliées ! » Je ne parle nulle part de plan de paix dans mon article. L’article ne présente ni plan de paix ni solution au conflit israélo-arabe. Il consiste uniquement, encore une fois, à démontrer que la « menace binationale » est infondée à la lumière des données démographiques.

Le reste du blog de Victor Perez consiste en une série d’arguments contre un État binational comme si j’avais proposé une telle idée. Or cela n’est en rien le cas : je suis également contre un État binational et donc Victor Perez se trompe d’adversaire.

Victor Perez récidive dans le dernier paragraphe en écrivant : « Pour que l’idée du Professeur Navon devienne réalité. » Pour la énième fois : je ne soutiens pas l’idée d’un État binational. Faut-il le répéter ? Je ne fais que démontrer que la « menace binationale » est infondée.

Alors que nous sommes dans le mois d’Eloul à la veille de Rosh Hashana nous devons redoubler de prudence concernant nos actions envers autrui. Déformer en publique les propos d’un auteur et lui attirer l’ire du public pour des propos qu’il n’a pas tenus constitue une atteinte à la réputation et aux intérêts de la personne visée. En particulier à l’âge d’Internet ou tout circule et se décuple à la vitesse de la lumière. Victor Perez a eu la correction de reconnaître son erreur et de la réparer en publiant mon droit de réponse.

Shana Tova,

Emmanuel Navon.



Retourner à l'article Droit de réponse d’Emmanuel Navon

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.