Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Tsahal a ordonné de s’abstenir de riposter au feu déclenché par les Palestiniens sur l’axe Philadelphi.

DEBKAfile - Traduction de Simon Pilczer

C’était une provocation directe orchestrée dans le temps pour provoquer des troubles le jour précédent le départ du Premier Ministre israélien pour son voyage américain - et la suite. Trois des garçons ont été tués par des tirs israéliens, déclenchant un bombardement de tirs de missiles et de mortiers dans la nuit de samedi à dimanche contre le Gush Katif.

Les deux dirigeants palestiniens ont consciemment envoyé les garçons à une mort certaine. Tsahal a récemment montré les mesures publiques nouvelles automatiques activées par caméras, installées le long de la voie Philadelphie pour arrêter la contrebande d’armes entre l’Egypte et Gaza.

Des provocations palestiniennes sont la routine lors de chaque visite de Sharon aux Etats-Unis. Cette fois, Moussa Arafat et le chef de la sécurité préventive Abu Shbak (cerveau terroriste palestinien depuis longtemps pour lequel Abu Mazen [Mahmoud Abbas, ndt] a convaincu Israël d’accorder une amnistie et la liberté de mouvement entre la bande de Gaza et la rive occidentale) ont l’intention d’adresser un message puissant à Washington, Jérusalem et Ramallah : quoique Sharon et George W. Bush décident lors de Leurs pourparlers dans le ranch présidentiel de Crawford, au Texas, les affaires ne dépendent plus d’eux. Les deux terroristes palestiniens tiennent fermement le contrôle de la bande de Gaza, et ce qu’ils disent, circule. Jusqu’à ce que leur autorité soit reconnue, des missiles Qassam et le feu de mortiers et d’autres attaques terroristes persisteront sur le Gush Katif et les positions militaires qui le défendent, tout en ciblant des emplacements israéliens à travers la frontière.

Les deux Palestiniens ont en fait repris la dernière tactique de Yasser Arafat. Il relevait généralement le niveau des attaques lorsque des initiatives diplomatiques étaient sur pied pour un objectif fixé : pour obliger toutes les parties et les médiateurs à reconnaître que les Palestiniens avaient le dessus dans tout processus de paix et détermineraient son résultat en utilisant le terrorisme et la violence pour forcer Israël à s’agenouiller.

L’éruption de samedi n’est pas survenue au hasard. Pendant des semaines, les Palestiniens ont mis en scène des incidents de basse intensité, tirant dans des embuscades, des pièges à la bombe, des infiltrations, parmi lesquels des douzaines ont été contrecarrés par l’action militaire israélienne. Les sources militaires et du renseignement de Debkafile font remonter le processus à la mi-mars, lorsque Shbak et Arafat ont prévenu Abbas et son ministre de la sécurité intérieure le général Nasser Yousef qu’ils n’étaient plus responsables de leur sécurité dans la Bande de Gaza. Abbas s’entendit dire que s’il venait, c’était à ses risques et périls, Yousef fut informé franchement que s’il posait le pied dans la Bande [de Gaza] il serait abattu. Cet acte de défiance contre le président de l’Autorité Palestinienne vint par-dessus une mutinerie montée contre lui par des groupes palestiniens armés et des forces de la rive occidentale.

Le gouvernement israélien a répondu à cette prise de contrôle par un autre changement du cours des dispositions sur la frontière clé Philadelphie de la bande après le retrait en juillet de la bande de Gaza. Il a désormais été décidé de conserver cette enclave stratégique en l’absence de toute autre option viable. Les deux chefs terroristes se sont clairement musclés sur le territoire. Ce sont les mêmes hommes qui activent les tunnels de contrebande d’armes entre l’Egypte et la bande de Gaza. Maintenant ils proclament avoir envoyé des forces palestiniennes pour boucher dix de ces passages. Mais ces tunnels ont été seulement « découverts » après avoir été pointés par les troupes israéliennes.De plus, les Égyptiens ne démontrent pas le moindre intérêt à prendre leur responsabilité sur la voie de la frontière - sauf en paroles.

Puisque les troupes israéliennes sont coincées dans cette bande stratégique, les positions de l’armée ont été fortifiées et surclassées pour le long terme avec des mesures qui leur permettent de combattre les tunnels et d’écarter un assaut simultané des côtés palestinien et égyptien de Rafah jusqu’à ce que des renforts soient amenés.

Il est clair pour les dirigeants d’Israël que les avant-postes de la Bande Philadelphi deviendront le prochain objet brûlant de la controverse, comme les positions de l’enclave des fermes de Shabaa dans le nord. Lorsque les civils israéliens auront quitté la bande de Gaza, ces avant-postes et leurs convois d’approvisionnement deviendront la proie d’un feu palestinien constant.

Aucun de ces développements n’a été porté à l’attention du public, et c’est pourquoi l’éruption de samedi est arrivée par surprise. Même avant que les trois contrebandiers palestiniens ne meurent, un missile Qassam a été tiré sur Sderot le jeudi 7 avril, après une pause de plusieurs semaines. Plus tôt samedi, deux gros engins explosifs ont été détectés et désarmés le long de la principale route de Gaza. Des comités de résistance populaire ont proclamé les avoir placés pour faire exploser des véhicules militaires israéliens pour punir Abu Mazen de ne pas les avoir invités lors des tables rondes des dirigeants palestiniens le mois dernier au Caire.

Le ministre de la défense d’Israël Shaül Mofaz a ordonné aux forces israéliennes de s’abstenir de riposter dans la nuit de samedi et dimanche matin, bien que le bombardement de mortiers et de missiles sur le Gush Katif n’ait pas démontré de diminution et l’absence de réflexion dans la bataille palestinienne en cours pour le contrôle de la voie Philadelphie.

Dans le vain espoir que l’attaque palestinienne mourrait d’elle-même, il a préservé l’action militaire israélienne au niveau zéro. En se consultant avec le Premier Ministre, il a ordonné au commandant du district le Brigadier général Dan Harel de s’abstenir même de l’habituelle réduction au silence les sources du feu palestinien. Pour couvrir cette inaction, Mofaz a annoncé qu’il avait envoyé comme messages aux Palestiniens qu’ils devaient stopper ce très grave incident.

Les attaques ont continué.
Ce n’est pas surprenant parce que le ministre de la défense n’a pas d’adresse compétente pour ses messages. La bande de Gaza échappe au contrôle du Président de l’Autorité Palestinienne Abu Mazen, alors que les hommes forts du territoire Moussa Arafat et Abu Shbak ordonnent eux-mêmes que les tirs se poursuivent. Les sources militaires de DEBKAfile ne voient rien pour empêcher ces attaques d’escalader hors de contrôle.



Retourner à l'article Tsahal a ordonné de s’abstenir de riposter au feu déclenché par les Palestiniens sur l’axe Philadelphi.

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.