Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Michel Rocard rencontre Akbar Salehi, ministre des Affaires étrangères iranien à Téhéran où il est reçu en même temps que le Hamas

Hélène Keller-Lind

Une visite non officielle de haut niveau

L’agence de presse iranienne, Fars News, rend compte de la rencontre entre l’ancien Premier ministre P.S. Michel Rocard et Akbar Salehi, ministre des Affaires étrangères iranien à Téhéran. On y apprend que le ministre iranien « a félicité le peuple français pour l’élection de [ François ] Hollande et dit souhaiter que son élection mène à un accroissement des relations bilatérales dans tous les domaines, relations fondées sur un respect mutuel ».

Quant à Michel Rocard, « il a souligné l’importance du statut de l’Iran, disant espérer qu’un climat de respect mutuel serait créé entre l’Iran et les pays européens pour que tout problème éventuel puisse être résolu dans le respect des intérêts des deux parties pour renforcer la paix et la stabilité globale et régionale ».

Datée du 13 mai, la dépêche précise que la visite, qui a débuté la veille, n’est pas officielle et avait été initialement prévue pour le mois d’avril. Son report a été provoqué par l’hospitalisation à Stockholm de l’ancien dirigeant français âgé de 81 ans.

Bien que, selon l’entourage du Président élu, Michel Rocard n’ait été investi d’aucune mission pour son compte en Iran, il est intéressant de voir ce que disait officiellement ce dernier en novembre dernier. François Hollande déclarait alors : « J’ai pris connaissance avec la plus grande préoccupation des principales conclusions du dernier rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique sur l’Iran et de ses « graves inquiétudes » concernant les activités nucléaires de ce pays.
Pour la première fois, l’Agence internationale de l’énergie atomique, de façon indépendante, professionnelle et impartiale, conclut sans ambiguïté que l’Iran a développé des activités de militarisation visant à la production d’une arme nucléaire, et que certaines pourraient se poursuivre en ce moment.
Nous ne pouvons pas accepter que l’Iran poursuive sa marche vers l’arme nucléaire. C’est là une menace grave pour la région mais aussi pour l’Europe, et pour la communauté internationale toute entière. L’avenir du régime de non-prolifération est en cause. L’Europe a su prendre ses responsabilités dans cette crise et ne saurait rester sans réponse à ces nouveaux développements.
Je n’oublie pas non plus la dégradation continue et inacceptable de la situation des droits de l’homme en Iran. Chaque jour, les droits les plus fondamentaux sont bafoués. La répression entamée en juin 2009 ne s’est, en réalité, jamais arrêtée. L’Iran ne respecte ni son peuple, ni ses obligations internationales.
Cette situation doit être traitée avec la gravité, la fermeté et le sang-froid qui s’imposent. Je crois profondément que la voie de la diplomatie n’a pas encore été épuisée et que nous pouvons agir, avec l’Union européenne et la communauté internationale, au travers de l’adoption de nouvelles sanctions, pour que l’Iran respecte enfin ses obligations ».

La France restera-t-elle à la pointe du combat contre le nucléaire militaire iranien ? Pour Benyamin Netanyahou le temps presse.

On peut toutefois se demander si la position de la France vis-à-vis de l’Iran pourrait évoluer. On sait, en effet, que sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la France a été à la pointe du combat contre l’acquisition du nucléaire militaire par le régime des mollahs. D’autant que des négociations ont été entamées avec le régime de Téhéran dont certains craignent qu’il joue la montre, une fois encore.
Ainsi, le 24 avril dernier, le Premier ministre israélien exprimait-il ses doutes dans une interview accordée à CNN, estimant qu’il vaudrait mieux que les sanctions appliquées actuellement fassent rapidement effet. D’autant, disait-il, que la poursuite du nucléaire par le régime de Téhéran n’a pas marqué de pause. Ce qui est connu, précisait-il et pas uniquement d’Israël, démentant ainsi la prudence relative de l’AIEA sur ce point. De plus, pour Benyamin Netanyahou on ne peut accepter aucun enrichissement de l’uranium en Iran, aussi minime soit-il.
On notera aussi que les négociations entamées entre l’Iran et l’AIEA devant reprendre à la mi-mai ont été repoussées au 23 mai.

Pour un officiel iranien qui reçoit le Hamas, « le régime sioniste agonise »

Alors même que Michel Rocard est à Téhéran, le Secrétaire du Conseil National Suprême à la Sécurité de l’Iran, Saeed Jalili, reçoit le « ministre des Affaires étrangères du Hamas, Mohamed Awad » et déclare sans ambages que « le régime sioniste s’est affaibli et est plus isolé que jamais et ses plaintes ressemblent aux derniers gémissements d’une personne qui agonise ».

Selon Saeed Jalili, « la victoire du peuple palestinien est proche ». Fustigeant « les pays qui gardent le silence quant à cette question [ la situation à Gaza] sont coupables de ce crime contre l’humanité ». Il ajoutait que « la Palestine appartient au monde de l’Islam tout entier et devrait être libérée ».



Retourner à l'article Michel Rocard rencontre Akbar Salehi, ministre des Affaires étrangères iranien à Téhéran où il est reçu en même temps que le Hamas

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.