Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Mahmoud Abbas - marche arrière, toute - promet de défendre le « droit au retour » des réfugiés palestiniens

Lors d’une cérémonie à la mémoire de Yasser Arafat au Conseil législatif palestinien, Mahmoud Abbas a promis au défunt « que nos coeurs ne trouveront pas de repos tant que nous n’auront pas obtenu le droit au retour pour notre peuple et mis un terme à la tragique question des réfugiés ».

S’adressant au « fantôme » du président défunt Yasser Arafat, il a fait le serment de « poursuivre sur la voie que vous avez tracée pour réaliser votre rêve et les justes objectifs et aspirations auxquels vous avez consacré votre vie : l’établissement d’un état palestinien indépendant (..) avec Jérusalem comme capitale ». Abbas a par ailleurs loué « la sagesse » du défunt dirigeant « grâce à laquelle nous avons surmonté beaucoup de difficultés ». « Il était à la fois modéré, sage, rusé, ferme et optimiste », a-t-il dit.

Ces déclarations devant les députés palestiniens ont été perçues comme le début de ses six semaines de campagne présidentielle. Mahmoud Abbas a paru adresser un message aux jeunes militants en assurant qu’il ne ferait pas de compromis sur les positions palestiniennes.

Dans le passé, l’exigence du « droit de retour » des réfugiés palestiniens et leurs descendants, soit quatre millions de personnes, a constitué dans le passé l’un des points de blocages du processus de paix israélo-palestinien. Abbas a ainsi repris à son compte une très ancienne revendication qui avait contribué à faire capoter les négociations menées à la fin 2000 à Camp David (USA) et à Taba (Egypte) pour un règlement global du conflit israélo-palestinien.

Nommé à la tête de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) après la mort de Yasser Arafat, Mahmoud Abbas a été désigné lundi comme le candidat du Fatah, le parti au pouvoir, à l’élection de son successeur à la présidence de l’Autorité palestinienne le 9 janvier.

L’ancien Premier ministre, âgé de 69 ans, a été désigné par la direction du Fatah, dominée par ses contemporains. Mais les jeunes membres du Fatah revendiquent une primaire, soutenant l’ancien dirigeant du Fatah Marouan Barghouti, 45 ans, incarcéré en Israël

Cette nomination doit être entérinée jeudi par une autre instance du Fatah, le Conseil révolutionnaire. Mais, à Beyrouth, le nouveau chef du Fatah, Farouk Kaddoumi, a promis mardi de continuer la lutte armée contre Israël « par tous les moyens » jusqu’à une victoire finale.

De son côté, l’actuel premier ministre palestinien Ahmed Qoreï, co-négociateur avec M. Abbas des accords d’Oslo, a affirmé que son gouvernement n’accepterait rien moins qu’un Etat palestinien établi sur la bande de Gaza, la Cisjordanie, avec Jérusalem-Est pour capitale.



Retourner à l'article Mahmoud Abbas - marche arrière, toute - promet de défendre le « droit au retour » des réfugiés palestiniens

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.