Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Abbas : Même si nous échouons en septembre, nous ne reprendrons pas la lutte armée ; Salam Fayyad est le meilleur candidat au poste de Premier ministre

MEMRI Middle East Media Research Institute

Ci-dessous un résumé des points forts de l’entretien :

Salam Fayyad comme prochain Premier ministre

S’agissant du prochain gouvernement provisoire palestinien, Mahmoud Abbas a déclaré qu’il ne servirait que pour une durée de dix à onze mois et aurait pour principales tâches de reconstruire Gaza et de préparer les futures élections. Il a rappelé que ce gouvernement provisoire lui serait subordonné, Abbas étant seul « responsable de la politique de l’Autorité palestinienne et de l’OLP ». « Je suis autorisé à en nommer le chef. Oui, le Premier ministre sera Salam Fayyad », a déclaré Abbas, ajoutant : « Aucun Etat arabe n’a reçu des documents écrits, officiels, de la Banque mondiale et du FMI, attestant de son intégrité, comme ceux reçus par le gouvernement de Salam Fayyad… Je veux un gouvernement qui donne des résultats, pas un gouvernement qui nous conduise au blocus… »

Mahmoud Abbas a également affirmé, au sujet de la réconciliation inter-palestinienne : "J’ai toujours dit que l’Iran empêchait la réconciliation. Franchement, je n’ai jamais entendu dire que les Syriens étaient contre la réconciliation, mais je sais que les Iraniens sont à l’origine des obstacles posés à la réconciliation…

Laissez-moi créer un gouvernement comme bon me semble, afin de désamorcer les prétextes à un nouveau blocus. Parce que, en toute franchise, c’est moi qui ai à rendre des comptes, pas Khaled Mechaal [Hamas]. Si le gouvernement tombe et s’il y a un blocus, c’est moi qui serai responsable, non Mechaal…

L’Autorité palestinienne paie les salaires de 77 000 employés chaque mois, finance son carburant, son eau, son énergie ainsi que les soins médicaux et les systèmes éducatifs, et tout ce que nous devons financer à Gaza. Le Hamas reçoit de l’argent de l’Iran et d’autres sources, et le dépense dans ses propres infrastructures et employés. Il y a toutefois encore de la pauvreté à Gaza."

Mahmoud Abbas a déclaré qu’il fallait reconstruire Gaza, précisant que les fonds alloués à cet effet par la communauté internationale ne pouvaient être utilisés parce qu’il n’était pas possible de les verser au Hamas. En revanche, il serait possible de les verser à un gouvernement temporaire.

Il a rappelé qu’il était président de l’Autorité palestinienne depuis cinq ans, que les prochaines élections se tiendraient en mai 2012 et qu’il ne se présenterait pas.

« Même si nous échouons en septembre, nous ne reprendrons pas la lutte armée »

Evoquant l’initiative de septembre, Mahmoud Abbas a déclaré : "L’appel à l’ONU a été fixé à septembre pour deux raisons : en septembre dernier, Obama a explicitement déclaré : ‘Je veux assister [à la création d’] un Etat palestinien qui soit pleinement membre de l’Assemblée générale [des Nations unies].’ Le Quartette a déclaré que les négociations devaient commencer et se terminer en septembre… Et notre gouvernement, le gouvernement de Salam Fayyad, a promis qu’en septembre, toutes ses institutions seraient prêtes [à fonctionner] comme des institutions d’Etat. Et elles sont aujourd’hui prêtes à 100%...

La [meilleure façon] de parvenir à un Etat n’est pas de faire appel aux Nations unies, mais de négocier… Mais s’il n’y a pas de négociations, il n’y aura d’autre alternative que de faire appel à l’ONU… C’est important, et c’est un appel au monde et à l’Amérique. Si l’Amérique a une autre proposition à faire, qu’elle la fasse… Vous – l’Amérique, l’Europe et Israël – êtes les bienvenus pour présenter toute autre proposition. Dites-moi où a été mon erreur. Vous me punissez pour un crime que je n’ai jamais commis. Vous voulez que je suive la voie qu’Israël veut que je suive, mais je ne peux entamer des négociations sans une source d’autorité et sans le gel des colonies…

Si je fais appel à l’ONU, rencontre [les représentants de] 192 pays et obtiens une résolution de 192 pays, ce ne sera pas une décision unilatérale… Nous sommes allés en Amérique du Sud et avons obtenu la reconnaissance de 10 pays là-bas. Nous avons 116 Etats avec nous et avons besoin d’encore huit Etats pour obtenir les deux tiers de la majorité nécessaire à une reconnaissance des Nations unies. Dix pays occidentaux européens ont élevé le niveau de notre représentation…

Que ferons-nous si nous échouons aux Nations unies ? Je ne sais pas encore, mais nous ne reprendrons pas la lutte armée, parce qu’elle nous a détruits. J’y suis opposé, parce qu’elle détruit le pays. Après avoir faire appel à l’ONU, nous évaluerons les possibilités existantes entre dirigeants palestiniens. J’espère que nous réussirons à l’ONU…« Explicitant sa position non violente, Abbas a dit : »Les soulèvements arabes qui ont débuté voilà quelques mois ont pris la forme d’Intifadas non violentes. Nous ne sommes pas opposés aux Intifadas non violentes. Dans les années 1980 et au début des années 1990, nous avons eu notre propre Intifada non violente qui a donné lieu à la conférence de Madrid et aux Accords d’Oslo. Mais la deuxième Intifada, qui a commencé en 2000 et s’est terminée en 2005, était une Intifada armée qui a provoqué la destruction de notre terre, de ses infrastructures et de son peuple. Elle a tout démoli, et c’est pourquoi j’ai dit que j’étais contre une Intifada armée…

J’ai promis paix et sécurité à la jeunesse palestinienne, et je crois avoir assez bien tenu ma promesse en Cisjordanie. Les Palestiniens sont, là-bas, en parfaite sécurité, et malgré l’occupation, le calme règne. J’ai promis un certain degré de développement économique, et cela a été accompli. La croissance et le développement sont au rendez-vous. J’ai promis l’indépendance ; je n’y suis pas encore arrivé, mais j’espère y parvenir dans les mois à venir. Autrement, c’est moi qui aurai des comptes à rendre…«  »Les questions des frontières et de la sécurité peuvent être résolues en deux jours"

S’agissant des négociations avec Israël et de l’Initiative de paix arabe, il s’est dit prêt à négocier, a estimé que les questions des frontières et des échanges de territoires pouvaient être résolues en deux jours avec de la bonne volonté. Il a estimé que si les problèmes de la sécurité et des frontières étaient résolus, les questions des réfugiés et de l’eau le seraient aussi.

Il a déclaré que sans Jérusalem pour capitale, il n’y aurait pas d’Etat palestinien. Il a estimé que l’Initiative de paix arabe était la plus sage de l’histoire du conflit israélo-arabe. « Ceux qui s’y opposent veulent la guerre », a-t-il assuré.

Le verdict concernant Dahlan viendra du Tribunal

Abbas a évoqué les circonstances du renvoi de Dahlan du comité central du Fatah : « Il a été accusé d’implication dans des assassinats, mais il n’y a pas de preuve… C’est une affaire de justice, et seul le tribunal est habilité à trancher. »

Les Palestiniens ne s’ingéreront pas dans les événements du monde arabe

Evoquant la Syrie, le Jordanie et l’Iran, Abbas a déclaré : « Nous suivons les événements sans ingérence et sans exprimer d’opinion… Les [pays] arabes adorent tous être nos parrains, mais je ne compte pas être le leur… Nous n’avons aucun lien avec l’Iran, mais nous créerons des liens s’ils se retiennent de s’ingérer dans nos affaires. A l’heure actuelle, les Iraniens entretiennent des liens avec le Hamas, le Jihad islamique et d’autres encore, leur octroyant des fonds et des armes pour Gaza. Notre seul lien [avec l’Iran] est notre ambassade… »


(1) Wafa (Autorité palestinienne), 20 juin 2011



Retourner à l'article Abbas : Même si nous échouons en septembre, nous ne reprendrons pas la lutte armée ; Salam Fayyad est le meilleur candidat au poste de Premier ministre

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.