Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Incorrigible UNRWA

par le professeur David Ruzié *

Cette mort est intervenue après celle, que nous évoquions, il y a quelques jours (notre point de vue du 4 octobre dernier).

Mais n’est-il pas indécent de la part de l’UNRWA, dont nous avons déjà relevé, ici même, les litanies (notre point de vue du 27 septembre dernier) de publier un communiqué de presse, dans lequel son Commissaire général, le danois Peter Hansen, déclare que « le droit le plus fondamental d’un enfant, celui à la vie, y est (à Gaza) désormais violé presque tous les jours »

A-t-on jamais entendu cette âme sensible s’exprimer de la même façon, lorsque des enfants israéliens étaient victimes d’un tir de roquette volontaire, comme ce fut le cas, encore, à la veille de Souccot, à Sderot ?

Et, sans aucune vergogne, ce communiqué de presse rappelle que « l’UNRWA a demandé de façon répétée aux instances militaires israéliennes de cesser de tirer sur les écoles », d’autant plus que « cela fait maintenant quatre fois que cela se produit en deux ans, ce qui montre le caractère indiscriminé et dangereux des tactiques militaires de l’armée israélienne dans les zones civiles » (souligné par nous).

A notre connaissance, cette institution des Nations Unies, qui, évaluée selon le rapport « qualité/prix », arriverait bonne dernière de toutes les institutions humanitaires, n’a jamais reproché aux factions terroristes, ayant « pignon sur rue » dans les Territoires, de se mêler à la population civile pour préparer leurs attentats ou pour se cacher (tous les terroristes n’étant pas prêts à se sacrifier), leur forfait accompli.

Une fois encore, les « lamentations » vont vers les parents palestiniens, qui « redoutent de plus en plus d’envoyer leurs enfants à l’école autant en raison des risques encourus au cours du trajet qu’une fois arrivés ».

Car, bien évidemment, les parents israéliens n’éprouvent pas de telles craintes, alors que périodiquement des bus sont délibérément attaqués….

Et il a fallu le massacre de plusieurs centaines d’enfants russes, début septembre, à la suite d’une prise d’otages, pour que certains se souviennent de la tragédie de Maalot, au nord d’Israël, où, il y a 30 ans déjà, une vingtaine d’enfants pris en otages avaient finalement trouvé la mort.

Compte tenu des techniques abjectes utilisées, dans le passé, par les « militants » ou « activistes » palestiniens (pour une fois nous utiliserons la terminologie politiquement correcte) il est inévitable que des bavures risquent de se produire.

Les journalistes qui ont évoqué la mort, également récente, de cette autre adolescente palestinienne, qui s’était vraisemblablement aventurée, pour gagner du temps, dans un périmètre interdit aux civils, aurait très bien pu être une terroriste.

Car, l’expérience a prouvé que (allons « appelons un chat un chat » !) les terroristes palestiniens n’hésitaient pas à se servir d’enfants pour porter des charges explosives.

Et certains journalistes n’ont pas hésité à condamner Israël, avant même que l’enquête ordonnée par l’Etat-major ait abouti.

Y a-t-il beaucoup d’exemples dans le monde où des militaires, soucieux de défendre leur honneur, provoquent l’ouverture, presque immédiate, d’une enquête ?

Mais il est vrai qu’Israël n’intéresse les médias que lorsqu’on peut le critiquer…


David Ruzié est professeur émérite des universités, spécialiste de droit international



Retourner à l'article Incorrigible UNRWA

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.