Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

La France vote contre Israël au Conseil de Sécurité de l’ONU avec 13 autres membres, seuls les États-Unis bloquant une résolution qui aurait fait fi des négociations directes entre les parties...

Hélène Keller-Lind

Un « ami qui vous veut du bien »....et « l’idiotie » de la restitution du Golan prôné par un Nicolas Sarkozy bien mal conseillé par Élisabeth Guigou

La France de Nicolas Sarkozy est, sans nul doute, « amie d’Israël. » Le Président le rappelait à l’envie lors du dîner du CRIF. Mais, le Président ajoutait : « que les vrais amis d’Israël doivent convaincre Israël que la meilleure des sécurités pour elle, c’est l’existence d’un État palestinien moderne et démocratique, en paix et viable....la France dit aux dirigeants d’Israël : « vous devez négocier pour construire la paix ». Il n’y aura pas de sécurité pour Israël sans la paix. Et nous qui sommes des amis solides, inébranlables, nous avons ce devoir de vérité. »

Ce qui veut dire, en creux, que si les négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne sont gelées actuellement, la faute en incombe à Israël puisque cette injonction ne s’adresse pas aux responsables palestiniens...

Le Président poursuivait en rendant de fait Israël, par ce qui serait son obstination, coupable d’être, en quelque sorte, responsable du terrorisme et et de l’extrémisme nous menaçant tous : « J’affirme d’ailleurs que la paix entre les Israéliens et les Palestiniens est un problème pour chacune de nos démocraties, parce que sur ce conflit qui n’en finit pas se nourrit le terreau du terrorisme et de l’extrémisme dont nous souffrons aussi. » Ce qui est droite ligne avec l’opinion du Quai d’Orsay

Certes, il ne prononça pas le mot « colonies » ce soir-là, mais ses lieutenants le font amplement pour lui. Ainsi, récemment, Jean-François Copé, invité par l’UEJF, s’il renvoyait dos à dos Israéliens et Palestiniens dans le gel actuel, n’en ajoutait pas moins que « la colonisation  » n’aidait pas et précisait qu’il partageait-là l’opinion du Chef de l’État Sur les ondes de RCJ Pierre Lellouche disait plus ou moins la même chose le 23 février dans Le Grand Entretien.

Et, dans la foulée, dans son discours, le Président donnait ce très étonnant «  conseil d’ami à Israël » : « Vous le savez je plaide également pour une reprise des discussions entre Israël et la Syrie. Malgré le mur de méfiance accumulée, je suis convaincu que cette paix-là aussi est possible.
Et quelle transformation stratégique pour Israël si une normalisation accompagnait une restitution du Golan ! Elle conduirait à un changement radical de la situation des mouvements qui chaque jour, depuis le Liban ou depuis Gaza, menacent Israël. » On voit que la France qui s’est pourtant totalement plantée sur la Tunisie, par exemple, fait preuve ici d’une naïveté inouïe... : que les Israéliens « restituent le Golan » et le Hezbollah et le Hamas déposeraient les armes....Il faut dire qu’Élisabeth Guigou y est pour quelque chose dans cet aveuglement...En effet, cet ancien ministre socialiste, âme avec son époux de cet étonnant cercle IPEMED , qui plaide pour le boycott illégale en France des produits « des colonies », avait chapeauté un Rapport Parlementaire globalement élogieux sur la dictature syrienne

Ce conseil d’ami était qualifié purement et simplement d’idiotie par un Daniel Pipes quelque peu incrédule, en réponse à une question de Claude Barouch, lors d’une rencontre avec l’UPJF qui le recevait le 14 février dernier. Il faut souligner que l’arabophone Daniel Pipes est l’un des meilleurs experts du monde arabe.

Un conseiller présidentiel qui renvoie Abbas et Netanyahou dos à dos et pense que les jeunes Israéliens ne sont pas entrés dans la modernité...

Il ne faut perdre de vue le fait qu’un responsable politique forge son opinion avec les éléments qui lui sont donnés par les « experts » désignés ou qu’ils ont choisi. Et concernant la situation moyen-orientale on trouve non sans étonnement cette affirmation de l’un d’entre eux : « Depuis plus d’un an que je me rends régulièrement sur le terrain en Israël et en Palestine, j’ai constaté ces changements et les aspirations profondes des jeunes Palestiniens et Israéliens à une amélioration de leur vie quotidienne, et leur désir de rentrer dans la modernité et la normalité. Si ces jeunes sont sceptiques sur la capacité de leurs dirigeants à conclure les accords de paix rapidement, ils veulent des réponses immédiates pour plus de sécurité, des emplois, plus de justice et d’équité, moins de corruption et l’espoir d’un avenir meilleur. Ce sont ces mêmes demandes que l’on retrouve aujourd’hui en Algérie ou au Yémen. »

Ce qui, en clair, signifierait que les Israéliens ne sont pas entrés dans « la modernité... » Cela devrait ravir les universités et instituts de recherche israéliens comme le Technion ou Weizmann, pour ne prendre que deux exemples, et c’est oublier cocassement qu’Israël est l’un des premiers pays au monde en matière de high tech ...Israël qui, selon Globes, «  proportionnellement à sa population, a plus d’ingénieurs et plus d’articles scientifiques publiés que tout autre pays au monde. »

Quant à comparer Israël au Yémen, fichtre, voilà qui est osé...

On lit sous cette même plume : « L’annonce des élections prochaines dans les Territoires palestiniens est une bonne chose et Israël doit faire des gestes maintenant pour renforcer le Fatah et délégitimer le Hamas.  » Quels gestes on ne sait pas, mais on note qu’une représentante officielle pour le processus de paix estime qu’il revient à Israël de régler les différents qui se règlent parfois à coups de fusils, d’embastillement ou de tortures, entre deux factions palestiniennes qui ne parviennent pas à s’entendre en dépit de négociations et de l’intervention de divers parrains arabes... différents qui risquent fort d’empêcher la tenue de telles élections...

Par ailleurs, se démarquant sur ce point de la doxa gouvernementale et du Quai d’Orsay, cette représentante, ajoute « il faut reconnaître que le gouvernement israélien a tout fait pour aider au développement économique en favorisant les importations et les exportations, mais aussi en levant 50 checkpoints en Cisjordanie et en retirant 150 road blocks, des efforts qui ont d’ailleurs été salués par le FMI et le Quartet. » Vérité dite discrètement sur un blog et que l’on n’entend pratiquement jamais.

Le vote scélérat de la France d’une résolution qui aurait encouragé une radicalisation palestinienne et un refus de négocier, a été bloquée par les États-Unis...

Et elle note, deux jours avant le vote scélérat de la France à l’ONU : « Un État ne se décrète pas unilatéralement à l’ONU ou par des résolutions au Conseil de sécurité.  » Certes, mais, de toute évidence sa voix n’est pas entendue puisque, justement, la France a voté pour « Un projet de résolution exigeant d’Israël « qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités d’implantation de colonies dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est »

Projet qui n’a pas été adopté grâce au veto américain mais a été voté par les 14 autres membres du Conseil de sécurité, dont la France. A ce propos il faut noter que, selon le Républicain Daniel Pipes, en matière de politique étrangère, Barak Obama, ne diffère pas beaucoup du Président G.W.Bush.

Certes, cela ne signifie pas que les États-Unis approuveraient ces constructions car « la représentante des États-Unis a assuré que son pays n’était pas en faveur des activités de construction de colonies menées par Israël, lesquelles érodent les espoirs de paix et sapent la confiance entre les parties. » Mais, « elle a estimé cependant que ce projet de résolution risquait d’inciter les parties à ne pas revenir à la table des négociations. Elle a estimé qu’il n’était pas sage que le Conseil de sécurité essaye de régler les questions fondamentales qui divisent les Palestiniens et les Israéliens. »

A noter que Barack Obama avait passé une heure à parler à Mahmoud Abbas la veille du vote, évoquant la situation dans la région mais tentant de le convaincre de renoncer à cette résolution. Si les États-Unis considèrent que ces implantations israéliennes sont «  illégitimes  » elles ne sont cependant pas « illégales » à leurs yeux et si cela « nuit à des perspectives de paix, » il n’en reste pas moins qu’il est impératif qu’il y ait «  des négociations directes entre les deux parties, » comme le redisait Suzanne Rice, l’ambassadeur des États-Unis auprès des Nations unies lors d’une conférence de presse le 18 février

Ce qui est, en effet, au cœur du sujet. Contraindre Israël ou tenter de le faire revient à encourager une Autorité palestinienne qui n’a d’ailleurs pas de véritable légitimité, à refuser toute négociation...Et si cette résolution avait été votée la prochaine étape aurait été pour les Palestiniens de demander qu’un État palestinien soit approuvé « dans les frontières de 1967 » -frontières qui n’en sont pas, faut-il le rappeler...-

D’ailleurs, on lit dans le compte-rendu de l’ONU, que pour le représentant d’Israël, « ce projet de résolution « n’aurait jamais dû être présenté » car, a-t-il dit, il envoie un « mauvais message aux Palestiniens laissant entendre qu’ils peuvent éviter les négociations ». « Le chemin qui conduira à la paix passe par Jérusalem et Ramallah qui ne sont séparés que de deux minutes  », a-t-il ajouté, affirmant que la solution passait par les « seules négociations directes », et appelant les Palestiniens à revenir à la table des négociations. »

Constructions d’une dizaine de logements servant de prétexte au refus palestinien de négocier

Ce qui fut rejeté par l’observateur permanent palestinien qui « a averti » : « Cela doit cesser, faute de quoi nous ferons face à une situation où les campagnes expansionnistes, téméraires et illégales d’Israël compromettront, de manière définitive, les perspectives de paix et de sécurité dans la région. »

Par ailleurs, « le représentant du Liban a noté que depuis l’arrêt de leur gel partiel par les autorités israéliennes en septembre dernier, les implantations de colonies de peuplement avaient doublé. » Ne perdons pas de vue qu’il s’agit-là de quelques dizaines de constructions, tout au plus... Et, alors qu’actuellement des manifestations sont réprimées dans le sang dans divers pays arabes, tels que la Libye, le Yémen ou Bahreïn, , ou qu’elles sont interdites en Algérie, il semble surréaliste et dérisoire de réunir le Conseil de Sécurité pour cette raison...

Les véritables obstacles à la paix et la cécité de nombreux pays occidentaux dont la France ou de qui se moque-t-on...

Autre sujet d’étonnement, voire d’inquiétude : « L’Autorité palestinienne est désormais en mesure de gérer un État pacifique respectant l’état de droit  » a estimé le représentant du Royaume-Uni, également au nom de la France et de l’Allemagne. « Tout retard ne fera que compliquer cette solution », a-t-il poursuivi. Étrange vision idyllique d’une Autorité qui, en réalité, met les apostats en prison et où la condition des femmes n’est guère enviable... L’Autorité aura attendu janvier 2011 pour annoncer un Plan de 9 ans (!) - ce qui sonne une idée de l’ampleur de la tâche – visant à « combattre les violences faites aux femmes dans les Territoires occupés » - en réalité dans les territoires gérés par des Palestiniens -

Inquiétante, en effet, cette approbation sans réserves de l’Autorité palestinienne, qui ne parvient pas à se réconcilier avec une grande partie des Palestiniens, représentés par le Hamas, tout en affirmant que «  l’unité est une condition obligatoire pour établir un État palestinien,  » - contradiction pourtant de taille que ne relèvent pas les amis conseilleurs –. Une Autorité palestinienne qui estime que « il y a un consensus dans le monde entier pour dire que les territoires occupés comprennent la Cisjordanie, la Bande de Gaza, la partie arabe de Jérusalem, la Vallée du Jourdain et le no man’s land. L’occupation doit se retirer entièrement de ces territoires, et le monde entier en est d’accord. » Il parle aussi de «  solution juste pour les réfugiés  »

Or, on sait qu’Israël soucieux avant tout se sa sécurité ne peut quitter la Vallée du Jourdain et laisser entrer armes et terroristes venus de Jordanie ou ayant transité par ce pays et l’a dit clairement encore et encore

Quant à dire que la Bande de Gaza serait occupée par Israël il faut avoir forcé sur le narguilé pour le prétendre ! Il en va de même pour la «  Cisjordanie  » gérée en partie par l’Autorité palestinienne...le reste devant faire l’objet de négociations réclamées par Israël...Et que préconise donc Mahmoud Abbas et son « gouvernement » pour les «  réfugiés  » palestiniens, qui sont de fait les descendants de Palestiniens ayant quitté Israël dans des conditions qui ne sont généralement guère celles d’une expulsion ? Avant de devenir l’ex-négociateur en chef à vie Saëb Erekat réclamait un retour de tous ces « réfugiés » à l’intérieur même d’Israël...
En août 2010 le quotidien officiel du Fatah évoquait ce «  retour  » comme étant une évidence, et ceci n’est qu’un exemple de cette volonté palestinienne de voir le « retour des réfugiés... »

Bref, chaussant des lunettes roses les rendant myopes, tous ces amis d’Israël, ne savent pas très bien de quoi ils parlent, et si Israël les écoutait ou était contraint à le faire, Israël serait mis en danger Et il est fort heureux que les États-Unis ou le Canada restent, eux, de véritables amis, soucieux de la sécurité et la pérennité d’Israël.



Retourner à l'article La France vote contre Israël au Conseil de Sécurité de l’ONU avec 13 autres membres, seuls les États-Unis bloquant une résolution qui aurait fait fi des négociations directes entre les parties...

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.