Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Qui sera otage demain ?

Jean-Paul de Belmont © Primo-Europe

Cependant, une autre question se pose : quelles sont les raisons qui font que cette libération n’est pas immédiate ? Ce qui était hier une question d’heures devient, aujourd’hui, une question de jours. Pourquoi ?

Depuis le début de cette affaire, on se doute bien que des négociations secrètes ont lieu. Par qui ? Avec qui ? Quels sont les enjeux ? Et surtout : quelle est la monnaie d’échange ?

Tout indique qu’un odieux donnant-donnant est la condition requise à l’heureux dénouement de cette capture. Tout indique que la longueur inattendue de ces tractations est la conséquence d’une surenchère. L’enlèvement de deux Français, de maladresse politique semble s’être transformée en une aubaine stratégique.

L’opacité de la chaîne diplomatique qui va de l’Elysée aux nouveaux barbares est des plus inquiétantes. Les images d’un Michel Barnier donnant des conférences de presse, encadré par deux représentants souriants et triomphants de l’UOIF ont de quoi surprendre.

Surprenant également, le calme relatif de la rentrée scolaire, alors que les organisations islamiques avaient fourbi leurs armes pendant tout l’été, promettant actions de force, provocations et bravades à l’encontre de l’administration. Là aussi, la prise d’otages en Irak prend l’allure d’une « divine surprise ».

Le pire n’est jamais sûr, mais ce mois de septembre 2004 pourrait devenir une date-phare pour une poussée islamiste en France, voire en Europe.

Il pourrait être la période-charnière au cours de laquelle on afficherait ostensiblement des preuves par l’absurde, et notamment que :

- La politique pro-arabe de la France est amplement justifiée, garante de ses bonnes relations avec le monde arabe et de la sécurité de ses ressortissants qui y circulent.

  • Les mouvements islamistes qui s’y développent s’inscrivent dans la notion de solidarité nationale et ne peuvent donc plus être qualifiés d’anti-républicains.
  • Que certaines organisations, comme le Hamas, qui ont appelé à la libération des otages français, ne sauraient être catégorisées dans le registre du terrorisme.
  • Enfin, il en résulterait que seuls Israël et les USA seraient les fauteurs de troubles d’une planète qui n’aspire qu’à vivre en paix.

Ces axiomes sont sans doute rappelés à nos négociateurs, le délai de libération rallongé étant là pour s’assurer qu’ils sont bien intégrés par nos diplomates et pour rappeler qu’en cas de non-adhésion à ces postulats, un prochain incident mettant en jeu des otages français pourrait se dénouer de façon bien plus dramatique.

En faisant libérer nos compatriotes à de telles conditions, il est à craindre que, désormais, la France ait accepté de se brader pour pas bien cher et qu’elle ait accepté d’être l’otage éternelle de la poussée islamiste du monde arabo-musulman.

Et là, aucun émissaire ne viendra la délivrer.



Retourner à l'article Qui sera otage demain ?

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.