Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Candidat à la présidence de l’UNESCO, Farouk Hosni poursuit la censure en Egypte

Traduction et synthèse de Randa Al-Fayçal « MediArabe.info »

Le quotidien libanais « Al-Akhbar » s’insurge, dans son édition du 17 septembre, contre « les pratiques égyptiennes et contre la censure qui s’opère en toute discrétion, grâce à des ordres donnés oralement » (pour ne pas laisser de traces). Le quotidien affirme que la Maison d’édition des « Palais de la Culture » (« هيئة قصور الثقافة ») qui dépend du ministère de la Culture, a ordonné le maintien de trois volumes regroupant les œuvres de Ounsi Al-Hage dans les entrepôts du ministère, et de ne pas les mettre à la disposition du public. Il leur est reproché de porter atteinte aux « valeurs divines ».

Ce retrait du marché, deux années après l’impression des ouvrages (5.000 exemplaires), a été découvert fortuitement par le poète égyptien Abdel-Moneim Ramadane, alors qu’il cherchait à acquérir la collection. Le quotidien « Al-Akhbar » affirme que cette censure avait été prise par l’ancien directeur de la Maison d’édition, Ahmed Nour, après les protestations du poète égyptien Mahmoud Al-Azhari, qui reprochait à Ounsi Al-Hage de manquer de respect aux valeurs religieuses. Interrogé à ce sujet, Al-Azhari dément avoir protesté. Bien au contraire, il rappelle avoir publié une tribune dans la presse pour dénoncer la censure, étant lui-même victime de cette pratique.

Ces révélations tombent au pire moment pour Farouk Hosni, et risquent de peser lourd sur sa candidature à l’UNESCO. Déjà éclaboussé, indirectement, par la corruption de ses proches (comme notamment son ancien bras droit Ayman Abdel-Moneim), et accusé d’antisémitisme (pour avoir voulu brûler les livres israéliens qui se retrouveraient dans les bibliothèques égyptiennes - il s’en est excusé par la suite), la censure institutionnalisée sous son règne en Egypte serait l’obstacle majeur devant son élection à la tête de l’Organisation des Nations Unis pour l’Education, la Science et la Culture, l’UNESCO. En effet, si l’antisémitisme attribué à Hosni peut s’expliquer par son engagement politique national (l’Egypte retarde la normalisation complète avec Israël, y compris culturelle, 30 ans après la signature des accords de paix de Camp David, au nom de la cause palestinienne), la corruption et la censure sont difficiles à digérer par les électeurs qui doivent choisir, ce 17 septembre, entre Farouk Hosni et Benita Ferrero-Waldner, sa principale concurrente. De ce fait, de plus en plus de pays revoient leur soutien à la candidature de Hosni, et son élection, donnée pour acquise il y a encore quelques mois, semble désormais relever du miracle.

Reste à signaler que le quotidien « Al-Akhbar », organe du Hezbollah, multiplie depuis plusieurs mois les révélations concernant les dossiers compromettants pour Hosni. Le journal chercherait ainsi à mettre en échec la candidature du ministre égyptien à l’UNESCO. Il s’agit là d’un nouveau terrain de confrontation entre l’Iran et l’Egypte par Hezbollah interposé, et d’un moyen d’accentuer les pressions sur le Caire, à l’approche du procès des cellules du Hezbollah démantelées dans le pays.



Retourner à l'article Candidat à la présidence de l’UNESCO, Farouk Hosni poursuit la censure en Egypte

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.