Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Une journaliste saoudienne fustige un nouveau crime d’honneur, « régression du Royaume vers l’époque pré-islamique »

MEMRI Middle East Media Research Institute

Dans le quotidien saoudien Al-Watan, la chroniqueuse progressiste saoudienne Al-Maliha Shahhab estime que la société saoudienne régresse et que les crimes d’honneur sont à mettre au même plan que la coutume d’enterrer les filles vivantes qui prévalait à l’époque de la Jahiliyya [2] – coutume que l’islam est venu éradiquer, rappelle-t-elle.

Ci-dessous une traduction de son article intitulé : « [La coutume] d’enterrer les filles vivantes n’est pas morte » : [3]

« Au début du mois dernier, une catastrophe a choqué [notre] société. La publication de la nouvelle dans les journaux a suscité un déluge [de réactions] de diverses plumes. Quant à moi, je n’ai pas seulement été choquée ; je n’arrivais pas à comprendre. Il m’a fallu du temps pour saisir ce qui était arrivé. »Deux jeunes filles au printemps de leurs vies, âgées de 15 et 16 ans ..., ont été soupçonnées [de traîner avec des garçons]« Deux jeunes filles au printemps de leurs vies, âgées de 15 et 16 ans ..., pas encore sortie du cocon de l’innocence, ont été soupçonnées [de traîner avec des garçons] et ont été appréhendées [par la police religieuse]. Les fonctionnaires qui les ont arrêtées font partie de notre société, et savaient mieux que quiconque comment une famille réagit en apprenant qu’une de ses filles est impliquée dans un tel incident, et aussi ce que la famille et la société réservent à une fille qui a été arrêtée. Mais ces [fonctionnaires] n’ont pas eu pitié de ces filles, [malgré] leur ingénuité, et ont téléphoné à leur père. »

J’imagine Rim et Nouf attendant leur père, leur jeune cœur plein de joie à l’idée d’être sauvées, malgré la peur qui les envahit ... Une fois que leur père les a récupérées ... elles n’ont pas le temps de faire le premier pas ... qu’elles sont accueillies par les tirs de la mort, les enterrant vivantes. Quelle fut la prière de leur âme en cet instant ? Un frère a assassiné ses deux sœurs !

« Qui a inculqué à ce jeune homme l’idée de purger l’honneur [de la famille] ? _ Qui l’a programmé à devenir une bombe à retardement ? »

Qui a inculqué à ce jeune homme l’idée de purger l’honneur [de la famille] ? _ Qui l’a programmé à devenir une bombe à retardement réglée pour exploser à un moment précis - sans l’équiper de la clairvoyance qui lui aurait permis de se contrôler ?
Qui est responsable de ce crime, de cet [acte] insensé qui revient à les enterrer vivantes, de ce mépris pour la vie et le destin des autres ?

Nous devons répondre à ces pénibles questions, afin que soit mis fin à l’effrayante régression d’une société qui se considère comme partie prenante de la civilisation ... Il serait bon que nous nous préparions à prendre part au développement de l’humanité par toutes les valeurs dont nous nous vantons auprès des nations.

« Nous régressions vers [l’ère de] la Jahiliyya en adoptant ses concepts - des concepts que l’islam est venu bannir »

Nous pensions appartenir [à la civilisation] – mais avons tout à coup découvert que non contents d’en être exclus,... nous régressions vers [l’ère de] la Jahiliyya en adoptant ses concepts - des concepts que l’islam est venu bannir."


[1] ’Okaz (Arabie Saoudite), le 7 août 2009.

[2] L’ère pré-islamique, ou l’ère de l’ignorance, dans la péninsule Arabique.

[3] Al-Watan, Arabie saoudite, le 7 août 2009.



Retourner à l'article Une journaliste saoudienne fustige un nouveau crime d’honneur, « régression du Royaume vers l’époque pré-islamique »

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.