Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Soumettez vos réactions

Affaire al-Dura : Karsenty relaxé

CRIF Conseil Représentatif des Institutions Juives de France

Il affirmait que le journaliste avait diffusé « un faux reportage » dans lequel on aperçoit « une série de scènes jouées ». Philippe Karsenty en concluait que le reportage sur la mort du petit Mohammed était « une pure fiction » et une « imposture médiatique ».

En première instance, en octobre 2006, Philippe Karsenty avait été condamné à 1.000 euros d’amende. Lors de l’audience, le parquet général avait demandé la confirmation de cette peine en estimant qu’il n’y avait pas eu « d’enquête sérieuse » du directeur de Media Rating. La cour en a donc décidé autrement.

« La cour a estimé que M. Karsenty avait exercé sa libre critique face à un pouvoir, celui de la presse », a déclaré son avocat, Me Patrick Maisonneuve, ajoutant que la cour avait « retenu la bonne foi » de son client.

Interrogé pour la newsletter du CRIF, Philippe Karsenty a fait part de sa grande satisfaction : « Il s’agit de la victoire de la vérité face au mensonge mais aussi la victoire de la liberté de penser et de la remise en question des dérives qui sont survenues au cours de certains reportages »

Les images de France-2 diffusées le 30 septembre 2000 dans le journal de 20h avaient fait le tour du monde. On y voyait le jeune Mohammed al-Dura mourir dans les bras de son père lors d’un échange de tirs entre Israéliens et Palestiniens. Selon les commentaires de Charles Enderlin, les tirs étaient israéliens.

Le garçon est vite devenu un martyr dans le monde arabe et plusieurs attentats anti-israéliens et anti-juifs ont été commis en son nom. De nombreuses voix se sont cependant élevées pour dénoncer le reportage. « La mise en scène de la mort du petit Al-Dura est une insulte à l’intelligence. Il suffit de quelques minutes d’analyse à n’importe quelle personne pour se rendre compte qu’il s’agit d’un montage. France 2 a voulu nous faire croire qu’un enfant mort pouvait lever le bras et le pied.

Même si on est en Terre sainte, ce genre de chose ne peut arriver », ironise Philippe Karsenty. Il rend hommage à toutes les personnes dans le monde qui lui ont apporté information et soutien pour arriver à ce résultat : « C’est un travail d’équipe. »
Le directeur de l’agence Media Rating est « extrêmement reconnaissant du soutien de Richard Prasquier ». « J’espère que cette victoire d’étape se transformera en victoire totale de la vérité », ajoute t-il.

Egalement interrogé, Richard Prasquier rappelle qu’il n’a qu’ « un seul objectif : aider à l’émergence de la vérité ». « Je pense que nous sommes à un moment où une commission d’enquête indépendante est indispensable pour faire le clair sur les faits eux-mêmes. La cour d’appel a statué que le travail qu’a fait Philippe Karsenty était un travail sérieux et que le terme de diffamation à son égard n’était pas approprié », explique le président du CRIF qui estime que « France 2 s’honorerait en ne s’opposant pas à la manifestation de la vérité ».



Retourner à l'article Affaire al-Dura : Karsenty relaxé

Vous allez pouvoir personnellement participer à l’enrichissement éditorial de en nous faisant parvenir vos articles, réactions et commentaires pour nous les soumettre vous pouvez, utiliser votre logiciel de messagerie habituel en cliquant ici

Vos textes seront publiés dans la mesure du possible dans la rubrique « courrier des lecteurs de  ».

Pour la publication, votre anonymat peut être respecté et votre courrier selon votre demande sera « anonyme » ou ne sera signé que de vos initiales ou de votre nom de plume ou d’un pseudonyme . Vous pouvez aussi nous préciser pour publication en plus de votre identité, vos titres, adresses et email.

Nous respectons votre vie privée et vos coordonnées personnelles ne seront en aucun cas diffusées sans votre accord préalable.

desinfos.com ne conserve aucune donnée personnelle sur le site.