Les Etats-Unis et Israël ont discuté de la Barrière de Sécurité anti-terroriste

Glenn Kessler - « Washington Post »

lundi 26 janvier 2004

Dans un interview avec des journalistes du « Washington Post » le chef de Cabinet du Premier Ministre Israélien Ariel Sharon,Dov Weisglass, après avoir rencontré le conseiller de sécurité nationale, Condoleezza Rice à la Maison Blanche, l’officiel Israélien jeudi a fait le point sur les mesures unilatérales pour séparer les Israéliens et les Palestiniens.


« Nous ne tolérerons pas la situation présente pendant plus de deux mois, » a-t-il dit, indiquant que de telles mesures seraient prises avant l’élection présidentielle américaine.

Les officiels Israéliens ont dit que la réunion entre Condoleezza Rice et Dov Weisglass se sont concentrés particulièrement sur la barrière de sécurité. « L’approche américaine est que les Etats-Unis ne poseront pas de réclamations à Israël quant à l’itinéraire tant que les Palestiniens ne prendront pas des mesures même minimales ou des actions contre le terrorisme, » a dit l’officiel Israélien.

La feuille de route, a-t-il dit, est « juste une feuille » pour la mise en oeuvre de la vision présidentielle. « Nous aimons la vision présidentielle, » a-t-il dit, parce qu’il « a précisé qu’à moins que les Palestiniens ne se transforment en une société respectueuse de la loi, civilisée, il n’y aura aucune négociation politique avec eux. »

« Ce principe, cette phase, est que vous, Messieurs les Palestiniens, obéirez aux règles qui sont bien acceptées par les autres membres de la communauté des nations civilisées et ensuite on pourra vous permettre de discuter de la politique, » a-t-il dit. « Cet ordre nous ne l’abandonnerons pas et apparemment, les Etats-Unis non plus. » « Malheureusement, socialement et politiquement il n’y a aucune nation palestinienne, » a dit l’officiel. « Vous devez comprendre que la société politique palestinienne est aujourd’hui une collection de plus de cent entités indépendantes, » chacune avec son propre chef et une milice locale. « Quand au Premier ministre palestinien, il est confirmé, mais pratiquement cela ne signifie rien. »


La revue des infos

Mots-clés

Accueil