Les organisations terroristes se disputent la responsabilité de l’attentat de Dimona

© Jerusalem Post édition française

mardi 5 février 2008

La branche militaire du Fatah - les Brigades des martyrs al-Aqsa -a revendiqué l’attentat-suicide de Dimona perpétré lundi 4 février. Elles ont ajouté qu’il venait en réponse à « l’agression » israélienne contre les Palestiniens de la bande de Gaza. Le groupe a identifié les terroristes à l’origine de l’attentat comme étant Moussa Arafat du village Abasan près de Khan Younès et Louai al-Aghwani de la ville de Gaza.


Des sources à Gaza ont confié qu’Arafat était connu pour être un membre du Front populaire de libération de la Palestine. Il aurait visité l’Egypte plusieurs fois depuis l’ouverture de la frontière de Rafiah. Al-Aghwani était un membre des Brigades des martyrs d’al-Aqsa, d’après les mêmes sources.

Malgré la déclaration, les officiels de l’Autorité palestinienne à Ramallah ont nié que le Fatah était derrière l’attentat. Ils ont indiqué qu’ils n’excluaient pas la possibilité que les terroristes appartenaient au Hamas ou ou Djihad islamique.

Plus tôt, une autre branche des Brigades des martyrs d’al-Aqsa a identifié les terroristes comme étant Raji Hassan Kilani et Ayman Ramzi Hadadin, tous les deux de Cisjordanie. Des portes-parole du mouvement ont également donné des versions différentes expliquant la manière dont les terroristes avaient atteint Dimona.
Certains ont déclaré qu’ils avaient infiltré Israël en passant par le Sinaï après avoir traversé la frontière ouverte de Rafiah. D’autres ont affirmé qu’ils étaient venus de Cisjordanie.

A Ramallah, le ministre de l’Information de l’Autorité palestinienne Riad al-Malki a déclaré que son gouvernement n’était pas responsable de l’attaque, les terroristes étant venus de la bande de Gaza et non de Cisjordanie. Il a indiqué que l’attentat n’affecterait pas la poursuite des pourparlers avec Israël puisqu’il n’avait pas été organisé en Cisjordanie. Malki a rejeté comme mensongères les déclarations affirmant que les terroristes venaient de Cisjordanie.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil