Réquilibrage inespéré à l’ONU ?

Publié par Hélène Keller-Lind | Résiliencetv

lundi 28 janvier 2008

Voir en ligne : Lire aussi l’article sur : http://www.resiliencetv.fr/

Une grande première : le Conseil de Sécurité des l’ONU adopterait enfin une attitude plus équilibrée envers Israël ! Tandis que les Egyptiens tentent en vain de refermer la frontière entre eux et la Bande de Gaza alors que le Hamas continue à démolir celle-ci en divers endroits, le Conseil de Sécurité de l’ONU est sur le point de voter un texte mentionnant et condamnant les tirs de roquette - plus de 4200 à ce jour- et autres agressions contre les civils israéliens (niées évidemment par l’extrême gauche). Effaçant en quelque sorte la résolution du pseudo Conseil des Droits de l’Homme proposée et votée par des pays tels que Syrie, Libye, Iran ou Cuba.


Des forces de sécurité égyptienne sont désormais la cible d’agressions de Palestiniens de Gaza qui n’entendent pas rentrer chez eux et respecter la frontière comme le veut désormais l’Egypte. Et le Hamas - branche des Frères musulmans, il ne faut pas l’oublier - détruit ici et là d’autres pans de murs entre le Bande de Gaza et son voisin. Laissant bien entendu passer dans la foule des terroristes. Ce qui inquiète fortement Israël qui redoute des attaques futures venant du Sinaï.

Les Gazaouis qui font le voyage en Egypte par milliers continuent, certes à améliorer leur ordinaire sans doute peu abondant à prix plus avantageux, mais surtout à fournir le commerce interne de la Bande de Gaza, non pas de biens de première nécessité dont ils n’ont jamais manqué, contrairement à ce que continue à affirmer une grande partie des médias. Sans enquête véritable ni recoupements. Ce que tout observateur honnête peut d’ailleurs constater, car aucun des Palestiniens que nous montrent les photo- reportages n’est souffreteux ni ne montre de signes de malnutrition....

Israël a d’ailleurs dit et répété qu’en dépit de restrictions imposées, il était hors de question d’affamer cette population ou de la laisser sans médicaments. Réduction du flux, oui, blocus total, non. Jusqu’à ce que la pluie de roquettes sur les civils israéliens - plus de 4200 à ce jour- du Neguev cesse. Procédé non letal et préférable à des bombardements à la Dresde...Or, le Hamas continue à mener la guerre contre la population israélienne, sans que beaucoup s’en indignent et condamnent. Un deux pois, deux mesures flagrant.

On s’étonne d’ailleurs au passage que ces Palestiniens de Gaza que l’on décrit le plus souvent en Occident comme plus pauvres que pauvres trouvent néanmoins les moyens d’acheter tant de marchandises, dont des milliers de cigarettes destinées à la revente....

Le Conseil des droits de l’Homme soi-disant créé pour que cesse l’unilatéralisme onusien en remplaçant la Commission du même nom, continue pourtant à produire des votes automatiques aussi infondés que scélérats, prenant Israël pour cible préférée. On en voit un exemple ici, avec le vocabulaire totalement outrancier utilisé par des représentants de pays qui foulent aux pieds les droits de leur propre population et continuent à accuser Israël de tous les maux sans évoquer un instant les raisons des actions israéliennes...On y entend les termes « crimes de guerre, » « massacres » « nettoyage ethnique » qui, de ce fait deviennent totalement dévalorisés.

Grande première : le Conseil de Sécurité en passe de se rééquilibrer

Or, pendant ce temps le Conseil de Sécurité discute d’une résolution à voter sur la question de Gaza. Les 15 membres, dont les etats-Unis, la France et d’autres pays européens ont du, dans un premier temps, se prononcer quant à un projet de résolution libyen. Texte totalement unilatéral, bien entendu, semblable à la résolution du Conseil des Droits de l’Homme. Mais il semble que la Libye soit le seul membre du Conseil de Sécurité à ne pas vouloir démordre de sa mauvaise foi et à ne vouloir juger de faits grossièrement exagérés et déformés au-delà du vraisemblable, sans même en évoquer les causes.

Mais, à la différence de ce qui s’est pratiqué jusqu’ici, cette fois l’organisme international devrait voter un autre projet de texte, américain cette fois, appelant à ce que cessent ces agressions qui font vivre des populations du Negev dans la terreur, ainsi que tout acte terroriste contre Israël. Ne condamnant pas Israël pour les mesures prises pour tenter de faire cesser ce terrorisme au quotidien, mais enjoignant l’Etat hébreu de prendre toute mesure nécessaire pour que la population gazaouie ne vive pas dans la souffrance.

Une telle résolution est d’un tel bon sens et d’un tel équilibre que l’on comprend mal qu’il ait fallu attendre des années pour que la justice prévale enfin.


Les textes

Mots-clés

Accueil