Affaire Rochot : Chabot présente ses excuses à Prasquier

CRIF

mardi 15 janvier 2008

Arlette Chabot a écrit à Richard Prasquier pour lui présenter ses excuses à la suite du commentaire de Philippe Rochot, qui avait qualifié de « dérapage » les paroles de George Bush, sur le caractère juif de l’Etat d’Israël. Dans un courrier adressé le 11 janvier au président du CRIF, la directrice générale adjointe chargée de l’information, écrit :


« J’ai pris connaissance du communiqué émanant du CRIF concernant le commentaire du voyage du président Bush en Israël diffusé dans le journal de 20 heures du mercredi 9 janvier. Vous retenez la formule du journaliste qualifiant « de dérapage de langage » la phrase du président américain parlant de la « sécurité d’Israël en tant qu’Etat Juif ». La formulation journalistique aurait dû être différente de manière à ce qu’il soit clairement établi que cette critique avait été exprimée par des responsables palestiniens.

Notre journaliste Philippe Rochot est un journaliste très expérimenté. Ce jour-là exceptionnellement il a été maladroit mais en aucun cas il n’a voulu être malhonnête. Pour éviter tout malentendu je vous présente nos excuses, vos remarques ayant été comprises et acceptées. »

Cette lettre faisait suite au communiqué du CRIF publié ce même jour sous le titre « Israël est l’Etat juif ».

Le CRIF déplorait « que le journaliste de France 2, Philippe Rochot ait « dérapé » lui-même très gravement en qualifiant de dérapage les paroles du Président George W Bush sur le caractère juif de l’Etat d’Israël, le 9 janvier dernier dans le cadre du journal télévisé de 20 heures. »

Le communiqué se poursuivait comme suit :

« Le CRIF rappelle que la notion d’Etat juif était incluse dans le vote des Nations Unies du 29 novembre 1947 qui a conduit à la création de l’Etat d’Israël. La solution d’un Etat juif aux côtés d’un Etat palestinien est la seule base sur laquelle des négociations peuvent être engagées. Bien entendu, le caractère juif de cet Etat n’empêche pas, comme c’est le cas, les arabes israéliens d’exercer leur droit de pleine citoyenneté.

En faisant valoir son propre point de vue militant pour délégitimer les déclarations parfaitement normales du président des Etats-Unis, le journaliste Philippe Rochot a failli à l’éthique de son métier. Ses propos, qui vont à l’encontre des prises de position de l’ensemble de la classe politique française, engagent la chaîne nationale France 2. Le CRIF attend des dirigeants de France 2 une réaction sans équivoque à ces déclarations d’une extrême gravité. »


Lire aussi :

Apprenez qu’il s’est passé quelque chose d’écœurant sur la deuxième chaîne télévisée d’État, le mercredi 9 janvier, aux alentours de 20 heures.
Le contexte était celui de la visite de George Bush en Israël et dans l’Autorité Palestinienne ...

Pour mémoire. On notera que nous avons mis en couleur rouge l’expression « Etat juif », dont se scandalisent, depuis peu, et les Palestiniens, et leurs partisans dans le monde, sans parler d’un certain journaliste de France 2, du nom de Philippe Rochot, qui parle de « dérapage » quand, dans une allocution prononcée à Jérusalem, le président des Etats-Unis emploie cette dénomination, qui figure pourtant une vingtaine de fois dans la résolution dont le texte suit.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil