La Guerre d’Oslo : un Conte sur l’Aveuglement

Docteur Joseph Lerner, Codirecteur IMRA

mercredi 14 janvier 2004

Peres : « nous fermons les yeux. Nous ne critiquons pas, parce que, pour la paix, nous devons produire un partenaire . »


La guerre palestinienne terroriste en cours est une conséquence directe et inévitable des accords d’Oslo de 1993 - « la plus mauvaise bévue dans l’histoire d’Israël ». Ainsi conclut le Professeur Efraim Karsh, le chef du Programme d’Études Méditerranéennes au King’s College London, une étude spéciale du Centre BESA juste publiée pour marquer le dixième anniversaire des accords d’Oslo, titré « la Guerre d’Oslo : un Conte sur l’Aveuglement ».

Karsh raconte les détails douloureux de la folie des architectes d’Oslo. « Juste plus d’une décennie après la destruction de l’infrastructure militaire de l’OLP au Liban, le gouvernement de Rabin-Peres a demandé à l’organisation palestinienne, qui était toujours formellement engagée à la destruction d’Israël en vertu de sa chartre, d’établir une présence politique et militaire résolue directement à son seuil. Et non seulement cela, il a été prévu d’armer des milliers de terroristes (avec le bon espoir d’être mis à la retraite) qui seraient incorporés dans la police et les forces de sécurité nouvellement établies chargées d’affirmer l’autorité de l’OLP partout dans les territoires », écrit Karsh.

Aux dires du dirigeant de l’OLP en vue Faisal Husseini, Israël présentait volontairement dans son milieu « un Cheval Troyen » conçu pour promouvoir le but stratégique de l’OLP « de la Palestine de la rivière [de la Jordanie] à la mer [de la Méditerranée] » - c’est-à-dire une Palestine en place d’Israël. Lire la dernière interview de Fayçal Al-Husseiny à la veille de sa mort

Karsh écrit que dès le moment de l’arrivée d’Arafat dans la Bande de Gaza en juillet 1994, le chef d’OLP a l’intention de créer une vaste infrastructure terroriste en violation flagrante des accords d’Oslo. Il a systématiquement échoué à désarmer les groupes terroristes du Hamas et du Jihad Islamique comme cela était exigé selon les accords d’Oslo et a tacitement approuvé le meurtre de centaines d’Israéliens commis par ces groupes ; de créer ces accords a permis à une beaucoup plus grande armée palestinienne (une prétendue police) de reconstruire le vieil appareil terroriste de l’OLP, principalement sous les auspices des Tanzim, le bras militaire du Fatah et d’acquérir des armes interdites frénétiquement acquises à l’aide des grandes sommes d’argent fait don à l’Autorité Palestinienne par la communauté internationale pour le bénéfice de la population palestinienne civile.

Finalement, Arafat a recouru à une violence massive complète : d’abord, en septembre 1996 pour avoir publiquement discréditer le Premier Ministre israélien nouvellement élu Benjamin Netanyahu ; et ensuite en septembre 2000 avec le lancement de sa guerre terroriste - peu de temps après l’offre du successeur de Netanyahu, Ehud Barak, la création d’un état palestinien indépendant à 92 pour cent de la Rive Occidentale et 100 pour cent de la Bande de Gaza, avec Jérusalem Est comme son capital(capitale).

Selon Karsh, ce qui a permis Arafat de poursuivre ses préparatifs de guerre, impunément, a été une combinaison de la sympathie internationale à sa cause et l’aveuglement israélien. « En effet, avec l’avantage de la sagesse rétrospective, la mesure de la confiance israélienne en Oslo n’apparaît rien d’autre qu’époustouflant. Il n’y avait aucun objectif suprême pour l’équipe de négociation, aucune feuille de route à suivre. Il n’y avait aucune discussion sérieuse sur la direction du processus entier, même pas la conscience parmi les négociateurs et leurs supérieurs d’une vision de paix ».

Karsh cite le Parrain d’Oslo Shimon Peres qui dit : « je pense que ce qui est vraiment important pour un processus de paix est la création d’unpartenaire, plus qu’un plan. Parce que les plans ne créent pas de partenaires, mais si vous avez un partenaire alors vous négociez un plan ». Mais si le partenaire ne joue pas le rôle qu’il lui est attribué ? Peres : « nous fermons les yeux. Nous ne critiquons pas, parce que, pour la paix, nous devons produire un partenaire . »


Les textes

Mots-clés

Accueil