Les forces de sécurité Israéliennes placées en état d’alerte

Le flash info du Jerusalem Post édition française

lundi 26 novembre 2007

De crainte que les organisations terroristes ne tentent de commettre un attentat visant à torpiller les pourparlers de paix d’Annapolis, l’establishment de la défense dans son ensemble a été placé en état d’alerte dimanche 25 novembre.


Des responsables sécuritaires ont précisé qu’il y avait actuellement 10 alertes sur les intentions de terroristes palestiniens de commettre une attaque dans les jours à venir.

A la frontière septentrionale, Tsahal a également été placée en état d’alerte de crainte que le Hezbollah ne lance une attaque.

Au sud, les forces de Tsahal multiplient leurs opérations de prévention le long de la barrière de sécurité entourant la bande de Gaza, afin d’empêcher le Hamas et le Djihad islamique palestinien de commettre un attentat en territoire israélien. La semaine dernière, le commandement de la région sud a d’ailleurs multiplié ses opérations de localisation des tunnels creusés le long de l’ouvrage, et notamment près des terminaux d’Erez et de Karni.

« Il ne fait aucun doute qu’un attentat terroriste cette semaine aurait des conséquences sur les pourparlers », a déclaré un responsable sécuritaire. « Pour cette raison, tout le monde - la police, Tsahal et le Shin Bet [les services de sécurité intérieure] sont en état d’alerte. »

Selon la police, les villes à risques sont Jérusalem, les localités mixes arabo-juives, Sdérot et Ashkélon.

Dimanche soir, la police de Jérusalem a levé l’état d’alerte rouge qui touchait la capitale depuis l’heure du déjeuner. Toute l’après-midi, les forces de police ont fouillé des véhicules aux différentes entrées de la ville et à Jérusalem Est, provoquant des embouteillages monstres.

Les services de secours avaient eux aussi été placés en état d’alerte.

On ignore dans l’immédiat si des terroristes ont été ou non appréhendés.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil