La cour de Paris visionne les rushs des tirs sur Mohammed al-Durah

Jerusalem Post édition française

jeudi 15 novembre 2007

Plus de sept ans après les événements fatals qui ont conduit à la mort apparente de Mohammed al-Durah, 12 ans, au carrefour de Netzavim, le Palais de Justice de Paris a visionné les rushs de l’incident mercredi 14 novembre. Parmi les personnes présentes à la Cour, Charles Enderlin, le correspondant en Israël de France 2, dont le rapport original du 30 septembre avait blâmé Israël pour le meurtre du garçon, et Philippe Karsenty, directeur du groupe de surveillance des médias Media Rating, l’homme qui soutient que la couverture de l’incident de France 2 était une mystification, est au coeur de la bataille légale en cours.


Aucun média français n’a semblé être présent parmi l’auditoire d’environ 60 personnes. Certains n’ont pas pu entrer dans la pièce de visionnage. Les rushs fournis par France 2 ont été visionnés entre 14 h 15 et 16 h. Enderlin commentait les images.

Vers la fin, les rushs montrent al-Dura mettre subrepticement sa main devant son front pour regarder ce qui se passe autour de lui et bouger la jambe. On entend également son père crier : « Mohammed est mort ! Mohammed est mort ! »

A la sortie de l’audience, Charles Enderlin a affirmé : « Nous avons présenté les rushs intégrales. Au tribunal. La cassette qui se trouvait dans un coffre-fort jusqu’à maintenant. Nous avons montré un DVD qui a été fait sous contrôle d’huissier à partir de la cassette d’origine qui était dans un coffre, et non pas à partir des différentes copies qui traînaient à droite et à gauche. »

La diffusion de France 2 du 30 septembre présentait 55 secondes d’une pellicule du carrefour Netzarim. Enderlin n’était pas présent au carrefour mais il commentait l’extrait selon l’information donnée par le caméraman Talal Abou Rahma. Il expliquait que l’extrait montrait un père et son fils pris dans un échange de feux et que le garçon avait été tué par des balles provenant d’un poste de Tsahal au carrefour de Netzavim. France 2 avait offert la vidéo à d’autres chaînes de télévision.

L’audience de mercredi suit une demande de la cour d’appel française de septembre demandant à France 2 de montrer les rushs vidéo des événements.

Après l’incident, al-Durah est devenu une icône pour la souffrance des Palestiniens face à la « brutalité israélienne ». En outre, Tsahal, qui avait initialement demandé pardon pour la mort du garçon, a conclu, après une investigation, qu’il n’avait pas été tué par des balles israéliennes.

Quand Karsenty a avancé que la vidéo de France 2 était un faux, il avait été poursuivi en justice et jugé coupable de calomnie. Son appel a suivi la poursuite en justice en cours.

Il y a deux mois, le vice-commandant du bureau des porte-parole de Tsahal, le colonel Shlomi Am-Shalom, a écrit à France 2 pour lui réclamer les rushs bruts. Am-Shalom a déclaré que Tsahal avait rejeté la version selon laquelle al-Durah avait été tué par des balles israéliennes.

La prochaine audience aura lieu le 27 février.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil