L’antisémitisme de Téhéran même devant des morts

Olivier Rafowicz | infolive.tv

dimanche 23 septembre 2007

L’ambassadeur iranien en Thaïlande Mohsen Paka Ayeen a fortement réfuté samedi 22 septembre les dernières nouvelles de l’agence Associated Press selon lesquelles il y aurait eu une coopération entre les délégations iranienne et israélienne dans l’identification de victimes iraniennes lors du crash de l’avion MD82 à Phuket la semaine dernière.


Israël avait envoyé plusieurs délégations d’experts et de spécialistes par l’identification des 9 victimes du crash. Israël a une expertise au niveau mondial dans le domaine de l’identification des corps calcinés dûe à la situation de menaces terroristes et de conflits permanents.

Certaines sources parmi les sauveteurs et les équipes de secours avaient parlé de collaboration entre toutes les équipes pour l’identification des victimes parfois calcinées et difficilement identifiables, à ce sujet donc l’Iran par la voix de son ambassadeurs a réfuté ou nié toute collaboration avec « le régime sioniste » pour identifier les victimes iraniennes.

De telles déclarations, pour un événement civil et dramatique à la fois relève de l’hystérie antisémite et de la stupidité humaine les deux réunis montrent qu’il y a véritablement un danger dans cette idéologie islamiste provenant de Téhéran qui même devant ses propres morts tient un langage absurde et fondamentalement antisémite.

Ce même samedi, des missiles de longue portée d’un type nouveau ont participé au défilé en Iran marquant l’anniversaire de la guerre Iran-Irak. Les propos de l’ambassadeur iranien à Bangkok sont tout aussi graves car ils nous rappellent une seule époque celle du nazisme et de l’antisémitisme le plus abject.


Les textes

Mots-clés

Accueil