Israël dément tout projet d’extension des implantations du Golan

samedi 3 janvier 2004

Le vice-Premier ministre israélien Ehud Olmert a assuré vendredi que son gouvernement n’avait approuvé aucun projet de développement des implantations juives situées sur le plateau du Golan, démentant les propos tenus il y a deux jours par le ministre de l’Agriculture.


« Il n’y a pas de programme, pas de politique, pas de projet d’agrandissement des implantations sur les hauteurs du Golan », a-t-il affirmé sur l’antenne de la BBC.

Israël s’est emparé de ce territoire syrien hautement stratégique durant la guerre des Six Jours, en 1967, et l’a annexé en 1981, une initiative condamnée par la communauté internationale.
Avant cela, le plateau du Golan, surpomblant la Galilée au nord d’Israël, servait « de base de lancement » pour les bombardements incessants des Kibboutz Israéliens de Galilée.

Le président syrien Bachar el Assad a récemment invité Washington à faire pression sur l’Etat hébreu pour entamer un nouveau cycle de négociations après l’échec enregistré en 2000.

Mercredi, le ministre de l’Agriculture Yisrael Katz, qui dirige la commission gouvernementale sur les implantations, s’est attiré les foudres de Damas en affirmant que le cabinet d’Ariel Sharon avait approuvé un projet visant à doubler le nombre de colons installés sur le Golan d’ici trois ans.

Le projet, a souligné Katz, vise à réaffirmer que le Golan « fait partie intégrante d’Israël », avant toute négociation sur sa restitution, réclamée par Damas.

« Peut-être le souhaite-t-il, ce qui serait parfaitement légitime pour lui », a estimé vendredi le vice-Premier ministre, commentant les propos du ministre de l’Agriculture. « Mais, en termes d’engagement de la part du gouvernement, j’ai l’ai constaté à plusieurs reprises avec le Premier ministre et le ministre des Finances au cours des derniers jours, il n’y a pas de projet approuvé en ce sens. »

Certains membres de l’exécutif, sont certainement favorables à ce genre de projets, mais le gouvernement n’a pas l’intention de donner son feu vert, a insisté Olmert, niant par ailleurs tout conflit au sein du cabinet d’Ariel Sharon.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil