La rťsolution du conflit israťlo-palestinien tarira l’une des plus importantes sources du terrorisme islamiste

par l’intellectuel tunisien Lafif Lakhdar au G8 |†MEMRI

mardi 24 juillet 2007

Dans une lettre ouverte au G8, publiťe le 19 mai 2007 sur le site arabe progressiste Elaph, l’intellectuel tunisien Lafif Lakhdar ťcrit que le conflit israťlo-arabe est le principal alibi du terrorisme islamiste, et appelle donc le G8 ŗ le rťsoudre en appliquant les paramŤtres de Bill Clinton. L’auteur explique que le conflit israťlo-arabe a ťtť instrumentalisť par Al-QaÔda ŗ des fins idťologiques, et que sa rťsolution priverait donc l’organisation d’un de ses « mots d’ordres » les plus aptes ŗ soulever la Umma et ŗ apporter de l’eau au moulin du terrorisme islamiste.


Version fran√ßaise communiqu√©e par l’auteur :

La r√©solution du conflit arabo-isra√©lien en commen√ßant par la solution du conflit isra√©lo-palestinien, qui en constitue le cŇďur, est la meilleure approche pour tarir l’une des plus importantes sources du terrorisme islamiste porteur du chao dans les territoires palestiniens et qui risque de rendre le Moyen-Orient de plus en plus ingouvernable, de d√©stabiliser un monde d√©j√† fragile et de rendre celui-ci encore plus injuste et plus dangereux.

L’opinion dominante dans vos Capitales, qui sont par ailleurs des centres de d√©cision internationale, est que la solution du conflit arabo-isra√©lien n’aurait pas d’incidences sur l’endiguement du terrorisme islamiste. Il s’agit l√† d’une id√©e toute faite propag√©e par des sp√©cialistes du terrorisme dont Olivier Roy.

Pour √©clairer votre d√©cision sur le sujet, je vous donne ici √† lire ce qu’en pense le Dr Ayman Zawahiri qui est, et de loin, plus comp√©tent en la mati√®re que vous « sp√©cialistes », lesquels n’avaient pas lu le terrorisme islamiste dans le texte et encore moins la th√©ologie du djihad qui en constitue la r√©f√©rence de base. Dans son livre Cavaliers sous la banni√®re du Proph√®te (Avril 2001), le Dr Zawahiri recommande au mouvement djihadiste : « d’impliquer l’Umma musulmane dans son djihad, ce mouvement n’y parviendra que si ses mots d’ordre sont compr√©hensibles par l’Umma (...) √† cet effet, √©crit-il, le mouvement djihadiste n’aura pas √† se cantonner, dans son combat [contre l’Occident et ses alli√©s musulmans], dans les seuls mots d’ordre de gouvernement th√©ocratique, d’alliance [entre les fid√®les] et de d√©saveu [des infid√®les]. Ces mots d’ordre, pourtant √† cent pour cent justes, ne sont pas, h√©las ! Compr√©hensibles par les masses de l’Umma. Et ces masses ne sont pas pr√™tes √† se sacrifier pour des mots d’ordre qu’elles ne comprennent point » (pp. 227-228).

Le gouvernement th√©ocratique dont parle Zawahiri vise √† r√©tablir le Califat islamique de l’Andalousie aux confins de la Chine ; quant aux termes « alliance et d√©saveu », ils signifient, tr√®s sommairement, la rupture imm√©diate et totale avec l’Occident et sa civilisation et le djihad contre lui jusqu’√† sa d√©faite finale. Si le mouvement djihadiste continue √† pr√īner alliance et d√©saveu : « jusqu’√† ce qu’ils donnent leurs fruits exige, √©crit Zawahiri, que l’on pers√©v√®re d’ici longtemps dans la propagation de ces mots d’ordre. Il est toutefois √©vident que nos ennemis ne nous laisseront pas tout le temps dont nous avons besoin pour √©duquer l’Umma » (p. 228) « Nous devons par cons√©quent, dit Zawahiri, compl√©ter nos mots d’ordre dogmatiques purs par d’autres mots d’ordre qui, eux aussi, font partie int√©grante du dogme pur, et qui ont le m√©rite d’√™tre compr√©hensibles par les masses de l’Umma musulmane (...) au lieu de les tenir pour des mots d’ordre de seconde zone, nous devons, en revanche, les mettre au premier rang de notre pr√©dication (...) Le mot d’ordre que comprend bien l’Umma et dont elle se fait l’√©cho - depuis 50 ans - est celui du djihad contre Isra√ęl. Dans cette d√©cennie [les ann√©es 90] l’Umma, en plus du djihad contre Isra√ęl, s’est montr√©e sensibiliser par le djihad contre les Am√©ricains. (...) C’est pourquoi, le mouvement djihadiste devra adopter le mot d’ordre de la lib√©ration des trois Lieux Saints musulmans : la Ka’ba la magnifique, la Mosqu√©e du Proph√®te et la Mosqu√©e Al-Aqs√Ę (de J√©rusalem). Ainsi, le mouvement djihadiste saura assurer son leadership sur l’Umma et gagner la sympathie active des musulmans de part le monde » (pp. 229-230).

Avec lucidit√© politique, le Dr Zawahiri pense que si le mouvement djihadiste abandonne les mots d’ordre du djihad contre Isra√ęl et de la lib√©ration de la mosqu√©e Al-Aqs√Ę, il risquerait : « de s’isoler [des masses musulmanes] de voir sa lutte se transformer en conflit entre l’√©lite [djihadiste] et le pouvoir en place » (p. 230). Cela, dit Zawahiri, est susceptible de faciliter la t√Ęche des « dirigeants agents » de l’Occident, s’entend, d’ameuter la population contre le mouvement djihadiste et de « l’√©craser en silence ».

Il est d√©sormais clair, pour vous au travers de cette longue et significative citation du Dr Zawahiri que la « lib√©ration de la Mosqu√©e Al-Aqs√Ę » que revendique Zawahiri, autrement dit, la solution du conflit isra√©lo-palestinien porterait un coup dur voire fatal au terrorisme islamiste. A contrario, ne pas comprendre √† temps cette v√©rit√© de base, ce serait laisser le loup d’Aq√Ę’id√Ę entrer dans la bergerie palestinienne pour gagner le public de Hamas et √©ventuellement enr√īler les brigades Al-qass√Ęm qui semblent se rebell√©s contre les mod√©r√©s de leur direction... L’implantation d’Aq√Ę’id√Ę √† Gaza ne pr√©sage rien de bon. Elle risque bien de transformer les territoires palestiniens en un autre Iraq o√Ļ le terrorisme islamiste r√©gnerait en ma√ģtre.

La strat√©gie palestinienne d’Aq√Ę’id√Ę, outre qu’elle contredit les « sp√©cialistes » du terrorisme, lesquels vous aurez induits en erreur, pourrait vous pousser √† rompre avec la politique cynique de James Baker : « Laissez-les [= Palestiniens et Isra√ęliens]se saigner » jusqu’√† ce qu’ils s’√©puisent mutuellement et qu’ils viennent enfin nous demander une solution...

Le moment semble √™tre propice √† une solution : Le clivage au sein de Hamas entre mod√©r√©s et jusqu’au-boutistes, le pragmatisme confirm√© de l’√©quipe du Pr√©sident palestinien, Abu Mazen, l’initiative arabe de paix, qui a bris√© le tabou de la reconnaissance d’Isra√ęl et de la normalisation avec lui, le forcing de Damas pour n√©gocier avec Isra√ęl qui pourrait aller jusqu’√† la visite d’Assad, √† l’instar de Sadat, √† J√©rusalem... Autant de facteurs qui militent pour une solution du conflit arabo-isra√©lien √† partir de la solution du conflit isra√©lo-palestinien au travers de la mise en application des param√®tres du pr√©sident Bill Clinton, lesquels ont donn√© aux deux parties en pr√©sence ce dont elles ont le plus besoin : la s√©curit√© qui a fait d√©faut aux Juifs depuis 2000 ans, et l’Etat qui a fait d√©faut √† la nation palestinienne tout au long de son histoire. Un Etat palestinien viable accompagn√© d’un plan Marshal de d√©veloppement sonnerait probablement le glas du terrorisme islamiste.

Rien de tels que la paix et le d√©veloppement pour gu√©rir les blessures narcissiques des Palestiniens, des Arabes et des Musulmans ; blessures que leur inflige la sup√©riorit√© de l’Occident d√®s le 16√®me si√®cle lors de sa d√©couverte de l’arme √† feu et surtout quand les canons de Napol√©on d√©font les cavaliers des Mamlouks et mutilent le nez du Sphinx.


Les textes

Mots-clés

Accueil