Hezbollah, Iran et Hamas

Israelinfos.net

jeudi 7 juin 2007

Ces trois axes font l’objet d’une nouvelle rencontre entre hauts responsables sécuritaires américains et israéliens aux Etats-Unis. Le ministre des transports, Shaoul Mofaz, préside à Washington une session de débats entre Israël et les Etats-Unis portant sur des questions stratégiques de sécurité. Il a également rencontré la Secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice, et son adjoint Nick Burns, chargé dans l’administration Bush de la question iranienne, à qui il a notamment affirmé que le Hezbollah n’avait jamais quitté le sud Liban même si ses hommes ne se trouvaient plus actuellement à la frontière avec Israël.


Selon Mofaz, la milice chiite poursuit intensivement ses efforts de réarmement et s’est même doté de nouveaux missiles capables d’atteindre le centre et le sud du pays. Israël a proposé une série de mesures pour que l’embargo sur les armes au Liban décidé par la résolution 1701 des Nations Unies soit respecté, et particulièrement par la fermeture de la frontière de ce pays avec la Syrie.

De nouveaux débats stratégiques auront lieu jeudi entre américains et israéliens, qui porteront sur les moyens d’arrêter l’Iran dans sa course à l’armement atomique, la lutte contre le Hezbollah, et la mainmise militaire et politique du Hamas au sein de l’Autorité Palestinienne.

Le rythme de ces rencontres entre les plus hauts responsables sécuritaires des deux pays s’est accéléré cette dernière année suite aux efforts engagées par les iraniens pour l’obtention de l’arme nucléaire dans un contexte où le Président Mahmoud Ahmedinejad avait déclaré la semaine passée que le « compte à rebours de la destruction d’Israël » était lancé.

Mofaz a également précisé qu’il était impératif de voir des résultats diplomatiques concrets sur cette question d’ici la fin de l’année, précisant que pour l’heure, l’option militaire contre Téhéran n’était pas à l’étude. « Il conviendra d’étudier l’efficacité absolue d’une attaque contre l’Iran et de sa possibilité de créer une situation irréversible, ainsi que de considérer globalement l’influence d’une telle action sur tout le Moyen Orient. Pour l’instant la voie diplomatique n’a pas encore été complètement exploitée » a déclaré le ministre israélien à la presse


La revue des infos

Mots-clés

Accueil